sizzla
           
Lettre ouverte aux maires et aux responsables de salles de concerts accueillant la tournée de Sizzla en France



Paris, le mardi 13 mai 2008
Communication n°TR08POL04B

Réagissez sur notre forum PDF RTF PDF|en RTF|en


Mesdames et Messieurs les Maires,

Mesdames et Messieurs les Responsables de salles de concerts,

Nous souhaitons par la présente attirer, en toute urgence, votre attention sur les appels au meurtre proférés à plusieurs reprises par le chanteur Sizzla, annoncé sous peu dans votre commune ou dans votre salle  [1. Ces appels au meurtre, à l’encontre des personnes de couleur blanche ou à l’encontre des personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans), ont déjà valu à ce triste sire d’être interdit de séjour au Royaume-Uni en 2004 ; en 2005, une partie d’une précédente tournée en France a été annulée, sous l’impulsion notamment de la Fédération française des Centres LGBT et de l’association An Nou Allé  [2. Aujourd’hui, nous devons montrer la vigueur de nos réflexes républicains, nous devons signifier à ce colporteur de mort et à ses confrères que le pacte républicain français n’est pas une fiction - car c’est bien à ce pacte qu’il porte atteinte en menaçant les personnes de couleur blanche et les personnes LGBT, en menaçant la bonne entente entre les populations de couleurs ou d’orientations sexuelles différentes, en menaçant l’ordre public. Pourriez-vous imaginer accueillir un artiste qui aurait appelé au meurtre des personnes noires et métisses ou des personnes hétérosexuelles ?

En 1998, au Sumfest Reggae Concert, en Jamaïque, Sizzla appelle son public à «brûler les Blancs» puis «tous les Blancs en Jamaïque»  [3. En 2001, dans son album «Buzz Riddim», il fredonne : «À l’attaque, brûle ces mecs-là qui enculent des mecs, butte ces pédés, mon gros flingue va tirer» (titre «Pump Up» [4. En 2002, dans son album «Blaze Fire Blaze», il chante cette fois : «Je dis mort aux sodomites et aux pédés, je vais tuer les pédés avec une arme» (titre «Get To Da Point» [5. En 2002 toujours, le 12 avril, il appelle son public à tuer les homosexuels et précise qu’il tue personnellement des homosexuels : «Je ne reviendrai pas sur ce que j’ai dit... Je tue les sodomites et les pédés, ils apportent le sida et les maladies parmi nous... Je tire et je les tue, je ne reviendrai pas sur ce que j’ai dit»  [3] . En 2003, dans son album «Red Alert», il scande : «Boum, boum, ces pédés, faut les butter» (titre «Boom Boom» [6. Selon un rapport d’Amnesty International daté du 17 mai 2004, au cours d’un concert donné en Jamaïque la même année, Sizzla, Capleton et d’autres stars du reggae ont menacé de tuer des homosexuels dans les termes suivants : «Tuez-les, les battyboys doivent mourir, tirez-leur dessus... Levez la main si vous voulez les voir morts»  [7. Le 13 juin 2007 à Berlin, moins de deux mois après avoir signé le «Reggae Compassionate Act», Sizzla démontre qu’il n’a aucune intention de respecter sa signature et interprète la chanson «Nah Apologize» («Aucune excuse») en déclarant : «Je ne présenterai jamais aucune excuse aux battymen» ; il récidive le 17 juin à Paris (où il interprète également la chanson précitée «Get To Da Point»), le 20 juin à Milan, le 22 juin à Bari-Modugno, le 7 juillet à Cologne et le 12 juillet en Belgique  [8.

Ce ne sont que des mots, disent certaines personnes (rarement désintéressées) pour minorer de telles paroles... Mais les propos racistes et homophobes que tiennent Sizzla et autres chanteurs de la même eau légitiment et appellent les actes racistes et homophobes ; La violence appelle la violence  [3] . Ainsi, selon le «Jamaica Observer Newspaper» du 3 septembre 2004, les voisins de Sizzla à Kingston (capitale de la Jamaïque) ont exigé qu’il déménage en affirmant que son entourage était lié à «au moins trois meurtres»  [9. Selon le rapport annuel 2006 d’Amnesty International, en Jamaïque, en 2005 encore, «les gays et les lesbiennes étaient quotidiennement la cible de violences et de discrimination. En août [2005] , deux hommes ont été condamnés pour sodomie à une peine de deux ans de travaux forces avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans. Au cours de précédentes audiences, une foule rassemblée devant le tribunal les avait couverts d’injures. Au mois de septembre [2005] , Buju Banton, un musicien en vogue, a été inculpé d’agression sur six hommes qui, selon lui, étaient homosexuels. Nombre de ses chansons prônaient la violence contre les gays et les lesbiennes. En novembre [2005] , Steven Harvey, militant de la lutte contre le sida, a été assassiné en raison, semble-t-il, de son homosexualité»  [10. En fait, les propos racistes ou homophobes sont déjà des actes racistes ou homophobes - et il ne suffit pas que notre pays se soit doté de lois contre de tels propos, contre de tels actes ; il faut encore que l’esprit des lois soit respecté.

Sizzla (alias Miguel Orlando Collins) entame sa tournée ce mercredi 14 mai à Montreuil (palais des congrès Paris-Est Montreuil, 128, rue de Paris, 20 heures) et la poursuit le 20 à Mulhouse (Le Noumatrouff, 57, rue de la Mertzau, 20h30), les 29 mai et 1er juin à Ramonville près de Toulouse (Havana Café, 2, boulevard des Crêtes, 20h30), le 30 mai à Villeurbanne (Centre culturel oecuménique, 39, rue Georges-Courteline, 20h30), le 31 mai à Lille (Splendid, 1, place du Mont-de-Terre, 20 heures) et le 1er juin prochain à Montpellier (Rockstore, 20 heures)  [11.

Son confrère Buju Banton (alias Mark Anthony Myrie), mentionné dans le rapport annuel 2006 précité d’Amnesty International, n’est guère plus gracieux : «Quand Buju Banton arrive, les pédés se lèvent et s’enfuient... Tirez une balle dans la tête des pédés, arrosez-les d’acide et brûlez-les comme des vieux pneus de voiture...», in «Boom Bye Bye», 1992  [1] . Si nous l’évoquons aujourd’hui, c’est que la salle de concert «Le Bikini», près de Toulouse, n’a pas souhaité le recevoir alors qu’il envisageait de s’y produire en juillet : «L’éthique de ce chanteur ne correspond pas à la philosophie de notre salle», vient de nous faire savoir son directeur, Monsieur Hervé Sansonetto. Sera-t-il mieux reçu dans d’autres villes ? En 2008, il serait insupportable que des artistes qui appellent ainsi à la destruction physique des Blancs, des personnes LGBT ou de toute autre catégorie de la population se produisent avec votre assentiment - ou, ce qui reviendrait au même, dans votre silence  [12. Des communiqués de presse seront notamment publiés jour par jour à chaque étape de la tournée de Sizzla, faisant état de vos réponses ou absences de réponse. L’attitude de Monsieur Hervé Sansonetto constitue, à cet égard, une référence humaniste et un modèle de civisme.

Restant à votre disposition pour tout complément d’information, nous vous prions, Mesdames et Messieurs les Maires, Mesdames et Messieurs les Responsables de salles de concerts, d’agréer l’expression de nos salutations républicaines et vigilantes.



tjenbered

Pour la commission Citoyenneté de Tjenbé Rèd,
Mouvement civique pour l’action & la réflexion
sur les questions noires, métisses & LGBT
en France ultramarine & hexagonale,
le président, David Auerbach Chiffrin
06 10 55 63 60


et quinze autres organisations de défense des droits humains : pour l’Académie gay & lesbienne, le président, Phan Bigotte ; pour Act Up-Paris, les coprésidentes, Marjolaine Degremont et Rachel Easterman-Ulman ; pour ADHÉOS - Saintes (membre de la Fédération française des Centres LGBT), le président, Claude Cointault ; pour An Nou Allé - Martinique (membre de la Fédération française des Centres LGBT), le président, Louis-Georges Tin ; pour Angel (Association des nouveaux gais et lesbiennes) - Montpellier, la secrétaire et vice-présidente, Alexandra Héloir ; pour CQFD | Fierté lesbienne, le collectif ; pour Couleurs gaies - Metz (membre de la Fédération française des Centres LGBT), le président, Dominique Weyant ; pour les Enfants terribles - Caen (membre de la Fédération française des Centres LGBT), le président, Vincent Picot ; pour Ex AEquo - Reims (membre de la Fédération française des Centres LGBT), le président, Jean Lefebvre ; pour la Fédération française des Centres LGBT, la présidence, LGP Région Centre - Espace LGBT Touraine ; pour la LGP Région Centre - Espace LGBT Touraine (membre de la Fédération française des Centres LGBT), le président, Adrien Paulzac ; pour le Comité IDAHO (International Day Against HOmophobia), le président, Louis-Georges Tin ; pour Kaz’Arts, la présidente, Maria-José Lopes Soares ; pour les «Oublié(e)s» de la Mémoire, association civile homosexuelle du devoir de mémoire, le président, Philippe Couillet ; pour les «Oublié(e)s» de la Mémoire, association civile homosexuelle du devoir de mémoire, délégation régionale Midi-Pyrénées, le délégué régional, Hervé Hirigoyen ; ainsi que, à titre personnel, Esteban Viget, animateur social et socio-culturel, chargé d’accueil et de la gestion administrative chez Sidaction

ATTN : Madame Dominique Voynet, maire de Montreuil, Place Jean-Jaurès, 93105 Montreuil CEDEX,
+33 (0)1 48 70 60 00, http://www.montreuil.fr/1-8858-Ecrire-a-un-service.php ;
Monsieur Jean-Marie Bockel, maire de Mulhouse, 2, rue Pierre-et-Marie-Curie, BP 10020, 68948 Mulhouse CEDEX 9,
+33 (0)3 89 32 58 58, http://www.mulhouse.fr/fr/contact.php?contactid=109&origine=187|48|FR|145|Le%20Maire ;
Monsieur Christophe Lubac, maire de Ramonville-Saint-Agne, Place Charles-de-Gaulle, 31520 Ramonville-Saint-Agne,
+33 (0)5 61 75 21 21, webmaster@mairie-ramonville.fr ;
Monsieur Jean-Paul Bret, maire de Villeurbanne, Place Lazare-Goujon, BP 5051, 69100 Villeurbanne,
+33 (0)4 78 03 67 67, communication@mairie-villeurbanne.fr ;
Madame Martine Aubry, maire de Lille, Place Augustin-Laurent, BP 667, 59033 Lille CEDEX,
+33 (0)3 20 49 50 00, http://www.mairie-lille.fr/sections/lille/fr/pied-page/contactez-nous ;
Madame Hélène Mandroux, maire de Montpellier, 1, place Francis-Ponge, 34064 Montpellier CEDEX 2,
+33 (0)4 67 34 70 00, http://www.montpellier.fr/114-contacts-services-mairie-montpellier.htm


et Monsieur Robert Harroch, COPADIS Montreuil | Paris-Est Montreuil SA, 128, rue de Paris, 93100 Montreuil,
+33 (0)1 49 20 69 00, paris-est-montreuil@wanadoo.fr ;
Monsieur Olivier Dieterlen, Le Noumatrouff, 57, rue de la Mertzau, BP 3135, 68063 Mulhouse CEDEX,
+33 (0)3 89 32 94 10, info@noumatrouff.fr ;
Madame Marie-Françoise Elie, Havana Café, 2, boulevard des Crêtes, 31520 Ramonville-Saint-Agne,
+33 (0)5 62 88 34 94, http://www.havana-cafe.fr/concerts/contact.php ;
Monsieur Pierre Corbier, Centre culturel oecuménique, 39, rue Georges-Courteline, 69100 Villeurbanne,
+33 (0)4 78 93 41 44, communication@cco-villeurbanne.org ;
Monsieur Guy Marseguerra, Splendid, 1, place du Mont-de-Terre, 59800 Lille Fives,
+33 (0)3 20 33 17 34, veroneproductions@nordnet.fr ;
Monsieur Laurent Sauvagnac, Rockstore, 20, rue de Verdun, 34000 Montpellier,
+33 (0)4 67 06 80 00, webmaster@rockstore.fr


ainsi que Monsieur Denis Olivennes, président de la FNAC (billetterie de la tournée de Sizzla)

C/C : Madame Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, 3, rue de Valois, 75100 Paris ;
Madame Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales, Place Beauvau, 75800 Paris ;
Monsieur Hervé Sansonetto, Le Bikini, Rue Hermès, Parc technologique du Canal, 31520 Ramonville-Saint-Agne


et Monsieur Claude Baland, préfet de Seine-Saint-Denis ;
Monsieur Michel Fuzeau, préfet du Haut-Rhin ;
Monsieur Dominique Bur, préfet de Haute-Garonne ;
Monsieur Xavier de Furst, préfet de police du Rhône ;
Monsieur Daniel Canepa, préfet du Nord ;
Monsieur Cyrille Schott, préfet de l’Hérault






     
© TJENBÉ RÈD ! Mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) en France ultramarine & hexagonale
Association loi 1901 fondée le 1er mai 2007, déclarée le 24 mai 2007, Journal officiel du 16 juin 2007
CCP Paris 5355746U | IBAN FR94 2004 1000 0153 5574 6U02 070 | BIC PSSTFRPPPAR | SIRET 500 965 678 00013 | NAF/APE 9499Z
Membre du Comité consultatif des associations ultramarines près la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer
Membre de l’UNOM | Union nationale de l’outre-mer français
Membre du RAAC-sida | Réseau des associations africaines et caribéennes agissant en France dans la lutte contre le sida
Membre du CRAN | Conseil représentatif des associations noires en France
Membre associé, Observateur de la Fédération française des Centres LGBT
Membre du collectif UCIJ | Uni(e)s contre l’immigration jetable
Signataire de la Charte francilienne des intervenants en éducation pour la santé et membre du Schéma régional d’éducation pour la santé en Île-de-France
Signataire de la Charte de la Coordination française pour le droit d’asile
Signataire de l’Appel pour un moratoire universel sur la peine de mort lancé le 6 août 2007 par la Coalition mondiale contre la peine de mort
Signataire du pacte interassociatif Ni Pauvre, Ni Soumis du 4 février 2008
Soutien du collectif DroitsEtProstitution
Courriels : contact@tjenbered.fr | MSN : tjenbered@hotmail.fr | Myspace : http://www.myspace.com/tjenbered | Site Internet : http://www.tjenbered.fr/
Ligne d’écoute et d’information : +33 (0)6 10 55 63 60 (24h/24, répondeur à certaines heures)
113, boulevard Voltaire, 75011 Paris
     




Pour recevoir ou consulter nos informations, cliquez ici