INTER CENTRES LGBT
Fédération française des CGL et des militantEs qui se destinent
à l’accueil des personnes LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans)

COMMUNIQUÉ N°IC/CP/04/24
Angers (France) - Bruxelles (Belgique) -
luxembourg-Ville (Luxembourg) - Varsovie (Pologne),
le mardi 19 octobre 2004



Nomination d’un commissaire européen homophobe

NON À BUTTIGLIONE, OUI À L’ÉGALITÉ DES DROITS !

(L’INTER CENTRES LGBT, la FAGL, Rosa Lëtzebuerg et Kampania
Signent l’appel lancé par Pierre Albertini et Louis-Georges Tin
Contre la nomination de M. Buttiglione à la Commission européenne)


Acces a la version anglaise


     

Rocco Buttiglione © Commission européenne

       
La confirmation imminente de Rocco Buttiglione comme commissaire européen à la Justice, la Liberté et la Sécurité constitue un grave péril pour les droits des personnes lesbiennes, gaies, bi et trans en Europe. Lorsqu’il était ministre de Silvio Berlusconi, Rocco Buttiglione a montré qu’il mettait son homophobie en pratique : demain, il risque de sévir au niveau européen.
Nous avons beaucoup obtenu de l’Europe en matière d’égalité des droits : nous aurions désormais beaucoup à craindre. Il n’est peut-être pas trop tard. Mercredi 27 octobre, le Parlement européen doit suivre sa commission des Libertés civiles, de la Justice et des Affaires intérieures qui s’est, le 11 octobre, opposée à la nomination de Rocco Buttiglione.

Particulièrement, à l’heure où le Parlement français étudie deux textes fondamentaux pour la lutte contre les discriminations, les EurodéputéEs françaiSEs se doivent d’être exemplaires : les CGL de France et leurs Membres associés le leur demandent par écrit et rendront compte de leur réponse et de leur vote.

Les associations européennes INTER CENTRES LGBT, FAGL, Rosa Lëtzebuerg et Kampania signent l’appel lancé par Pierre Albertini et Louis-Georges Tin : «Non à Buttiglione, oui à l’égalité des droits !»
http://www.PetitionOnline.com/buttigli/petition.html


Pour l’INTER CENTRES LGBT,

Vu l’article R11-2, alinéas 3 à 7
Du règlement intérieur,

La Porte-parole nationale déléguée,
Nadine Lejeune-Combrault
+33 (0)6 99 39 57 77

Le Porte-parole national délégué,
David Auerbach
+33 (0)6 12 95 16 21

Pour la FAGL,

Le Président,
Michel Thomé
+32 (0)476 396 177



Pour Rosa Lëtzebuerg,

Le Président,
François Diderrich
+352 (0)9 11 96 244

Pour Kampania,

Le Président,
Rober Biedron
+48 (0)600 950 339


[a] Texte de l’appel lancé par Pierre Albertini et Louis-Georges Tin
[b] Texte de la lettre adressée par la Fédération française des CGL et de leurs Membres associés aux EurodéputéEs françaiSEs
[c] Texte de la lettre adressée par la FAGL aux présidents des partis démocratiques francophones de Belgique
[d] Adresses des EurodéputéEs

[a] Texte de l’appel lancé par Pierre Albertini et Louis-Georges Tin :

Non à Buttiglione, oui à l’égalité des droits !


Récemment, la présidence de la commission des droits des femmes et de l’égalité des genres au parlement européen a été attribuée à Anna Zaborska, malgré ses tonitruantes déclarations contre le droit à l’avortement et en faveur de l’internement des homosexuels en asile psychiatrique. Aujourd’hui, la nomination de Rocco Buttiglione au poste de commissaire européen à la justice, à la liberté et à la sécurité serait non seulement une nouvelle insulte faite aux millions de femmes, d’homosexuels, et plus généralement à tous les démocrates de l’Union Européenne, mais constituerait également une terrible menace pour les actions futures en faveur de l’égalité des droits. Les déclarations officielles de M. Buttiglione sur les femmes («la famille existe pour permettre à la femme d’avoir des enfants et d’être protégée par son mari») et sur les homosexuels («l’homosexualité est un péché») le disqualifient pour un poste aussi sensible.

Mais, pourrait-on dire, il ne s’agit que de mots ou de phrases. Vraiment ? En juillet 2003, étant lors ministre du gouvernement Berlusconi, M. Buttiglione s’est signalé en sabotant la transposition de la directive européenne contre les discriminations homophobes en Italie : il a habilement introduit dans la loi une clause dérogatoire qui autorise des exceptions quand il s’agit de recruter dans la police, dans l’armée, dans les prisons, etc., rendant le nouveau système finalement plus discriminatoire que l’ancien. Dans ces conditions, il est permis de douter de la bonne foi de M. Buttiglione quand il affirme qu’il s’agit de convictions religieuses et privées qui n’auraient aucune incidence sur son engagement politique en la matière. Il s’est déjà illustré en Italie sur les questions liées à l’homosexualité ou à la contraception. Son action passée dément ses propos présents et fait craindre, à juste titre, une politique tout a fait désastreuse à l’avenir.

Pourtant, le vote doublement négatif de la commission parlementaire ne semble pas avoir fermé totalement la porte à la nomination de M. Buttiglione, et M. José Manuel Barroso, président de la Commission, lui a renouvelé sa confiance dès le lendemain. D’obscurs marchandages («l’énergie» contre «la justice») semblent devoir peser sur le résultat du vote d’investiture le 27 octobre, et dans l’état actuel des choses, M.  Buttiglione pourrait entrer en fonction le 1er novembre prochain.

Il serait tout à fait scandaleux et antidémocratique que le vote d’une commission du Parlement européen puisse être ainsi foulé aux pieds. Les députés européens qui ont voté comme ils l’ont fait le 11 octobre ont donné à entendre la voix des citoyens qui viennent de les élire. Les désavouer de la sorte reviendrait à mépriser ostensiblement les dizaines de millions d’Européens qui, attachés à cet idéal commun de sécularisation et désireux de le défendre, ne veulent pas que leur avenir juridique et politique soit façonné par le fondamentalisme religieux.

Nous demandons aux députés européens, quelle que soit leur appartenance politique ou nationale, de refuser la confiance à la Commission Barroso, si M.  Buttiglione y figure au poste de commissaire à la Justice, à la liberté et à la sécurité. Au moment où la lutte contre le sexisme, l’homophobie et les fondamentalismes religieux doit nous mobiliser plus que jamais, nous pensons que l’Union Européenne doit s’unir pour affirmer les valeurs de liberté et d’égalité, quels que soient le sexe, l’identité de genre ou l’orientation sexuelle. La nomination de M. Buttiglione marquerait la victoire d’un ordre symbolique réactionnaire qui, partie intégrante du problème, ne saurait en être la solution.

Ce texte a été rédigé par Pierre Albertini, historien, et Louis-Georges Tin, initiateur de la Journée Mondiale de Lutte Contre l’Homophobie. Il est possible de le signer sur le site Internet suivant :
http://www.PetitionOnline.com/buttigli/petition.html

Premiers signataires :

Associations françaises : An Nou Allé ! CGL 972 (Martinique), ARIS (Lyon), c’est l’bouquet !, CIGaLes (Dijon), Collectif contre l’homophobie et pour l’égalité, Comme ça ! (Rouen), Commission LGBT des Verts, Couleurs Gaies (CGL Metz), David et Jonathan, Émergence 57 (Sarreguemines), Énergay, Ex Æquo (CGL Reims), Forum gai et lesbien (CGL Lyon), Homo-Sphère (Nouvelle-Calédonie), Homoboulot, Homonormalités, INTER CENTRES LGBT (Fédération française des CGL et de leurs Membres associés), Inter-LGBT, J’En Suis, J’Y Reste (CGL Lille), Quazar (CGL Angers), Reims Liberté Gaie (CGL Reims), Sida Info Service, SOS homophobie...

Autres associations européennes : Asociación Pro Derechos Humanos de Andalucía (Espagne), Association Européenne pour la Défense des Droits de l’Homme (FIDH-AE), Campaign Against Homophobia (Pologne), Fédération des Associations Gayes et Lesbiennes en Belgique francophone (FAGL, Belgique), Gemini (Bulgarie), ILGA (Portugal), Ligue des Droits de l’Homme (Belgique), Ligue des Droits de l’Homme (Pays-Bas), Nash Mir Gay and Lesbian Centre (Ukraine), OutRage ! (Angleterre), Rosa Lëtzebuerg (Association pour les gays, lesbiennes et les transgenres de Luxembourg)...

Individus : Clémentine Autain (adjointe au maire de Paris), Christine Bard (historienne), Daniel Borrillo (juriste), Christine Delphy (sociologue), Eric Fassin (sociologue), Geneviève Fraisse (ancienne députée européenne, philosophe), Jacques Gaillot (évêque), Anne F. Garréta (écrivaine, universitaire), Christophe Girard (adjoint au maire de Paris), Noël Mamère (député), Philippe Mangeot (rédacteur en chef de «Vacarme»), Yves Nida (ingénieur), Nicole-Claude Matthieu (anthropologue), Evelyne Pisier (politologue), Jean-Luc Romero (président d’Aujourd’hui, Autrement), Pierre Serne (conseiller municipal), Florence Tamagne (historienne), Peter Tatchell (responsable associatif), Michel Tort (psychanalyste, universitaire), Dominique Voynet (sénatrice)...

[b] Texte de la lettre adressée par la Fédération française des CGL et de leurs Membres associés aux EurodéputéEs françaiSEs (repris et adapté du texte de la lettre adressée par la FAGL aux présidents des partis démocratiques francophones de Belgique) :

Candidature de M. Buttiglione : interpellation urgente des EurodéputéEs françaiSEs

Madame la Députée,

Monsieur le Député,

Les CGL de France et leurs Membres associés, qui regroupent 2.260 militantEs et 125 organisations LGBT à travers toute la France et qui accueillent 26.800 personnes par an, sont consternés par les propos tenus par Monsieur Rocco Buttiglione, candidat au poste de commissaire européen à la Justice, la Liberté et la Sécurité. Les positions qu’il a exprimées sur la famille (qui existerait pour «permettre aux femmes d’avoir des enfants et la protection d’un mâle») et sur l’homosexualité (qui serait «un péché») sont indignes des valeurs qui animent les démocraties européennes. Ils discréditent à nos yeux ce candidat à la confirmation comme membre de la future Commission européenne. C’est pourquoi nous considérons avec la plus vive inquiétude la possibilité de voir Monsieur Buttiglione accéder aux fonctions qu’il convoite.

Nous nous réjouissons de la position de la commission des Libertés civiles du Parlement européen qui a décidé de refuser cette candidature. Vous savez cependant que cet avis n’est pas formellement contraignant. Même s’il sera difficile de ne pas en tenir compte, le Parlement européen ne peut se prononcer que pour ou contre la Commission désignée dans son ensemble, sans possibilité de récuser un commissaire en particulier.

Dans ce contexte, la Fédération française des CGL et de leurs Membres associés souhaite connaître la position que vous adopterez. Il nous apparaît que les faits sont suffisamment graves pour justifier que les partis démocratiques français, membres eux-mêmes de partis européens représentés au Parlement européen, se positionnent sur cette question. Vu la proximité du vote, qui aura lieu le 27 octobre après débat en séance plénière le 26 octobre, nous vous serions reconnaissant d’une réaction rapide à la présente interpellation.

Nous vous demandons de refuser votre confiance à la prochaine Commission européenne si Monsieur Buttiglione y figure au poste de commissaire à la Justice, la Liberté et la Sécurité. À l’heure où le Parlement français étudie deux textes fondamentaux pour la lutte contre les discriminations, les EurodéputéEs françaiSEs se doivent d’être exemplaires. Les réponses que vous voudrez bien nous fournir seront dès réception publiées sur notre site Internet.

Souhaitant pouvoir rencontrer votre compréhension, nous nous plaçons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et vous prions de croire, Madame la Députée, Monsieur le Député, en l’expression de notre respectueuse considération.

L’association..., CGL de...
(ou) L’association..., Membre associé de la Fédération...
(ou)..., Correspondant local de la Fédération...

[c] Texte de la lettre adressée par la FAGL aux présidents des partis démocratiques francophones de Belgique :

Candidature de M. Buttiglione : interpellation urgente des Présidents des partis démocratiques francophones de Belgique

Monsieur le Président,

La Fédération des Associations Gayes et Lesbiennes francophones de Belgique (FAGL asbl) est consternée par les propos tenus par Monsieur Rocco Buttiglione, le candidat italien au poste de Commissaire à la justice, aux libertés et à la sécurité. Les positions qu’il a exprimées sur la famille, le rôle de la femme et sur l’homosexualité, considérée comme un péché, sont indignes des valeurs qui animent les démocraties européennes. Ils discréditent à nos yeux la confirmation de ce candidat comme membre de la future Commission européenne. C’est pourquoi la FAGL considère avec la plus vive inquiétude la possibilité de voir Monsieur Buttiglione accéder aux fonctions qu’il convoite.

Nous nous réjouissons de la position de la Commission des libertés civiles du Parlement européen qui a décidé de refuser cette candidature. Vous savez cependant que cet avis n’est pas formellement contraignant. Même s’il sera difficile de ne pas en tenir compte, le Parlement européen ne peut se prononcer que pour ou contre la Commission dans son ensemble, sans possibilité de récuser un commissaire en particulier.

Dans ce contexte, la FAGL souhaite connaître la position qu’adopteront les eurodéputés belges francophones de votre formation politique. Il nous apparaît que ces faits sont suffisamment graves que pour justifier que les partis belges francophones, membres eux-mêmes de partis européens représentés au Parlement européen, se positionnent sur cette question.

c’est pourquoi nous souhaiterions connaître la position de votre parti à ce sujet, ainsi que les consignes ou les conseils que votre parti donnera à ses députés européens.

Vu la proximité du vote, qui aura lieu le 27 octobre après débat en séance plénière le 26 octobre, nous vous serions reconnaissant d’une réaction rapide à la présente interpellation.

Les réponses que vous voudrez bien nous fournir seront publiées sur le site internet de la FAGL dès réception ainsi que dans les publications des 17 associations membres de notre fédération.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments distingués.

[d] Adresses des EurodéputéEs :


Liste des 78 EurodéputéEs françaiSEs éluEs le 13 juin :
http://www.rtl.fr/RtlInfo/europeennes/article.asp?dicid=191978

Nord-Ouest : 12 sièges
M. Jacky Hénin (PCF)
M. Jean-Louis Cottigny (PS)
Mme Brigitte Douay (PS)
Mme Marie-Noëlle Lienemann (PS)
M. Vincent Peillon (PS)
M. Henri Weber (PS)
Mme Hélène Flautre (Verts)
M. Jean-Louis Bourlanges (UDF)
M. Jean-Paul Gauzes (UMP)
Mme Tokia Saïfi (UMP)
M. Carl Lang (FN)
Mme Chantal Simonot (FN)

Ouest : 10 sièges
M. Stéphane Le Foll (PS)
M. Bernard Poignant (PS)
Mme Marie-Line Reynaud (PS)
M. Yannick Vaugrenard (PS)
Mme Bernadette Vergnaud (PS)
Mme Marie-Hélène Aubert (Verts)
M. Philippe Morillon (UDF)
Mme Roselyne Bachelot (UMP)
M. Ambroise Guellec (UMP)
M. Philippe de Villiers (MPF)

Est : 10 sièges
M. Benoît Hamon (PS)
Mme Adeline Hazan (PS)
M. Pierre Moscovici (PS)
Mme Catherine Trautmann (PS)
Mme Marie-Anne Isler-Béguin (Verts)
M. Jean-Marie Beaupuy (UDF)
Mme Nathalie Griesbeck (UDF)
M. Joseph Daul (UMP)
Mme Véronique Mathieu (UMP)
M. Bruno Gollnisch (FN)
Sud-Ouest : 10 sièges
M. Kader Arif (PS)
Mme Françoise Castex (PS)
M. Robert Navarro (PS)
Mme Béatrice Patrie (PS)
M. Gérard Onesta (Verts)
M. Jean-Marie Cavada (UDF)
Mme Anne Laperrouze (UDF)
Mme Christine de Veyrac (UMP)
M. Alain Lamassoure (UMP)
M. Jean-Claude Martinez (FN)
Sud-Est : 13 sièges
M. Guy Bono (PS)
Mme Marie-Arlette Carlotti (PS)
M. Michel Rocard (PS)
Mme Martine Roure (PS)
M. Jean-Luc Bennahmias (Verts)
M. Thierry Cornillet (UDF)
Mme Claire Gibault (UDF)
Mme Françoise Grossetête (UMP)
M. Ari Vatanen (UMP)
Mme Dominique Vlasto (UMP)
M. Patrick Louis (MPF)
M. Jean-Marie Le Pen (FN)
Mme Lydia Schenardi (FN)
Massif-Central-Centre : 6 sièges
Mme Bernadette Bourzai (PS)
Mme Catherine Guy-Quint (PS)
M. André Laignel (PS)
Mme Janelly Fourtou (UDF)
Mme Marylène Descamps (UMP)
M. Brice Hortefeux (UMP)
Ile-De-France : 14 sièges
M. Francis Wurtz (PCF)
Mme Pervenche Bérès (PS)
M. Harlem Désir (PS)
Mme Anne Ferreira (PS)
M. Gilles Savary (PS)
M. Pierre Schapira (PS)
M. Alain Lipietz (Verts)
Mme Marielle de Sarnez (UDF)
M. Bernard Lehideux (UDF)
Mme Nicole Fontaine (UMP)
M. Patrick Gaubert (UMP)
M. Jacques Toubon (UMP)
M. Paul-Marie Couteaux (MPF)
Mme Marine Le Pen (FN)

Outre-Mer : 3 sièges
M. Paul Vergès (PCR)
M. Jean-Claude Fruteau (PS)
Mme Margie Sudre (UMP)


L’INTER CENTRES LGBT fédère les CGL de France et leurs Membres associés.
les 32 Membres de l’INTER CENTRES LGBT sont les sept CGL d’Angers, Lille, Lyon, Metz, Paris et Reims, et leurs 25 Membres associés à Bordeaux, Caen, Chartres, Chauny, Cherbourg, Dijon, Grenoble et Lyon, au Mans, à Marseille, Mont-de-Marsan, Nancy, Nice, Nîmes, Nouméa, Orléans, Rennes, Rivière-Salée, Rouen et Sarreguemines, au Tampon, à Toulouse, Tours, Troyes et Valence.
les 32 Membres de l’INTER CENTRES LGBT fédèrent 2.260 militantEs et 125 organisations LGBT à travers toute la France.
les 32 Membres de l’INTER CENTRES LGBT accueillent environ 26.800 personnes par an (données 2003 recueillies auprès de 13 Membres sur 32).
L’INTER CENTRES LGBT est soutenue par le Syndicat national des entreprises gaies.



Version anglaise

INTER CENTRES LGBT
(French Gay and Lesbian Centers’Federation)

PRESS RELEASE N°IC/CP/04/24
Angers (France) - Brussels (Belgium) - Luxembourg-City (Luxembourg) - Warsaw (Poland),
Tuesday, October 19th 2004

Nomination of a homophobic European Commissioner

NO TO BUTTIGLIONE, YES TO EQUAL RIGHTS!

(INTER CENTRES LGBT, FAGL, Rosa Lëtzebuerg and Kampania sign the petition launched by Pierre Albertini and Louis-George Tin against the appointment of Mr Buttiglione to the European Commission)

The imminent nomination of Rocco Buttiglione as European Commissioner for Justice, Liberty and Security constitutes a serious danger for the rights of LGBT people in Europe. When he was a minister of Silvio Berlusconi in Italia, Rocco Buttiglione already put his homophobia into practice. He and his homophobic tendancies are at risk of prevailing over Europe.

Thanks to European directives, we have made many advances in terms of equal rights. However, from now on, we have much to fear. Perhaps it is not too late. On October 27th, the European Parliament is to declare its support for the commission of Civil Liberties which, on October 11th, voted against the nomination of Rocco Buttiglione.

Especially, at a time when the French Parliament is looking at two important bills for the fight against discrimination, French members of the European Parliament must be exemplary. The French Federation of Gay and Lesbian Centers is asking French Euro MP to vote against Rocco Buttiglione and will publish their response and their vote.

INTER CENTRES LGBT, FAGL, Rosa Lëtzebuerg and Kampania sign the petition launched by Pierre Albertini and Louis-Georges Tin: «No to Buttiglione, yes to equal rights!»

[a] Text of the petition launched by Pierre Albertini and Louis-Georges Tin:

No to Buttiglione, yes to equal rights!

Recently the presidency of the Commission of Women’s rights and Gender equality of the European Parliament was given to Anne Zaborska, in spite of her astonishing declarations against the right to abortion and in favour of the internment of homosexuals in psychiatric asylums. Today the nomination of Rocco Buttiglione as a European commissioner for Justice, Liberty and Safety would be not only one new insult made to millions of women, homosexuals, and more generally to all the democrats of the European Union, but would also constitute a terrible threat for future actions in favour of equal rights. Mr Buttiglione’s official statement about women («the family exists to allow the woman to have children and to be protected by her husband») and about homosexuals («homosexuality is a sin») makes him quite unappropriate for such a difficult position.

But, one could say, these are only words or sentences. Really? In July 2003, while a Minister in the Berlusconi government, Mr Buttiglione made himself famous by sabotaging the transposition of the European directive against homophobic discrimination in Italy: he skilfully introduced into the law a derogation clause which authorizes exceptions when it is about recruiting in the police, in the army, in prisons, etc, making the new system in the end more discriminatory than the previous one. Hence, we have some reason to question Mr Buttiglione’s sincerity when he claims that these are only religious and private ideas, which will have no particular consequence on his political actions. He is already known in Italy for what he has done about homosexuality and contraception. What he has done previously stands in sharp contrast with what he says now and gives us some reason to fear some disastrous policy indeeed in the future.

Being twice rejected by the Commission of Justice, liberty, and safety, Buttiglione seems to be still approved by Mr Barroso, president of the European Commission, who confirmed his total support to Mr Buttiglione the day after this rejection. Obscure negociations («energy» against «justice») seem to jeopardize the eventual decision about this nomination, and as things are going on, Mr Buttiglione could just take up duty on November 1st.

It would be completely scandalous and antidemocratic that the double vote of the commission of the European Parliament can be just ignored in such a despicable way. It seems to us that the European deputies who voted as they did on October 11th were voicing the opinion of the citizens who have just elected them. To ignore their position would just be to ignore millions of european citizens who feel concerned about this common ideal of secularization, and who definitely want to preserve it, as they do not want their legal and political future to be shaped and defined by some religious fundamentalism...

We ask the European deputies, whatever their political or national affiliation, to refuse a vote of confidence in the Barroso Commission if Mr Buttiglione appears as a Commissioner for justice, liberty ad security. As we have to fight more than ever now against sexism, homophobia and religious fundamentalism, whatever its origin, we think that the European Union should insist upon the very notions of liberty and equality, whatever the sex, gender identity or sexual orientation. The nomination of Mr Buttiglione would be the victory of a reactionnary symbolical order which, being part of the problem, cannot be part of any solution.

This text was written by Pierre Albertini, historian, and Louis-Georges Tin, initiators of the International Homophobia Awareness Day. It’s possible to sign it on this website:
http://www.PetitionOnline.com/buttigli/petition.html

First signatories:

French associations: An Nou Allé ! CGL 972 (Martinique), ARIS (Lyon), c’est l’bouquet !, CIGaLes (Dijon), Collectif contre l’homophobie et pour l’égalité, Comme ça ! (Rouen), Green Party LGBT Commission, Couleurs Gaies (CGL Metz), David et Jonathan, Émergence 57 (Sarreguemines), Énergay, Ex Æquo (CGL Reims), Forum gai et lesbien (CGL Lyon), Homo-Sphère (Nouvelle-Calédonie), Homoboulot, Homonormalités, INTER CENTRES LGBT (French Gay and Lesbian Centers’Federation), Inter-LGBT, J’En Suis, J’Y Reste (CGL Lille), Quazar (CGL Angers), Reims Liberté Gaie (CGL Reims), Sida Info Service, SOS homophobie...

Other European associations: Asociación Pro Derechos Humanos de Andalucía (Spain), Association Européenne pour la Défense des Droits de l’Homme (FIDH-AE), Campaign Against Homophobia (Poland), Gay and Lesbian Associations’Federation in Francophone Belgium (FAGL, Belgium), Gemini (Bulgarie), ILGA (Portugal), League of Human Rights (Belgium), League of Human Rights (Netherlands), Nash Mir Gay and Lesbian Centre (Ukraine), OutRage ! (England), Rosa Lëtzebuerg (Association for Gay, Lesbian and Transgender people of Luxembourg)...

Individuals: Clémentine Autain (city councillor of Paris), Christine Bard (historian, France), Daniel Borrillo (jurist, France), Christine Delphy (sociologist, France), Eric Fassin (sociologist, France), Geneviève Fraisse (formerly European deputy, philosopher, France), Jacques Gaillot (bishop, France), Anne F. Garréta (French writer, academic, France), Christophe Girard (city councillor of Paris), Noël Mamère (deputy, France), Philippe Mangeot (chief redactor of «Vacarme», France), Yves Nida (engineer, France), Nicole-Claude Matthieu (anthropologist, France), Evelyne Pisier (politologist, France), Jean-Luc Romero (president of the French political party Aujourd’hui, Autrement), Pierre Serne (city councillor, France), Florence Tamagne (historian, France), Peter Tatchell (political militant, United Kingdom), Michel Tort (psychoanalyst, academic, France), Dominique Voynet (senator, France)...

[English translation of the above French original text. In the event of any differences between the English translation and the French original, the French text shall prevail. Translated thanks to Pete Jones.]

No to Buttiglione, yes to equal rights!

Retour a la version francaise


V5IC__200410191947ICP_/V4DA__200410191640LGTC/V3P_CC200410182024ICRF/
V2DA__200410181821LGT_/V1DA__200410180433CCLG__


Non à Buttiglione, oui à l’égalité des droits !
http://inter-centres-lgbt.org/10R/10Rcp13eu.html
Mis en ligne le 19 octobre 2004. Mis à jour le 25 octobre 2004

INTER CENTRES LGBT
Alliance des Centres lesbiens, gais, bi & trans de France et de leurs Membres associés
Association loi 1901 fondée le 12 décembre 1998, déclarée le 5 novembre 2003 (J.O. du 22 novembre 2003)
contact@inter-centres-lgbt.org - http://inter-centres-lgbt.org/
C/o J’En Suis, J’Y Reste, Centre gai & lesbien de Lille - 19, rue de Condé - 59000 Lille
Sept Membres titulaires : CGL Paris, Couleurs Gaies - Centre LGBT de Moselle (Metz), Ex Æquo (Reims), FGL Lyon, J’En Suis, J’Y Reste (CGL Lille), Quazar (Angers) et Reims Liberté Gaie
Vingt-cinq Membres associés : An Nou Allé ! (CGL Martinique), Arc-en-ciel 31 (Toulouse), ARIS (Lyon), CGL Nîmes, CGL Rennes, CIGaLes (Dijon), C.I.GA.LE. (Grenoble), Enfants terribles (Caen), GAG Loiret (Orléans), HOMogênE (Le Mans) et Homo-Sphère (Nouméa) (Associations affinitaires),
Mimi Chiola (Nice), Siegfried Fossey des anciens Enfants terribles (Cherbourg), François Garrido de l’ancienne Maison de l’homosocialité de Bordeaux, Bernadette Lassus de l’ancienne Maison des homosexualités de Touraine et Jean-Gabriel Wlock de l’ancienne Homosphère (Troyes) (Correspondants locaux),
Agayri Sud-Est (Valence), Aisne Gaie (Soissons), Arc-en-ciel 28 (Chartres), Comme ça ! (Rouen), Émergence 57 (Sarreguemines), G2L (Mont-de-Marsan), Gay-Union (Le Tampon), Homonyme (Nancy) et Mémoire des sexualités (Marseille) (Observateurs)
Données à jour au 11 octobre 2004
UNIR LES FORCES MILITANTES, PARTAGER LES EXPÉRIENCES
© INTER CENTRES LGBT - Merci de consulter les informations légales relatives à l’utilisation des données du présent site Internet.
L’INTER CENTRES LGBT est soutenue par le Syndicat national des entreprises gaies.