troisbassins
           
     
Commune de Trois-Bassins,
la Réunion   
 
           
Réponse à Romain Latournerie du Journal de l’île de la Réunion

(par Tjenbé Rèd, Rive et Gay-Union)

Paris - Saint-Denis - Le Tampon, le lundi 23 juin 2008
Communication n°TR08POL17

Réagissez sur notre forum PDF RTF


Cher Monsieur Romain Latournerie,

Suite à votre article du 11 courant dans le JIR (Journal de l’île de la Réunion), subtilement titré : Sous les dépravés, la plage [1,

Suite au communiqué de presse publié le 13 courant, 13h42 (heure de Paris), par l’association Tjenbé Rèd (Mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT en France ultramarine & hexagonale), titré : La Réunion : le maire de Trois-Bassins veut «gazer» les homosexuels (où Tjenbé Rèd appelait Roland Ramakistin à respecter le pacte social réunionnais et regrettait l’attitude du JIR qui semblait assimiler les homosexuels à des «dépravés») [2,

Suite à votre courriel adressé en retour le 13 courant, 17h13 (heure de Paris), à cette association [3,

Nous saluons la rapidité de votre réponse et vous en remercions.

Pouvons-nous d’abord vous rassurer sur un point ? Le siège parisien de Tjenbé Rèd ne l’empêche pas d’avoir plusieurs adhérentEs et sympathisantEs réunionnaiSEs, qui connaissent très bien la Réunion et ce pas seulement depuis quelques mois. L’analyse de Tjenbé Rèd est d’ailleurs en complet accord avec le communiqué de presse publié le 13 courant, 17h24, par l’ARPS (Association réunionnaise pour la prévention du sida), qui intervient sur le secteur de la Souris-Chaude : vous le trouverez ci-après, dans le cas où vous n’auriez pu en prendre connaissance, et nous vous laissons en tirer les conclusions nécessaires en ce qui concerne le décalage entre votre exposé et celui d’un acteur activement engagé sur le terrain [4.

Nous sommes ensuite étonnéEs de trouver dans votre courriel une sorte de dichotomie entre des bons homosexuels (qui fréquenteraient ce lieu le jour) et d’autres moins bons, forcément «pédophiles, prostitués et drogués» (qui le fréquenteraient la nuit). Nous ne sommes pas persuadéEs que cela reflète une connaissance approfondie du sujet. En effet, la Souris-Chaude est un lieu, comme il en existe de nombreux en France et ailleurs, où se rencontrent les homosexuels, de jour comme de nuit. Peut-être des «pédophiles, prostitués et drogués» le fréquentent-ils aussi, de nuit comme de jour d’ailleurs, mais est-ce une spécificité de ce lieu ou de ce type de lieux ?

Nous avons notamment pour objet de lutter contre les discriminations fondées sur l’orientation sexuelle ou la couleur de peau, discriminations qui se conjuguent dans le cas des personnes noires & métisses LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans). Si votre article ne semblait pas attaquer directement ce public, l’amalgame qu’il permettait entre ce public et les «pédophiles, prostitués et drogués», par son absence de recul critique (par son absence de définition des termes employés, notamment, à commencer par celui de «pédophilie» qui renvoie à la psychopathologie d’adultes ayant une attirance sexuelle pour des enfants), n’en avait pas moins d’effet. Il n’est qu’à relire les trente-neuf remarques déposées par vos lecteurs, souvent choqués par la teneur de votre article, sur votre site Internet, le 11 courant de 9h35 à 20h05 (heure de la Réunion) : nous tenons ces remarques, qui ont disparu de votre site Internet, à votre disposition.

Vous conseillez à Tjenbé Rèd de réagir à de «vrais dérapages» homophobes - à des violences physiques homophobes, faut-il sans doute comprendre. Mais les propos de Monsieur Ramakistin rapportés par votre article et votre article lui-même étaient de vrais dérapages. En effet, l’homophobie ne se traduit pas uniquement par des violences physiques contre les homosexuelLEs. Plus insidieux est l’amalgame entretenu par certains entre une orientation sexuelle (l’homosexualité) et un trouble mental (la pédophilie). En entretenant cet amalgame, qui stigmatise les homosexuels, certains hommes politiques... Certains religieux... Certains journalistes... légitiment et appellent les violences physiques que vous semblez redouter. Ils alimentent un sentiment d’homophobie parmi nos compatriotes et contribuent puissamment au mal-être de jeunes homosexuelLEs, au cœur même souvent de leurs propres familles. Pour preuve, cette phrase de Monsieur Ramakistin, que vous rapportiez, selon laquelle la Souris-Chaude ferait de sa commune «la risée du département» : le terme de «risée» ne renvoie évidemment pas aux «pédophiles, prostitués et drogués» (la pédophilie, la prostitution et la drogue prêtent rarement à rire), mais bien plutôt à la fréquentation homosexuelle de la Souris-Chaude (comme le racisme, comme l’antisémitisme, l’homophobie ne dédaigne pas les bonnes vieilles ficelles d’un humour bien gras pour diffuser ses préceptes). Pourtant, Monsieur Ramakistin et vous-mêmes sembliez soutenir que vous parliez des «pédophiles, prostitués et drogués» : là est bien l’amalgame que nous dénoncions.

Nous voulons croire qu’il ne s’agissait pas d’une véritable volonté de nuire de votre part mais qu’en est-il du rôle pédagogique que peut jouer le journaliste ? Vous pourriez par exemple faire un article sur la difficulté de vivre son homosexualité à la Réunion. Certes, il est plus difficile de recueillir le témoignage de jeunes en souffrance en raison de l’homophobie et ne trouvant pas d’interlocuteurs vers qui se tourner ou de personnes victimes d’agressions physiques dans des lieux de rencontre homosexuels. Ne serait-ce pourtant là un vrai sujet d’enquête ?

Aussi, nous vous invitons vivement à poursuivre vos investigations - qui pourraient utilement dépasser le ladi lafé - et notamment à prendre contact avec les associations réunionnaises qui sont réellement présentes sur le terrain comme l’ARPS (Association réunionnaise pour la prévention du sida), RIVE (Réunion, Immunodéprimés, Vivre & Écouter) et Sid’aventure ou Gay-Union.

Sincèrement,



tjenbered

Pour la commission Culture & Société de Tjenbé Rèd,
Mouvement civique pour l’action & la réflexion
sur les questions noires, métisses & LGBT
en France ultramarine & hexagonale,
le président, David Auerbach Chiffrin
06 10 55 63 60




Signataires : Tjenbé Rèd (Mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT en France ultramarine & hexagonale) - Paris ;

Rive (Réunion, Immunodéprimés, Vivre & Écouter) - Saint-Denis de la Réunion - 11, rue du Four-à-Chaux - asso.rive@wanadoo.fr - Téléphone : 02 62 20 28 56 - Télécopie : 02 62 94 14 48 - Ouvert du lundi au vendredi de 8h00 à 17h00

Gay-Union (Lutte contre l’homophobie et promotion des cultures homosexuelles sur l’île de la Réunion) - Le Tampon, La Réunion - asso@gay-union.net - www.gay-union.net/




     
© TJENBÉ RÈD ! Mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) en France ultramarine & hexagonale
Association loi 1901 fondée le 1er mai 2007, déclarée le 24 mai 2007, Journal officiel du 16 juin 2007
CCP Paris 5355746U | IBAN FR94 2004 1000 0153 5574 6U02 070 | BIC PSSTFRPPPAR | SIRET 500 965 678 00013 | NAF/APE 9499Z
Membre du Comité consultatif des associations ultramarines près la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer
Membre de l’UNOM | Union nationale de l’outre-mer français
Membre du RAAC-sida | Réseau des associations africaines et caribéennes agissant en France dans la lutte contre le sida
Membre du CRAN | Conseil représentatif des associations noires en France
Membre associé, Observateur de la Fédération française des Centres LGBT
Membre du collectif UCIJ | Uni(e)s contre l’immigration jetable
Signataire de la Charte francilienne des intervenants en éducation pour la santé et membre du Schéma régional d’éducation pour la santé en Île-de-France
Signataire de la Charte de la Coordination française pour le droit d’asile
Signataire de l’Appel pour un moratoire universel sur la peine de mort lancé le 6 août 2007 par la Coalition mondiale contre la peine de mort
Signataire du pacte interassociatif Ni Pauvre, Ni Soumis du 4 février 2008
Soutien du collectif DroitsEtProstitution
Courriels : contact@tjenbered.fr | MSN : tjenbered@hotmail.fr | Myspace : http://www.myspace.com/tjenbered | Site Internet : http://www.tjenbered.fr/
Ligne d’écoute et d’information : +33 (0)6 10 55 63 60 (24h/24, répondeur à certaines heures)
Siège national : 113, boulevard Voltaire, 75011 Paris