smm
           
Précisions au site Internet 24heures.ch après le concert de Capleton au Metrotop



Paris, le lundi 10 novembre 2008
Communication n°TR08SOC37

Réagissez sur notre forum PDF RTF PDF|en RTF|en


Messieurs,

Nous réagissons à la publication ce jour d’un article (finement) dénommé «Les méthodes pas très gaies pour faire taire le Metropop», sur votre site Internet 24heures.ch. Cet article présente Capleton comme le chantre de la «tolérance, de la justice et de l’égalité»... Il précise : «Aucun appel au pogrom antigay, nul prêche homophobe - qui l’aurait de toute façon comprise (sic), alors que l’artiste jamaïcain ne parvenait même pas à faire chanter à la salle le mot emperor ?» Ces mentions appellent deux remarques :

D’UNE PART, l’objectivité de rigueur en matière journalistique eût voulu que votre article évoquât, en regard de cette description très peace & love du concert du grand homme, les propos beaucoup moins peace & love dont il est ou était coutumier sur ses disques ou devant son auditoire domestique, par exemple : «Brûle un pédé, saigne un pédé à blanc... Les sodomites et les pédés, je les bute avec mon flingue... Tu dois savoir que Capleton crame les pédés... Et les lesbiennes, je les crame pareil... Je dis que je crame les pédés et les sodomites dès que je sais qu’ils sont pédés... Tous les pédés et les sodomites doivent être butés... Allez, pendez-les avec une chaîne... Tous ces pédés qui rôdent, Mère-Nature nous dit qu’aucun ne peut survivre...» À moins que ces propos ne correspondent à votre définition de la «tolérance, de la justice et de l’égalité» ?

D’AUTRE PART, selon vous, si nous saisissons bien le sens votre article (mais peut-être est-ce la barrière de la langue...), un «appel au pogrom» qui n’aurait pas été compris de l’auditoire helvète n’eût pas été bien choquant. La Suisse a-t-elle pour habitude d’attendre qu’on lui traduise les appels au «pogrom» avant d’y réagir ? Je sais mais puisque je ne comprends pas, je ne sais pas ? Ce raisonnement, il est vrai, a déjà prévalu face à d’autres pogroms. Il est décidément des contextes où l’usage d’un mot révèle un malencontreux manque de tact ou de connaissance de l’histoire.

VOUS PARLEZ, décrivant la campagne menée par Stop Murder Music Bern ou Swissgay, de «cabale diffamatoire basée sur des méthodes inadmissibles». De quelles méthodes parlez-vous ? Vous évoquez sans preuve des procédés rocambolesques mais, plus simplement, nous menons une campagne médiatique et les gens sont libres de se ranger ou pas à nos arguments. Nous n’avons guère d’autres moyens pour défendre nos frères et soeurs lesbiennes, gais, bi & trans qui sont, en Jamaïque, régulièrement torturés et massacrés dans l’indifférence générale - si ce n’est sous les rires de la foule et avec sa participation - par des brutes qui chantonnent ce faisant les paroles d’artistes comme Sizzla, Capleton ou Beenie Man (ce que la chaîne de télévision franco-allemande Arte évoquait encore, le 19 septembre, dans un reportage intitulé «Love, peace, unity et homophobie»). Nos seules armes sont les faits, cruels il est vrai : en l’espèce, Capleton a publié ou interprété, entre 1991 et 2007, vingt-neuf chansons homophobes. Deux fois (le 7 juin 2005 et le 10 mai ou le 13 juin 2007), il s’est engagé à ne plus le faire. Deux fois (en décembre 2005 puis le 25 décembre 2007), il a violé sa promesse. QU’EST-IL BESOIN D’AJOUTER ?

Vous trouverez les éléments appuyant nos affirmations sur divers sites Internet dont le nôtre ou le site Murder Inna Dancehall.







Pour Tjenbé Rèd
(Stop Murder Music France)
Le président, David Auerbach Chiffrin
tjenbered@hotmail.fr
+33 (0)6 10 55 63 60




     
zeboutik

     
© TJENBÉ RÈD ! Mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) en France ultramarine & hexagonale
Association loi 1901 fondée le 1er mai 2007, déclarée le 24 mai 2007, Journal officiel du 16 juin 2007
CCP Paris 5355746U | IBAN FR94 2004 1000 0153 5574 6U02 070 | BIC PSSTFRPPPAR | SIRET 500 965 678 00013 | NAF/APE 9499Z
Membre du Comité consultatif des associations ultramarines près la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer
Membre de l’UNOM | Union nationale de l’outre-mer français
Membre du RAAC-sida | Réseau des associations africaines et caribéennes agissant en France dans la lutte contre le sida
Membre du CRAN | Conseil représentatif des associations noires en France
Membre associé, Observateur de la Fédération française des Centres LGBT
Membre du collectif UCIJ | Uni(e)s contre l’immigration jetable
Stop Murder Music France, relais du réseau Stop Murder Music en France
Signataire de la Charte francilienne des intervenants en éducation pour la santé et membre du Schéma régional d’éducation pour la santé en Île-de-France
Signataire de la Charte de la Coordination française pour le droit d’asile
Signataire de l’Appel pour un moratoire universel sur la peine de mort lancé le 6 août 2007 par la Coalition mondiale contre la peine de mort
Signataire du pacte interassociatif Ni Pauvre, Ni Soumis du 4 février 2008
Soutien du collectif DroitsEtProstitution
Courriels : contact@tjenbered.fr | MSN : tjenbered@hotmail.fr | Myspace : http://www.myspace.com/tjenbered | Site Internet : http://www.tjenbered.fr/
Ligne d’écoute et d’information : +33 (0)6 10 55 63 60 (24h/24, répondeur à certaines heures)
Siège national : 113, boulevard Voltaire, 75011 Paris
     


Pour recevoir ou consulter nos informations, cliquez ici