smm
           
Déclaration annexe à notre communiqué du 7 novembre, «Capleton en tournée, deux concerts annulés : Tjenbé Rèd persiste dans sa volonté d’établir un dialogue constructif»



Paris, le vendredi 7 novembre 2008
Communication n°TR08SOC35A

Réagissez sur notre forum PDF RTF PDF|en RTF|en


Capleton est en tournée en France et en Europe depuis le lundi 3 novembre et jusqu’au samedi 29 novembre  [1. Entre 1991 et 2007, ce chanteur de reggae dancehall jamaïcain a interprété jusqu’à 29 titres appelant au meurtre ou à la haine des personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans)  [2. En 2005, à l’initiative notamment des CGL (Centres gais & lesbiens) de Rennes, Lille et Reims, à l’initiative également de la société Bleu Citron Production et de la salle du Ramier à Toulouse, six concerts de ce chanteur avaient déjà été annulés  [3. Le 13 juin 2007, dans le cadre de la campagne Stop Murder Music (SMM) lancée en 2004, les associations jamaïcaines et britanniques J-FLAG (Jamaica Forum for Lesbians, Allsexuals & Gays), BGMAG (Black Gay Men’s Advisory Group) et OutRage! annonçaient que Capleton avait signé le Reggae Compassionate Act (RCA), charte éthique l’engageant notamment à ne plus interpréter de telles paroles. Cependant, dès le 25 décembre, Capleton violait sa signature en appelant son public à «brûler les pédés et les sodomites»  [2] .

Le 4 juin 2008, Tjenbé Rèd appelait le mouvement dancehall au dialogue sur la base du RCA  [4. Cet appel au dialogue reste à ce jour sans résultat public ou consistant. Les pourparlers entamés nous ont principalement fait perdre beaucoup de temps et d’argent. En revanche, ils ont permis à Capleton d’entamer sa tournée sans souci puisque nos interlocteurs exigeaient la confidentialité et la suspension de notre mobilisation  [5.

Au cours de ces pourparlers, nos interlocuteurs ont remis en cause la légitimité de notre mobilisation en estimant qu’elle méconnaissait le contexte jamaïcain. C’est pourquoi nous avons sollicité notre partenaire en Jamaïque, l’association J-FLAG (Jamaica Forum for Lesbians, Allsexuals & Gays), qui nous confirme dans une déclaration officielle qu’elle soutient pleinement notre démarche : «J-FLAG soutient les efforts de Tjenbé Rèd (SMM France) qui attire l’attention de l’opinion publique sur la tournée de Capleton, artiste de dancehall, à Paris et en France. Les personnes LGBT en Jamaïque sont soumises à une violence homophobe qui leur coûte souvent la vie. J-FLAG reste convaincue que cette situation est alimentée, entre autres choses, par les paroles homophobes des artistes de dancehall. Si des mesures ne sont pas prises pour remédier à la menace que ces paroles font peser sur elles, bien d’autres personnes LGBT en Jamaïque en souffriront. La campagne SMM a permis de rompre le silence. J-FLAG réaffirme sa volonté de faire respecter le caractère sacré de la vie et salue les contributions à la campagne SMM comme autant de contributions à la sécurité des personnes LGBT» (5 novembre 2008, traduction sous réserves, consulter l’original en anglais ou directement J-FLAG à leurs coordonnées)  [6.

La pleine adéquation de notre mobilisation au contexte jamaïcain est ainsi réaffirmée sans ambiguïté possible. Nous continuons de souhaiter le dialogue avec le mouvement dancehall, sur la base du RCA. Cependant, si ce dialogue devait se réduire à un simple échange de vues plus ou moins clandestin, si nous ne pouvions obtenir qu’il soit public et consistant, nous devrions alors le suspendre. En effet, suite à la mobilisation des associations suisses HABS (Homosexuelle Arbeitsgruppen Basel) et SMM Bern, un concert de Capleton vient d’être annulé à Bâle où la salle «Die Kaserne» a sans doute estimé que le risque de récidive était manifeste  [7. L’association suisse Pink Cross vient d’exiger l’annulation du concert prévu à Lausanne samedi 8 novembre  [8. Le site Internet Easymec viendrait d’obtenir l’annulation d’un concert prévu le 26 novembre à Toulouse et demande l’annulation des autres concerts de la tournée  [9. L’association À Jeu Egal demande l’interdiction du concert prévu le 29 novembre à Grenoble  [10. Tjenbé Rèd (SMM France) ne souhaiterait pas se démarquer plus longtemps, sans résultat à sa démarche de dialogue, des autres acteurs de la campagne SMM et doit, soit reprendre sa mobilisation, soit parvenir à l’instauration d’un dialogue public et consistant avec le mouvement dancehall.

Mardi 11 novembre à Paris, Tjenbé Rèd (SMM France) rencontrera le public de Capleton à Paris. Dès à présent, Tjenbé Rèd (SMM France) adresse une lettre au procureur général près la cour d’appel d’Angers pour l’inviter à vérifier que Capleton n’ait pas à nouveau tenu de propos homophobes à Changé en Mayenne, où il se produisait mercredi 5 novembre  [11. Tjenbé Rèd (SMM France) adresse également une lettre aux responsables légaux des salles où Capleton reste à se produire en France afin de les inviter à prendre toute mesure nécessaire pour interrompre ses concerts en cas de propos homophobes et enregistrer lesdits concerts afin de fournir à la justice la preuve des éventuels propos homophobes du chanteur. Cette dernière lettre comprend un rappel à la loi mais aussi des propositions concrètes pour assurer la sécurité juridique des contrats liant les salles à de tels artistes (plus d’une centaine d’artiste est concernée) ; nous en adressons une copie aux procureurs généraux près les cours d’appel concernées (Paris, Montpellier, Nancy, Aix-en-Provence, Bordeaux, Toulouse, Lyon et Grenoble), ainsi qu’aux maires concernés (Paris, Montpellier, Nancy, Ramatuelle, Vaux-le-Pénil, Bordeaux, Tournefeuille, Marseille, Saint-Etienne et Grenoble)  [12.







Pour Tjenbé Rèd
(Stop Murder Music France)
Le président, David Auerbach Chiffrin
tjenbered@hotmail.fr
06 10 55 63 60




     
zeboutik

     
© TJENBÉ RÈD ! Mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) en France ultramarine & hexagonale
Association loi 1901 fondée le 1er mai 2007, déclarée le 24 mai 2007, Journal officiel du 16 juin 2007
CCP Paris 5355746U | IBAN FR94 2004 1000 0153 5574 6U02 070 | BIC PSSTFRPPPAR | SIRET 500 965 678 00013 | NAF/APE 9499Z
Membre du Comité consultatif des associations ultramarines près la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer
Membre de l’UNOM | Union nationale de l’outre-mer français
Membre du RAAC-sida | Réseau des associations africaines et caribéennes agissant en France dans la lutte contre le sida
Membre du CRAN | Conseil représentatif des associations noires en France
Membre associé, Observateur de la Fédération française des Centres LGBT
Membre du collectif UCIJ | Uni(e)s contre l’immigration jetable
Stop Murder Music France, relais du réseau Stop Murder Music en France
Signataire de la Charte francilienne des intervenants en éducation pour la santé et membre du Schéma régional d’éducation pour la santé en Île-de-France
Signataire de la Charte de la Coordination française pour le droit d’asile
Signataire de l’Appel pour un moratoire universel sur la peine de mort lancé le 6 août 2007 par la Coalition mondiale contre la peine de mort
Signataire du pacte interassociatif Ni Pauvre, Ni Soumis du 4 février 2008
Soutien du collectif DroitsEtProstitution
Courriels : contact@tjenbered.fr | MSN : tjenbered@hotmail.fr | Myspace : http://www.myspace.com/tjenbered | Site Internet : http://www.tjenbered.fr/
Ligne d’écoute et d’information : +33 (0)6 10 55 63 60 (24h/24, répondeur à certaines heures)
Siège national : 113, boulevard Voltaire, 75011 Paris
     


Pour recevoir ou consulter nos informations, cliquez ici