smm
           
Affaire Anthony B : Tjenbé Rèd propose à l’Orange Bleue d’organiser un débat public sur le Reggae Compassionate Act et sur la murder music

(Tjenbé Rèd regrette par  ailleurs qu’un Collectif Vigilance Citoyenne ait méconnu le Reggae Compassionate Act en usant de méthodes inappropriées contre la murder music)

Paris, le mercredi 15 octobre 2008
Communiqué de presse n°TR08SOC28

Réagissez sur notre forum PDF RTF PDF|en RTF|en


Samedi 11 octobre, un «Collectif Vigilance Citoyenne» (CVC) s’élevait contre l’arrivée du chanteur homophobe Anthony B à Vitry-le-François, dans la Marne, en exhumant les extraits choisis d’un entretien donné par ce chanteur en 2001 au magazine Reggae Massive, document qui permet de lui attribuer de manière flagrante et incontestée des propos homophobes  [1] [2] [3.

* * *

Tjenbé Rèd salue cette initiative mais regrette que le CVC ait usé de méthodes inappropriées pour l’appuyer :

1°) Ainsi, le CVC estime, dans son communiqué du 11 octobre, qu’Anthony B est «plus connu pour son homophobie et ses appels au meurtre des gays que pour ses qualités artistiques». Cet argument n’est pas seulement un jugement de valeur, il est aussi inexact : Anthony B ne figure pas parmi les onze artistes visés par la campagne internationale Stop Murder Music, lancée en 2004, et le site Internet soulrebels.org, qui répertorie 207 titres de murder music, lui en attribue trois ou quatre dont un seul dont les paroles aient pu être retrouvées.

2°) Ensuite, le CVC évoque Vitry-le-François comme la «Capitale de l’homophobie» (le «C» majuscule étant d’origine). Le propos n’est-il pas excessif ? Ne pourrait-on, par exemple, avancer que Téhéran, connue pour ses pendaisons d’homosexuels, serait une «Capitale de l’homophobie» plus crédible ?

3°) Plus grave, le CVC manque de solidarité associative en s’exprimant sur la murder music sans faire état de la moindre concertation avec les acteurs mobilisés depuis des années sur le sujet comme le Jamaica Forum for Lesbians Allsexuals & Gays, le Black Gay Men’s Advisory Group, OutRage!, la Fédération française des Centres LGBT (lesbiens, gais, bi & trans) ou Tjenbé Rèd. Une telle concertation aurait pourtant permis au CVC de mentionner le Reggae Compassionate Act, une charte éthique issue des communautés noires et antillaises, qui a pour objet de lutter contre la murder music en associant ces communautés et non en les excluant.

4°) On pourrait également s’étonner que le CVC rende public un document en reprochant simultanément à l’Orange Bleue, salle de concert de Vitry-le-François, de ne pas le connaître. L’entretien donné par Anthony B en 2001 au magazine Reggae Massive moisissait dans les placards depuis un septennat et n’est pas même répertorié par le moteur de recherche Google : comment la salle vitryate aurait-elle pu le connaître ? N’eût-il pas été plus simple et plus constructif, plus respectueux, dans un premier temps, d’informer cette salle de l’existence de ce document, puis, dans un second temps et le cas échéant, de regretter qu’elle n’en ait pas tiré les conséquences voulues ? En droit, cela s’appelle le principe du contradictoire. La méthode choisie n’est pas sans évoquer la recherche du scandale : «Je cogne d’abord, je demande ensuite», cela ne correspond pas à nos standards de rigueur associative.

5°) Enfin, on pourrait s’étonner de l’anonymat observé par le CVC, qui refuse de répondre à la presse, aucune association de ce nom ne semblant par ailleurs déclarée dans la Marne.

* * *

Pour ces raisons, Tjenbé Rèd estime que la démarche suivie par le CVC pour lutter contre la murder music est inappropriée ;

Demande de nouveau à la société Mediacom de s’assurer que les artistes de ragga qu’elle invite régulièrement en France soient signataires du RCA ;

Demande de nouveau aux acteurs engagés dans la lutte contre la murder music d’appuyer leurs démarches sur le RCA ;

Sollicite de l’Orange Bleue, salle de concert vitryate, qu’elle organise dans les délais les plus brefs un débat public sur le RCA et sur la murder music. Ce serait son honneur, si ce n’est sa mission, de favoriser ainsi le dialogue et la pédagogie. En effet, si la dimension homophobe, sexiste ou raciste du ragga doit être dénoncée, sa dimension sociale et identitaire ne doit pas pour autant être ignorée : pour l’essentiel, le public du ragga en France hexagonale n’est pas spécifiquement composé d’homophobes mais de personnes noires & métisses originaires de Martinique et de Guadeloupe, qui trouvent dans cette musique et ses chanteurs un lien charnel avec leurs îles d’origines, ou de personnes de souche européenne, qui viennent partager les valeurs de tolérance et d’antiracisme souvent mises en avant par leurs idoles lors de leurs tournées européennes. Priver ce public de concert sans lui proposer un échange, un dialogue, serait à vrai dire assez peu démocratique, assez peu pédagogique ; ce serait favoriser l’émergence d’un ressentiment homophobe, ce serait manquer le but.





Pour la commission Culture & Société de Tjenbé Rèd,
le président, David Auerbach Chiffrin
tjenbered@hotmail.fr
06 12 95 16 21




     
zeboutik

     
© TJENBÉ RÈD ! Mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) en France ultramarine & hexagonale
Association loi 1901 fondée le 1er mai 2007, déclarée le 24 mai 2007, Journal officiel du 16 juin 2007
CCP Paris 5355746U | IBAN FR94 2004 1000 0153 5574 6U02 070 | BIC PSSTFRPPPAR | SIRET 500 965 678 00013 | NAF/APE 9499Z
Membre du Comité consultatif des associations ultramarines près la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer
Membre de l’UNOM | Union nationale de l’outre-mer français
Membre du RAAC-sida | Réseau des associations africaines et caribéennes agissant en France dans la lutte contre le sida
Membre du CRAN | Conseil représentatif des associations noires en France
Membre associé, Observateur de la Fédération française des Centres LGBT
Membre du collectif UCIJ | Uni(e)s contre l’immigration jetable
Signataire de la Charte francilienne des intervenants en éducation pour la santé et membre du Schéma régional d’éducation pour la santé en Île-de-France
Signataire de la Charte de la Coordination française pour le droit d’asile
Signataire de l’Appel pour un moratoire universel sur la peine de mort lancé le 6 août 2007 par la Coalition mondiale contre la peine de mort
Signataire du pacte interassociatif Ni Pauvre, Ni Soumis du 4 février 2008
Soutien du collectif DroitsEtProstitution
Courriels : contact@tjenbered.fr | MSN : tjenbered@hotmail.fr | Myspace : http://www.myspace.com/tjenbered | Site Internet : http://www.tjenbered.fr/
Ligne d’écoute et d’information : +33 (0)6 10 55 63 60 (24h/24, répondeur à certaines heures)
Siège national : 113, boulevard Voltaire, 75011 Paris
     


Pour recevoir ou consulter nos informations, cliquez ici