Tjenbé Rèd participe à la Pute Pride

(Ce samedi 22 mars à Paris, Tjenbé Rèd demandait des droits pour les personnes prostituées)

Paris, le lundi 24 mars 2008
Déclaration n°TR08SOC07

Réagissez sur notre forum RTF


Ce samedi 22 mars, Tjenbé Rèd participait à la troisième Pute Pride à Paris & entendait ainsi soutenir les douze associations membres du collectif Droits & Prostitution : le PASTT, Les Amis du Bus des Femmes, Cabiria, Femmes de Droits - Droits des Femmes, Les Putes, ADEP, ANA, Arap Rubis, Autres Regards, Entr’Actes, Grisélidis & Support Transgenre Strasbourg (dont les revendications sont exposées sur le site Internet http://www.droitsetprostitution.org). Pour reprendre des arguments formulés dès le 20 mars par les Panthères roses, également présentes, Tjenbé Rèd refuse de porter un jugement moral sur la prostitution qui, dans la mesure où elle n’est pas exercée sous la contrainte, peut représenter un choix de travail parmi d’autres ; estime que le choix de se prostituer ou non fait partie de la liberté individuelle & sexuelle, du droit de chacune & de chacun à disposer de son corps comme «ille» l’entend ; observe que les positions abolitionnistes, en victimisant les personnes prostituées, n’aident pas à faire avancer les choses ;

Tjenbé Rèd soutient des revendications du collectif Droits & Prostitution : droit de cotiser pour la sécurité sociale & pour la retraite, droit à un suivi médical & social & droit au logement, droit à la prévention & à la réduction des risques (VIH, IST, toxicomanies, violences de la police ou des clients...), droit à un statut qui permette de faire valoir ses droits en tant que personne prostituée, droit de créer un syndicat & de se reconvertir dans une autre activité si on le souhaite, remise en cause de la loi sur la sécurité intérieure qui a instauré le délit de racolage passif ;

Tjenbé Rèd estime que le droit de se prostituer librement implique aussi le droit de ne pas le faire si on ne le souhaite pas ; se positionne contre les réseaux d’esclavage & de traite des êtres humains ; rappelle que la prostitution reste trop souvent une violence faite à des femmes en particulier, mais aussi à des trans, à des hommes & à des enfants ; se prononce pour un statut des personnes prostituées & contre la criminalisation de ces mêmes personnes, mais aussi pour la mise en place d’outils permettant la protection des individus contre l’esclavagisme & l’exploitation que représente une prostitution contrainte ; constate que certaines dispositions législatives, qui visent à lutter contre le proxénétisme, nuisent bien plus, telles qu’elles sont mises en œuvre, aux personnes prostitués elles-mêmes ; que la pénalisation du racolage passif est une hypocrisie qui vise à éloigner des regards une réalité vue par beaucoup comme indécente & contraire à l’ordre moral ; qu’elle ne fait qu’accentuer la précarité & l’insécurité dont sont trop souvent victimes les personnes prostituées ; que la seule répression acceptable & souhaitable est celle qui vise le proxénétisme d’exploitation & les réseaux de traite des êtres humains ;

Tjenbé Rèd refuse que les proches des personnes prostituées & les associations ayant pour objet de les rassembler ou de les soutenir soient menacées au nom de la lutte contre le proxénétisme ; rappelle que la prostitution est essentiellement une offre de personnes de genre féminin à une demande masculine & qu’elle est le fruit d’une logique hétéropatriarcale qui hiérarchise la sexualité masculine & la sexualité féminine ; que, dans certains cas, la prostitution peut être utilisée dans le cadre de stratégies de résistances contre cette domination hétéropatriarcale, notamment par l’accès à une autonomie financière ;

Dans ce cadre, Tjenbé Rèd estime que militer pour les droits des personnes prostituées est nécessaire mais pas suffisant & qu’il convient de demander une éducation sexuelle réelle, intégrant la diversité des orientations sexuelles & des identités de genre, visant à l’épanouissement sexuel de toutes les personnes ; une lutte contre les stéréotypes sexistes, contre la chosification des corps féminins, contre l’idée que les hommes auraient des besoins sexuels irrépressibles que les personnes de genre féminin devraient satisfaire, contre l’idée que les hommes ne peuvent vivre leur sexualité qu’à travers la violence ou l’hétéronormativité (sexualité génitale obligatoire, hétérosexualité obligatoire, viol inhérent à la sexualité masculine...) ; une prise en compte réelle de la sexualité des femmes, & de toutes les femmes, la prostitution pouvant avoir un rôle à jouer pour le bien-être & la sexualité des hommes handicapés mais ne devant pas faire oublier les femmes handicapées, les gouines handicapées, les pédés handicapés etc. ; une lutte pour une réelle égalité économique entre les hommes & les femmes, contre les discriminations transphobes & homophobes à l’embauche, au logement, à la santé, & contre la précarité des personnes migrantes, des jeunes & des personnes étudiantes ;

Tjenbé Rèd estime que trop d’injustices poussent de nombreuses personnes (femmes, trans, pédés, personnes étrangeres & sans papiers) à la prostitution, faute d’autres perspectives ; demande l’épanouissement sexuel pour toutes & tous, la liberté de disposer de son corps, le libre choix de se prostituer ou de ne pas le faire, l’arrêt de la criminalisation des putes ! Sur la base de ces arguments, repris de ceux formulés dès le 20 mars par les Panthères roses, & par solidarité avec les personnes prostituées, avec leurs proches & avec les associations ayant pour objet de les rassembler ou de les soutenir, Tjenbé Rèd présente aujourd’hui sa candidature au collectif Droits & Prostitution.



tjenbered

Pour la commission Culture & Société de Tjenbé Rèd,
Mouvement civique pour l’action & la réflexion
Sur les questions noires, métisses & LGBT
en France ultramarine & hexagonale,
le président, David Auerbach Chiffrin
06 10 55 63 60
     


[1] Album-photo de la Pute Pride
http://www.tjenbered.fr/2008/20080322/index.html
[2] Blog de Tjenbé Rèd, Samedi 22 mars 2008 - «Ni coupables, ni victimes, fières d’être putes !»...
http://www.tjenbered.fr/blog200803.html#20080322

     
© TJENBÉ RÈD ! Mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) en France ultramarine & hexagonale
Association loi 1901 fondée le 1er mai 2007, déclarée le 24 mai 2007, Journal officiel du 16 juin 2007
CCP Paris 5355746U | IBAN FR94 2004 1000 0153 5574 6U02 070 | BIC PSSTFRPPPAR | SIRET 500 965 678 00013 | NAF/APE 9499Z
Membre du Comité consultatif des associations ultramarines près la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer
Membre de l’UNOM | Union nationale de l’outre-mer français
Membre du RAAC-sida | Réseau des associations africaines et caribéennes agissant en France dans la lutte contre le sida
Membre du CRAN | Conseil représentatif des associations noires en France
Membre associé, Observateur de la Fédération française des Centres LGBT
Membre du collectif UCIJ | Uni(e)s contre l’immigration jetable
Signataire de la Charte francilienne des intervenants en éducation pour la santé et membre du Schéma régional d’éducation pour la santé en Île-de-France
Signataire de la Charte de la Coordination française pour le droit d’asile
Signataire de l’Appel pour un moratoire universel sur la peine de mort lancé le 6 août 2007 par la Coalition mondiale contre la peine de mort
Signataire du pacte interassociatif Ni Pauvre, Ni Soumis du 4 février 2008
Courriels : contact@tjenbered.fr | MSN : tjenbered@hotmail.fr | http://www.tjenbered.fr/
Ligne d’écoute & d’information : +33 (0)6 10 55 63 60 (24h/24, répondeur à certaines heures)