tjenbered
           
Le blog de Tjenbé Rèd ! Mars 2008


[ Accueil | Revue de presse | Forum | Recevoir notre lettre mensuelle | Soutenir nos bénévoles | Adhérer
[ Communications | Blog | Livre d’or | Dossiers | Photos | AmiEs | Groupe Zami - Questions féministes & lesbiennes
[ 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | Jan | Fév | Mar | Avr | Mai | Juin | Juil | Août | Sept | Oct | Nov | Déc
[ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31

[28] Dimanche 30 mars - Première participation au Salon des Associations de l’Inter-LGBT

     
dreamteam
           
     
(c) Tjenbé Rèd, 30 mars 2008
           
Pour la première fois, notre association a vaillamment tenu son stand lors du neuvième Salon des Associations organisé à Paris par l’Inter-LGBT, ce dimanche 30 mars. L’occasion de mieux nous faire connaître des autres associations parisiennes, moins d’un an après notre constitution. L’occasion aussi de faire découvrir ces associations à ceux de nos adhérents qui ne les connaissaient pas encore ou pas toutes, notamment Cae, Christian et Fabien ! - les trois vaillantEs adhérentEs qui tenaient le stand avec notre camarade président, votre serviteur. Expérience concluante, beaucoup de dialogues avec certainEs militantEs croiséEs ici, Matthieu de la Fédération des CGL et du MDH, Christine du CGL Paris, Hussein du MDH et du Collectif contre l’homophobie, David de Contact, Louis-Georges de la Journée mondiale contre l’homophobie, Philippe de la mairie... notamment. Bilan chiffré : notre collecte pour Sidaction et pour nos actions de prévention VIH a rapporté zéro euro, nous avons distribué une cinquantaine de préservatifs qui étaient en libre service sur notre table, autant de doses de gel, une vingtaine de digues dentaires, un ou deux préservatifs féminins... Nous avons collecté les coordonnées personnelles de 39 sympathisantEs potentielLEs : rendez-vous le samedi 12 avril pour voir si nous aurons marqué l’essai ! Sinon, parmi les choses à reproduire identifiées comme telles par notre équipe : le fait d’aller vers les gens, le côté disponible de l’équipe ; la présentation du stand, les affiches, les gâteaux, en général le travail de Chris et et Fab qui était nikel ! Parmi les choses à modifier pour la prochaine fois : la préparation au «spitch» de présentation de l’association, répété comme un mantra deux cent fois dans la journée (il faudrait s’entraîner entre représentantEs de l’association pour mieux se mettre au point : nos champs d’actions sont larges et il est facile de perdre en efficacité lorsque on les présente) ; par ailleurs, si le budget le permet, des «flyers» encore plus attractifs et plus clairs sembleraient appréciables pour mieux approcher nos adhérentEs potentielLEs, ainsi qu’un guide du nouvel adhérent présentant nos différents programmes (voir notre future commission Communication). La question de la bonne gestion des relations nouées à l’occasion d’un tel salon est aussi posée : on est militant, mais on est aussi humain, et parfois certaines personnes de passage semblent s’intéresser très personnellement à l’humain et très modérément au militant... En clair, parfois, le recueil des coordonnées sollicitées par l’association s’apparente à un recueil de coordonnées à des fins plus personnelles voire carrément sexuelles.

     
dreamteam
           
     
(c) Tjenbé Rèd, 30 mars 2008
           
Il semble important de rappeler que ce phénomène est un grand classique de la vie associative : quand on représente une association, on est «beau», on se sent soudainement très attractif, très désiré et de fait on est plus sollicité, sexuellement parlant, qu’à l’accoutumée. Ce phénomène est parfois décrit comme le «coup de flash pour l’accueillant» et est finalement assez universel : quand on occupe une position de pouvoir, quelque soit ce pouvoir, et représenter une association est détenir d’une façon ou d’une autre un certain pouvoir aux yeux d’autrui, on devient sexuellement attirant pour toutes les personnes en situation de faiblesse, quelle que soit cette faiblesse. C’est humain, c’est même animal en fait, on voit ça dans n’importe quel troupeau de singe, cela étant dit sans vouloir nullement être péjoratif pour les singes ou pour les humains. Il faut connaître ce phénomène et le contrôler car sinon, on va au devant d’un certain nombre de déceptions : d’abord, lorsque l’on revoit, le cas échéant, la personne après, son regard sur vous sera différent, car vous redeviendrez soudainement un être humain à ses yeux, avec ses faiblesses, son humanité... vous serez dépourvu de l’aura magique de pouvoir qui vous enveloppait comme représentant associatif ; ensuite, quand bien même vous ne subiriez pas cette «rentrée dans l’atmosphère», et à vrai dire surtout si vous ne la subissez pas - si vous gardiez votre aura -, vous seriez en fait plus ou moins en train de commettre un viol : vous auriez, peut-être sans en avoir pleinement conscience, abusé de votre autorité, sur une personne qui ne vous voit pas comme vous le pensez - «un bon coup sympa et basta» - mais comme LA solution à SES problèmes (à sa solitude, à ses besoins...). Que ferez-vous quand cette personne vous considérera d’office comme dûment mariéEs ? Oups... On le voit, ce phénomène qui prête souvent à rire et qui est rarement identifié comme tel («Dis-donc, aujourd’hui, qu’est-ce que tu allumes !») peut en fait conduire à des conséquences préjudiciables pour les personnes-mêmes que nous souhaitons soutenir, entraînant in fine chez elles une déception par rapport au milieu associatif («Ils ne sont pas différents des autres...»). Faut-il pour autant s’interdire toute humanité et s’interdire les sourires et les rencontres incidentes qui font le charme même de la vie ? Sans doute pas, mais il faut savoir trouver un juste milieu et notamment : privilégier, dans ce cadre, les «rencontres incidentes» avec d’autres représentants associatifs (la différence des «pouvoirs» respectifs étant alors, en théorie du moins, abolie... quoique) ; au besoin, laisser du temps au temps, privilégier les rapprochements plus intimes avec des personnes que l’on aura vu plusieurs fois après la rencontre initiale (le temps de laisser votre «aura» se dissiper et de vous assurer ainsi que c’est bien vous, et pas elle, qui attirait l’impétrant) ; en cas d’attirance irrépréssible ne laissant pas ce temps, poser quelques questions qui vous permettront de savoir si l’heureux candidat est bien posé sur ses deux pieds en ce moment (a-t-il ou a-t-elle un emploi ? un logement stable ? vient-il ou vient-elle de rompre avec le grand amour de sa vie ? est-il ou est-elle en plein coming out avec ses parents qui menacent de le / de la mettre à la rue ? est-il / est-elle heureux / heureuse dans ses études ? sait-il ou sait-elle ce qu’il ou elle veut faire plus tard dans la vie ? est-il heureux, est-elle heureuse ? son petit chat est mort ?)... Si l’objet de votre émoi cumule les emmerdes, sans doute allez-vous vous-même droit au devant de ces... ennuis, qu’il vous proposera généreusement de partager, puisqu’entre amants, on partage tout, et que ce qui est à toi est à moi - c’est bien connu. En pareil cas, il faut avoir le courage et la lucidité de discerner non pas un amant potentiel, mais plus simplement un usager potentiel de l’association - ou de toute autre structure pertinente. - TR/DAC (mis en ligne le 9 avril 2008)

[1] 10 avril 2008 - Samedi 12 avril, venez boire un verre avec Tjenbé Rèd ! - Communiqué n°TR08SOC09
http://www.tjenbered.fr/2008/20080410-00.html
[2] Album-photos du 30 mars 2008
http://www.tjenbered.fr/2008/20080330/20080330-00.html
[3] 26 mars 2008 - Ce Dimanche, venez rencontrer Tjenbé Rèd au Salon des Associations LGBT - Communiqué de presse n°TR08SOC08
http://www.tjenbered.fr/2008/20080326-00.html
[4] Le Blog de Tjenbé Rèd ! Lundi 16 juillet 2007 - MilitantEs LGBT : attention danger
http://www.tjenbered.fr/blog200707.html#20070716


[27] Samedi 29 mars - Réunion ordinaire annuelle de l’assemblée générale (fin) et Nouvel an iranien

... - DAC

[1] Procès-verbal de la journée - Point 3 bis
http://www.tjenbered.fr/2008/20080329-89.html
[2] Procès-verbal de la journée - Point 4
http://www.tjenbered.fr/2008/20080329-88.html
[3] Procès-verbal de la journée - Point 5 et fin
http://www.tjenbered.fr/2008/20080329-87.html
[4] Le Blog de Tjenbé Rèd ! Samedi 1er mars 2008 - Réunion ordinaire annuelle de l’assemblée générale (début)
http://www.tjenbered.fr/blog200803.html#20080301


[26] Samedi 22 mars -   «Ni coupables, ni victimes, fières d’être putes !»...

«ProstituéE, c’est un métier, laissez-nous l’exercer !»... «Ni coupables, ni victimes, fières d’être putes !»... «On est putes, on est fières, Sarkozy, c’est la guerre !»... «Les putes en colère, Sarkozy, c’est la guerre !»... «Citoyenneté pour les prostituées !»... «Rendez-nous nos trottoirs !»... «Racolage passif, répression active !»... «Je suis majeurE, j’ai toutes mes dents, touche pas à mon client !»... «Les clients avec nous !»... «Abos, cathos, Sarko, vous nous cassez le clito !»... «De l’air, de l’air, ouvrez les frontières !»... «Sex workers rights are human rights !»... «Sarkozy, retire-toi, tu me fais mal !»... «Plus de caresses, moins de CRS, des droits, des droits, ouah ouah ouah !»... «Putes, trans, droguéEs, immigréEs, solidarité des minorités !»... «La révolution, avec des talons !»... Voilà les slogans entonnés, avec plus ou moins de rythme, lors de cette Pute Pride 2008. Sans oublier les inoubliables : «Si t’es contre la putophobie mets-moi un doigt, si t’es contre la putophobie mets-moi deux doigts, si t’es contre la putophobie, si t’es contre la putophobie, si t’es contre la putophobie fiste-moi !»... «Si t’es contre la transphobie mets-moi un doigt, si t’es contre la transphobie mets-moi deux doigts, si t’es contre la transphobie, si t’es contre la transphobie, si t’es contre la transphobie fiste-moi !»... «Si t’es contre la LSI mets-moi un doigt, si t’es contre la LSI mets-moi deux doigts, si t’es contre la LSI, si t’es contre la LSI, si t’es contre la LSI fiste-moi !»... Et, bien sûr, une chanson de circonstance, remaniée pour la circonstance, «La complainte des filles de joie» (de Georges Brassens, faut-il le préciser ?) : «Bien que ces vaches de bourgeois (bis),/ Nous appellent les filles de joie (bis),/ C’est pas tous les jours qu’on rigole,/ Parole, parole,/ C’est pas tous les jours qu’on rigole,// Car, même avec des pieds de grue (bis),/ Faire les cents pas dans la rue (bis),/ C’est fatiguant pour les guiboles,/ Parole, parole,/ C’est fatiguant pour les guiboles,// Non seulement, on a des cors (bis),/ Des oeils de perdix, mais encore (bis),/ C’est fou ce qu’on use comme groles,/ Parole, parole,/ C’est fou ce qu’on use comme groles,// Y’a des clients, y’a des salauds (bis),/ Qui se trempent jamais dans l’eau (bis),/ Faut pourtant bien qu’on les cajole,/ Parole, parole,/ Faut pourtant bien qu’on les cajole,// Qu’on leur fasse la courte échelle (bis),/ Pour monter au septième ciel (bis),/ Les sous, croyez pas qu’on les vole,/ Parole, parole,/ Les sous, croyez pas qu’on les vole,// On est méprisées du public (bis),/ On est bousculées par les flics (bis),/ Et menacées de la vérole,/ Parole, parole,/ Et menacées de la vérole,// Bien que toute la vie, on fasse l’amour (bis),/ Qu’on se marie vingt fois par jour (bis),/ La noce, c’est jamais pour notre fiole,/ Parole, parole,/ La noce, c’est jamais pour notre fiole,// Fils de pécore et de minus (bis),/ Ris pas de la pauvre Vénus (bis),/ La pauvre vieille casserole,/ Parole, parole,/ La pauvre vieille casserole,// Il s’en fallut de peu, mon cher (bis),/ Que [moi la] putain ne fut ta mère (bis),/ Cette putain dont tu rigoles,/ Parole, parole,/ Cette putain dont tu rigoles,// Bien que ces vaches de bourgeois (bis),/ Nous appellent les filles de joie (bis),/ C’est pas tous les jours qu’on rigole,/ Parole, parole,/ C’est pas tous les jours qu’on rigole...»- TR/DAC (mis en ligne le 24 mars 2008, corrigé le 25)

[1] La loi nº2003-239 du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure (code NOR : INTX0200145L), dite loi «LSI» ou loi «Sarkozy II», institue en son article 50 (2°) un délit de racolage passif sanctionné par l’article L225-10-1 nouveau du code pénal : «Le fait, par tout moyen, y compris par une attitude même passive, de procéder publiquement au racolage d’autrui en vue de l’inciter à des relations sexuelles en échange d’une rémunération ou d’une promesse de rémunération est puni de deux mois d’emprisonnement et de 3.750 euros d’amende». De façon paradoxale, le racolage actif, également visé par cette nouvelle disposition («y compris»...), restait par ailleurs sanctionné par l’article R625-8 du code pénal («Le fait, par tout moyen, de procéder publiquement au racolage d’autrui en vue de l’inciter à des relations sexuelles est puni de l’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe»). Cette redondance permettait aux forces de police de qualifier librement, selon leur bon vouloir, le même fait de délit ou de contravention, et soumettait à l’évidence les personnes poursuivies à un arbitraire incompatible avec la notion d’État de droit. Il est surprenant que le Conseil constitutionnel, saisi par plusieurs députés et sénateurs, n’ait pas relevé cette incongruité et se soit contenté d’une mention sibylline précisant «qu’il appartiendra cependant à la juridiction compétente de prendre en compte, dans le prononcé de la peine, la circonstance que l’auteur a agi sous la menace ou par contrainte» (décision n°2003-467 DC du 13 mars 2003, considérant n°63). Cette mention semble inutile voire elle-même redondante puisqu’elle ne fait que formuler autrement un principe général du droit dont l’esprit imprègne plusieurs dispositions du code pénal, notamment son article 122-2 : «N’est pas pénalement responsable la personne qui a agi sous l’empire d’une force ou d’une contrainte à laquelle elle n’a pu résister». Ce faisant, elle semble même présenter comme optionnel ce principe, qui s’impose déjà aux juridictions compétentes, lesquelles n’ont nul besoin qu’on le leur rappelle à moins qu’on ne veuille leur laisser entendre qu’après tout, en d’autres circonstances, il pourrait être négligé voire oublié... En outre, cette mention semble ajouter à la loi en distinguant les «bonnes» prostituées des «mauvaises» - les victimes du proxénétisme, qu’il faudrait prendre en pitié, des prostituées exerçant pour ainsi dire en «profession libérale», qu’il faudrait prendre en horreur : ce faisant, elle revient à «instituer de manière détournée la prostitution en délit», précisément ce que craignaient les sénateurs ayant, le 14 février 2003, saisi le Conseil constitutionnel ; elle cautionne une «dérive prohibitionniste» s’éloignant de la «tradition française abolitionniste», ce que dénonçaient les députés ayant, le 19 février suivant, saisi de même la haute instance. Au mieux maladroite, au pire inquiétante, cette mention demeure et s’impose, aux termes de l’article 62 de la Constitution, «aux pouvoirs publics et à toutes les autorités administratives et juridictionnelles» ; en revanche, l’article R625-8 a été abrogé par l’article 13 du décret n°2004-1021 du 27 septembre 2004 (NOR : JUSD0430171D). Malgré la complaisance du Conseil constitutionnel, l’incohérence était sans doute trop flagrante, à moins que certains principes aient prévalu, évoqués notamment par les mêmes députés dans leur réplique du 11 mars 2003 aux observations formulées le 3 mars par le gouvernement : «Cette nouvelle infraction permettra, en réalité, de placer en garde à vue certains prostitués selon le bon vouloir des forces de l’ordre./ Le code pénal en comprenant deux infractions de même sens, mais dont l’une est plus large car floue et imprécise, permettra de moduler non seulement la répression des comportements selon des applications arbitraires, mais, de surcroît, de les soumettre à des régimes de procédure pénale différents. Dans le cadre du nouveau délit, c’est bien le placement en garde à vue qui justifiera cette qualification plutôt que celle figurant à l’article R625-8 du code pénal.»
http://www.legifrance.gouv.fr/
http://fr.wikipedia.org/
http://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2003/2003467/2003467dc.htm
http://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2003/2003467/saisine2.htm#7
http://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2003/2003467/saisine1.htm#18
http://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2003/2003467/replique1.htm#7
http://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/2003/2003467/replique2.htm#7
[2] Sur «La complainte des filles de joie»...
http://www.analysebrassens.com/?page=texte&id=82&motClef=putain
[3] 24 mars 2008 - Tjenbé Rèd participe à la Pute Pride (Ce Samedi 22 mars à Paris, Tjenbé Rèd demandait des droits pour les personnes prostituées) - Déclaration n°TR08SOC07
http://www.tjenbered.fr/2008/20080324-00.html
[4] Album-photo de la Pute Pride
http://www.tjenbered.fr/2008/20080322/index.html
[5] Le Blog de Tjenbé Rèd ! Lundi 14 avril 2008 - Admission de Tjenbé Rèd au collectif DroitsEtProstitution
http://www.tjenbered.fr/blog200804.html#20080414


[25] Mercredi 19 mars - Réunion du comité de rédaction de Remaides

Réunion. - DAC (mis en ligne le 6 mai 2008)

[1] http://www.tjenbered.fr/2008/20080319-99.rtf

[24] Lundi 17 mars - Réunion du collectif Uni(e)s contre une immigration jetable

Préparation de la Manifestation nationale pour l’égalité et la solidarité entre Français et immigrés du Samedi 5 avril (RDV place d’Italie, Paris, 14h30). - DAC (mis en ligne le 31 mars 2008)

[1] Blog de Tjenbé Rèd, Mercredi 12 mars 2008 - Rassemblement devant la Cour nationale du droit d’asile : le droit d’asile serait-il une loterie ?
http://www.tjenbered.fr/blog200803.html#20080312


[23] Samedi 15 mars - Suite à la Journée internationale des femmes

Une semaine après la Journée internationale des femmes, nous avons tenu comme convenu une petite réunion conviviale d’information sur la santé lesbienne, au café La Panfoulia. Cette réunion était, comme annoncé, non mixte... à l’exception de votre serviteur, en l’absence d’adhérente à même de la mener. Heure de rendez-vous : 15 heures. Heure d’arrivée : 15 heures et 13 minutes... Oui, je sais, c’est pas bien c’est pas beau, mais j’avais encore plein de trucs à faire à la maison, voilà ce qui se passe quand on est homme-orchestre, il faut encore faire monter le nouveau CA en puissance ! et le compléter... Une jeune fille - une jeune femme - de couleur est là, à lire sagement son livre. Je la reconnais immédiatement, je l’avais rencontrée lors de la marche du 8 mars, et prise en photo. Je lui présente mes excuses pour le retard, me réjouis de la voir, l’invite à monter à l’étage avec moi, lui annonce que nous serons probablement seuls si l’on en croit ma dernière expérience en la matière (lors de la Gay Pride, nous avions distribué 2.000 tracts, cinq personnes étaient venues au rendez-vous indiqué sur le tract, soit un taux de retour de 0,25% ; là, nous avions distribué 200 tracts... mais il est vrai que nous avons aussi annoncé le rendez-vous par courriel à près de 3.000 contacts). Je commence à lui expliquer tout ça, à lui présenter le questionnaire que je me proposai de distribuer aux présentes, lorsque deux autres filles arrivent, de couleur aussi. Chouette ! Je suis très content, cela me tire d’une certaine gêne, ça faisait quand même un peu minable, ce petit nombre. Je recommence avec les deux autres, très motivées, dont l’une que j’avais déjà rencontrée lors de la conférence sur Audre Lorde du 24 juillet : l’autre est une amie à elle, les deux demandent ce qu’elles peuvent faire pour l’association, je leur suggère qu’adhérer serait déjà un premier pas ! elles adhèrent sur le champ ;-) nous portant aussitôt à 22 adhérentes et adhérents... La réunion continue, les deux dernières arrivées doivent repartir pour préparer un concert auquel je me rendrai le soir même, la première reste, bientôt rejointe par une nouvelle jeune fille, de couleur aussi - une ancienne de la commission Jeunes d’An Nou Allé. Pendant une heure environ, nous échangeons à proprement parler sur le thème de la réunion, évoquant sans trop entrer dans l’intimité (tout ne doit pas se dire, surtout en public, trop de sectes instrumentalisent la confession publique) des thèmes repris des dépliants L donnés par le CRIPS : le rapport au gynécologue, les IST entre filles, l’orientation sexuelle, les drogues, la violence conjugale entre filles... Les deux jeunes femmes ont beaucoup de choses à dire, selon les items bien sûr. Des points sensibles apparaissent, qu’il faudra sans doute approfondir dans notre pratique associative : toutes les jeunes femmes ne ressentent pas la nécessité d’avoir un gynécologue, n’en voient pas l’intérêt ; la question de la transmission des IST entre filles paraît parfois théorique («Des digues dentaires, j’en ai, mais dans mon placard... et elles n’en sortent pas... Je ne vois pas beaucoup de filles et je ne vois vraiment pas pourquoi celles avec qui j’ai des relations sexuelles seraient porteuses d’IST, je les connais bien, je leur fais confiance...»)... Pour le reste, voir les réponses (anonymées) au questionnaire, ci-après. Fin de la réunion vers 17h30. - DAC (mis en ligne le 25 mars 2008)

[1] Blog de Tjenbé Rèd, Samedi 8 mars 2008 - Journée internationale des femmes (rapport d’intervention)
http://www.tjenbered.fr/blog200803.html#20080308
[2] Questionnaire utilisé lors de la réunion du 15 mars :
http://www.tjenbered.fr/2008/20080315-99.rtf (vierge)
http://www.tjenbered.fr/2008/20080315-98.rtf (rempli)
[3] http://www.myspace.com/caemusic
[4] http://www.myspace.com/melissalaveaux


[22] Mercredi 12 mars - Rassemblement devant la Cour nationale du droit d’asile : le droit d’asile serait-il une loterie ?

Suite au suicide d’un jeune homme originaire du Kenya, qui s’était vu refuser l’asile par la Cour nationale du droit d’asile (CNDA) et qui craignait le pire après son expulsion annoncée vers son pays d’origine, nous étions entre cinquante et cent personnes à nous retrouver devant la CNDA à Montreuil, ce Mercredi 12 mars après-midi. Je croise notre désormais camarade Monseigneur Gaillot, quelques personnes que je connais plus ou moins de vue (du FSU notamment), je distribue quelques exemplaires de notre document standard de présentation et explique la motivation de notre présence... plutôt bien comprise, aucune réaction négative en tout cas, notamment d’un collectif de sans-papiers présent (le CSP 92). Une délégation est reçue, longuement, il fait froid, plusieurs représentants associatifs prennent la parole en attendant son retour, Mouloud Aounit du MRAP notamment, le tour de parole est animé par Gilles Lemaire de l’UCIJ, ancien secrétaire national des Verts, je prend également la parole, première utilisation du mégaphone, un peu hasardeuse mais bon, ça va. Je parle un peu avec le président de l’UNEF, il fait froid, nous rentrons finalement dans le hall du bâtiment. Là, nous voyons les feuilles où les décisions d’acceptation ou de rejet sont inscrites, c’est un peu comme les résultats du bac, il y a beaucoup de recalés (je pense bien sûr à Nabil, j’espère que ça n’en viendra pas là). La délégation finit par revenir, elle était reçue par le président de la CNDA (François Bernard ?) qui avoue, concernant le cas du jeune Kenyan : «Peut-être qu’on s’est trompés...» (sic), mettant en avant «l’intime conviction» des juges et le caractère «oral» de la procédure... Encore plus surprenant : la délégation ayant invoqué le «bénéfice du doute», le président répond : «Voulez-vous qu’on accueille tout le monde ?» - ce qui constitue un ajout à la loi, qui ne prévoit certainement pas que l’asile soit accordé au terme d’un concours, mais uniquement au terme de l’examen d’un dossier individuel (dehors, un manifestant avait dénoncé la phrase de Michel Rocard : «La France ne peut accueillir toute la misère du monde»). Le président reconnaît des problèmes d’unification entre les jurisprudences des différentes chambres de la CNDA : il y a plusieurs présidents, qui ne pensent pas tous pareils... même s’il arrive que certaines décisions soient prises en «sections réunies» (un peu comme au Conseil d’État ou à la Cour de cassation). Le quart des refus d’asile opposés par l’OFPRA est retoqué par la CNDA : le taux est en hausse (c’est bien) mais en fait le nombre réel est stable (c’est moins bien) car le nombre de demandes d’asile a, lui, chuté ! (28.000 la dernière année ?) Mais tout va bien puisque, nous a-t-on dit, «la jurisprudence française est l’une des plus généreuses du monde». Débat entre manifestants : venir assister aux séances pour établir un relevé des discordances entre sections ? Aparté avec une militante de la LDH qui évoque les questions de genre en établissant un parallèle entre l’excision et les persécutions homophobes et qui nous recommande, merci à elle, la lecture du Manifeste des libertés, autour des questions posées par l’Islam, et les travaux liés de Fethi Benslama (professeur de psychopatologie à l’université Paris-VII). Prochain rendez-vous : lundi 17 mars à 19 heures, à la Bourse du Travail. - DAC (mis en ligne le 31 mars 2008)

[1] 12 mars 2008 - Le refus du droit d’asile peut tuer (Tjenbé Rèd appelle avec l’UCIJ et RESF à un rassemblement aujourd’hui devant la Cour nationale du droit d’asile) - Communiqué de presse n°TR08INT06
http://www.tjenbered.fr/2008/20080312-00.html
[2] http://www.commission-refugies.fr/
[3] Juridiction de l’ordre administratif, la Commission des recours des réfugiés (CRR) a été créée par la loi n°52-893 du 25 juillet 1952 «relative au droit d’asile» ; elle est devenue Cour nationale du droit d’asile (CNDA) en vertu de l’article 29 de la loi n°2007-1631 du 20 novembre 2007 «relative à la maîtrise de l’immigration, à l’intégration et à l’asile» - modifiant notamment l’article L731-1 du code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA).
http://fr.wikipedia.org/wiki/Cour_nationale_du_droit_d’asile
[4] Manifeste des libertés («De même que l’Europe n’est pas la seule affaire des Européens, l’Islam n’est pas la chose exclusive des musulmans»)
http://www.manifeste.org/
[5] Le mouton qui blasphème, par Fethi Benslama
http://www.manifeste.org/article.php3?id_article=302
[6] Blog de Tjenbé Rèd ! Lundi 17 mars 2008 - Réunion du collectif Uni(e)s contre une immigration jetable
http://www.tjenbered.fr/blog200803.html#20080317


[21] Samedi 8 mars - Journée internationale des femmes (rapport d’intervention)

Ce Samedi 8 mars, Journée internationale des femmes : à Paris, l’association Tjenbé Rèd a manifesté de la place de la République à la fontaine des Innocents (aux Halles) ; avec Act Up-Paris, le collectif Les Mots Sont Importants, Femmes de Droits - Droits des Femmes, Femmes Publiques, les Panthères Roses, Les Putes, le Scalp et Support Transgenre Strasbourg, elle demandait que les femmes aient le choix «de leur sexe, de leur genre, de leur sexualité». Le soir, à partir de minuit, elle a voulu mettre l’accent sur la prévention des IST (infections sexuellement transmissibles) au sein de la communauté lesbienne noire et métisse : lors d’une soirée organisée par la discothèque Le Club, elle a distribué des fémidons (préservatifs féminins) et des «kits lesbiens» - composés d’une digue dentaire en latex, d’une grande dose de gel Durex (utilisable pour les rapports sexuels comme pour les massages) et de deux préservatifs arômatisés goûts banane et menthe. Des digues dentaires en polyuréthane («pour varier les sensations»), des dépliants L (pour l’information) et des jeux XX?XX (pour le couple lesbien) avaient en outre été mis à notre disposition, comme le reste de ce matériel de prévention, par le CRIPS, et nous avons également affiché quatre posters du RAAC-sida avec des phrases reprises sur des cartes postales distribuées à l’occasion («On mourra tous un jour... Moi, pas forcément plus tôt qu’un autre. Martine» ; «Oui, je suis séropositive... et alors, quoi ? Alphonsine» ; «On me reproche sans cesse de continuer à avoir des relations sexuelles ! Quel être humain n’aurait pas le droit à l’amour ? Célestine» ; «Tout a l’air d’aller bien, et puis d’un coup, une phrase comme : Comment on va faire pour envoyer ton corps en Afrique ? Amina»). Christian, David et René, nos trois bénévoles, ont été accueillis avec le sourire et la soirée se prolongea dans la joie et la bonne humeur sur des rythmes ultramarins ! - même si le préservatif féminin fut parfois délicat à présenter, qualifié de «tunnel sous la Manche» ou de «sac poubelle». Bilan de la soirée : 200 kits lesbiens distribués (il ne nous en restait plus à la fin de l’action de prévention), une cinquantaine de fémidons (et il nous en restait encore), une vingtaine de digues en polyuréthane (il ne nous en restait plus) et à peu près autant de digues en latex excédentaires (il nous en restait), une vingtaine de cartes postales du RAAC et deux cents tracts réalisés spécialement pour l’occasion, invitant les présentes à nous retrouver pour un temps d’échange non mixte la semaine suivante, le Samedi 15 à 15 heures. Les dépliants L ont été reçus parfois avec intérêt, mais se sont avérés difficiles à distribuer à des jeunes femmes venues s’amuser et ayant laissé leur sac au vestiaire, peut-être aussi rétives au côté écrit ; les jeux XX?XX ont été reçus avec un peu plus d’intérêt («à utiliser au cours d’une bonne soirée, prévue spécialement pour ça, pas quand tu as envie de péter la gueule à ta copine, ou alors tu lui pètes la gueule avant»). Fin de l’action de prévention vers trois ou quatre heures du matin, le Club a participé à nos frais à hauteur de quarante euros. - CA/DAC (mis en ligne le 14 mars 2008, modifié le 25)

[1] 7 mars 2008 - Ce 8 mars, nous sommes tous des femmes noires, métisses, lesbiennes, bi & trans (À Paris, Tjenbé Rèd distribuera des kits de prévention VIH pour les lesbiennes et marchera pour les féminismes non-blanc, pro-sexe, trans et lesbien avant de participer au rassemblement de la Marche mondiale des femmes contre les violences et la pauvreté) - Communiqué de presse n°TR08SAN02
http://www.tjenbered.fr/2008/20080307-00.html
[2] L, un site de prévention pour les lesbiennes
http://www.lecrips.net/L/
[3] Adaptation Internet du jeu XX?XX, conçu pour aider à mieux communiquer sur la vie en couple et la sexualité
http://www.lecrips.net/L/jeuXXvsXX/index.htm
[4] Album-photo de la marche et du rassemblement du 8 mars
http://www.tjenbered.fr/2008/20080308/index.html
[5] Tract diffusé à l’occasion de la XCVIIIème Journée internationale des femmes par Tjenbé Rèd
http://www.tjenbered.fr/2008/20080308-98.rtf
[6] Blog de Tjenbé Rèd, Samedi 15 mars 2008 - Suite à la Journée internationale des femmes
http://www.tjenbered.fr/blog200803.html#20080315
[7] NB : Lors de cette action de prévention, nous avons conseillé à des garçons d’essayer le préservatif féminin pour la sodomie, en enlevant l’anneau amovible. Ce conseil était donné par les associations de prévention lors de l’apparition du fémidon. Cependant, l’association Sida Info Service vient de déconseiller cet usage, le qualifiant de «pratique non validée scientifiquement à ce jour» («l’utilisation du préservatif féminin dans le cadre de rapports anaux avec ou sans anneau intérieur n’a pas été validée»).
http://www.lepreservatif-feminin.fr/?rubrique1


[20] Jeudi 6 mars - Appel à témoignage : Vacances et traitements, comment faites-vous ?

Remaides (revue trimestrielle de Aides et du RAAC-sida) réalise pour son prochain numéro (juin 2008) un dossier sur la vie avec son traitement pendant les vacances. Durant l’été, qu’on parte en vacances, qu’on fasse des voyages en France ou à l’étranger, qu’on choisisse de rester chez soi ou qu’on y soit contraint, la vie n’est pas tout à fait la même. Elle nécessite bien souvent une nouvelle organisation parce que des médecins partent en congés, des services hospitaliers comme des associations fonctionnent différemment, parce que des pharmacies sont fermées.../ Remaides vous propose de témoigner sur ce sujet. Comment vous organisez-vous pour vos traitements et votre suivi médical en été ? Comment préparez-vous vos vacances en France ou votre voyage à l’étranger ? Comment voyagez-vous avec vos traitements ? Quels problèmes avez-vous déjà rencontré durant l’été et quelles solutions avez-vous pu trouver ?/ Si vous souhaitez témoigner sur ce sujet (de façon anonyme ou pas), relater votre expérience personnelle, vous pouvez vous adresser directement à Remaides en appelant la revue au 01 41 83 46 12. Vous pouvez aussi envoyer un mail à cette adresse : jflaforgerie@aides.org ou écrire à Remaides s/c Aides, Tour Essor, 14, rue Scandicci, 93508 Pantin CEDEX. - TR/DAC

[19] Jeudi 6 mars - Appel à témoignage : Que pensez-vous de l’annonce de Bernard Hirschel ?

Ces dernières semaines, on a beaucoup parlé de l’annonce du professeur suisse Bernard Hirschel qui affirme que les personnes séropositives, sous traitements, avec une charge virale indétectable ne seraient plus contaminantes. Cette annonce s’appuie sur les résultats d’une étude qui a donné lieu à des recommandations de la part des autorités de santé en Suisse. Pour le numéro de juin, Remaides (revue trimestrielle de Aides et du RAAC-sida) réalise un dossier sur cette annonce et ses conséquences dans la vie des personnes touchées qu’elles vivent avec une personne de même statut sérologique ou de statut différent./ Remaides vous propose de témoigner sur ce sujet. Quelles conséquences cette annonce a sur votre vie, votre sexualité, vos projets (celui de faire un enfant par exemple) ?/ Si vous souhaitez témoigner sur ce sujet (de façon anonyme ou pas), relater votre expérience personnelle, vous pouvez vous adresser directement à Remaides en appelant la revue au 01 41 83 46 12. Vous pouvez aussi envoyer un mail à cette adresse : jflaforgerie@aides.org ou écrire à Remaides s/c Aides, Tour Essor, 14, rue Scandicci, 93508 Pantin CEDEX. - TR/DAC

[18] Mercredi 5 mars - Visite au CMAI DOM-TOM

Echanges des plus intéressants. - DAC

[17] Samedi 1er mars - Réunion ordinaire annuelle de l’assemblée générale (début)

Débats des plus intéressants : la suite samedi 29 mars. - DAC

[1] Procès-verbal de la journée - Point 1
http://www.tjenbered.fr/2008/20080301-98.html
[2] Procès-verbal de la journée - Point 2
http://www.tjenbered.fr/2008/20080301-97.html
http://www.tjenbered.fr/2008/20080301-96.html
http://www.tjenbered.fr/2008/20080301-95.html
[3] Procès-verbal de la journée - Point 3
http://www.tjenbered.fr/2008/20080301-94.html
[4] Le Blog de Tjenbé Rèd ! Samedi 29 mars 2008 - Réunion ordinaire annuelle de l’assemblée générale (fin) et Nouvel an iranien
http://www.tjenbered.fr/blog200803.html#20080329
[5] L’assemblée générale ordinaire annuelle du CRAN se tenait également ce 1er mars : ci-après, le procès-verbal de cette assemblée, communiqué par le CRAN le 13 avril 2008
http://www.tjenbered.fr/2008/20080301-69.rtf



     
© TJENBÉ RÈD ! Mouvement civique pour l’action & la réflexion sur les questions noires, métisses & LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans) en France ultramarine & hexagonale
Association loi 1901 fondée le 1er mai 2007, déclarée le 24 mai 2007, Journal officiel du 16 juin 2007
CCP Paris 5355746U | IBAN FR94 2004 1000 0153 5574 6U02 070 | BIC PSSTFRPPPAR | SIRET 500 965 678 00013 | NAF/APE 9499Z
Membre du Comité consultatif des associations ultramarines près la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer
Membre de l’UNOM | Union nationale de l’outre-mer français
Membre du RAAC-sida | Réseau des associations africaines et caribéennes agissant en France dans la lutte contre le sida
Membre du CRAN | Conseil représentatif des associations noires en France
Membre associé, Observateur de la Fédération française des Centres LGBT
Membre du collectif UCIJ | Uni(e)s contre l’immigration jetable
Signataire de la Charte francilienne des intervenants en éducation pour la santé et membre du Schéma régional d’éducation pour la santé en Île-de-France
Signataire de la Charte de la Coordination française pour le droit d’asile
Signataire de l’Appel pour un moratoire universel sur la peine de mort lancé le 6 août 2007 par la Coalition mondiale contre la peine de mort
Signataire du pacte interassociatif Ni Pauvre, Ni Soumis du 4 février 2008
Courriels : contact@tjenbered.fr | MSN : tjenbered@hotmail.fr | Myspace : http://www.myspace.com/tjenbered | Site Internet : http://www.tjenbered.fr/
Ligne d’écoute et d’information : +33 (0)6 10 55 63 60 (24h/24, répondeur à certaines heures)
Siège national : 113, boulevard Voltaire, 75011 Paris