tjenbered
           
Le blog de Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération (Février 2011)


[ Accueil | Revue de presse | Forum | Recevoir notre lettre mensuelle | Soutenir nos bénévoles | Adhérer
[ Communications | Blog | Livre d’or | Dossiers | Photos | AmiEs | Groupe Zami - Questions féministes & lesbiennes
[ 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | Jan | Fév | Mar | Avr | Mai | Juin | Juil | Août | Sept | Oct | Nov | Déc
[ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


[TRF75] Lundi 28 février - Assemblée générale du collectif źNon à Guerlain ! Non à la négrophobie !╗

19h00-22h00, Paris, Maison des associations du XIème arrondissement, 8, rue du Général-Renault - Luc

[2] 28 février 2011 - Procès-verbal de l’assemblée générale du collectif «Non à Guerlain ! Non à la négrophobie !» du lundi 28 février 2011
http://www.tjenbered.fr/2011/20110226-98.pdf

[1] 26 février 2011 - Convocation à l’assemblée générale du collectif «Non à Guerlain ! Non à la négrophobie !» du lundi 28 février 2011
http://www.tjenbered.fr/2011/20110226-99.pdf


[TRP75] Lundi 28 février - IMS avec Contact

15h00-17h00, IMS collège Raymond-Queneau -

[TRP75] Dimanche 27 février - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

[TRF75] Samedi 26 février - Manifestation devant l’ambassade du Royaume-Uni contre l’expulsion de demandeurs d’asile homosexuels vers la mort

uganda


26 février 2011 - Mr Cameron, do not remove PLWH & gay asylum seekers back to danger in Uganda!
http://www.tjenbered.fr/2011/20110226-89.pdf (pancarte, original) [en]
http://www.tjenbered.fr/2011/20110226-89.jpg (pancarte, négatif) [en]
http://www.tjenbered.fr/2011/20110226-79.jpg (devant l’ambassade du Royaume-Uni à Paris, 500 Ko) [en]
http://www.tjenbered.fr/2011/20110226-79.gif (devant l’ambassade du Royaume-Uni à Paris, 84 Ko) [en] 


[TRF75] Samedi 26 février - Manifestation devant le siège de LVMH et conférence-débat autour de la créolité à la Bourse du travail

lvmh

galliano



Conférence débat sur le thème central «Qu’est ce qu’être créole ?»/ Genèse, définitions, enjeux, réalités et fonction/ Bourse du Travail/ Samedi 26 février 2011/ 3, rue Château-d’Eau, Paris Xème/ Métro/ Lligne 5 : Jacques-Bonsergent / Ligne : 8, 5, 3 : République/ PROGRAMME de 11H00 à 17H00/ 11h00 : PROJECTION / DU FILM : NEG LEVE (Documentaire réalisé par le cinéaste Gérard THEOBALD) - débat !/ 13h00 : Pause Déjeuner/ 14h00 : «QU’EST CE QU’ETRE CREOLE ???»/ Intervenants : Me Dominique MONOTUKA, docteur en droit, avocat au barreau de Fort-de France (Martinique), Président de l’IREHA ? (Institut de Recherches et d’Etudes de l’Histoire des Amériques)/ Modérateur : Joby Valente, Présidente du MNH (Mouvement pour une Nouvelle Humanité)/ «L’AFFAIRE GUERLAIN, 4 MOIS APRES !!!»/ 16h00 : Débat sur l’Affaire Guerlain, ses raisons, ses implications, ses enjeux et ses développements./ Quel regard faut-il porter sur les propos tenus par le parfumeur Jean Paul Guerlain ? Quelles analyses peut-on tirer des semaines de mobilisation du collectif Non à Guerlain ! Non à la Négrophobie ! ? Il y a-t-il eu des avancées concrètes dans les revendications ? Quid de la judiciarisation de l’affaire ? Quels sont les enjeux ?/ Intervenants : Franco, porte-parole de l’ANC (Alliance noire citoyenne), Isabelle Boni-Claverie, initiatrice du groupe «Moi non plus je ne veux pas bosser comme un Nègre», scénariste et écrivaine, Rokhaya Diallo, présidente-fondatrice des Indivisibles, chroniqueuse sur RTL (sous réserve), et des représentants des différentes associations ayant participé aux manifestations et aux rencontres avec les responsables de la maison Guerlain./ Partenaires : IPAK, Shomari, association «Jénès Péyi Nou», FETAF, COFFAD, MNH/ Contact : 06 71 14 19 01

26 février 2011 - Collectif «Non à Guerlain ! Non à la négrophobie !» - Galliano, antisémite ? LVMH sanctionne en 24 h. Chrono ! Guerlain, négrophobe : on attend toujours la sanction ! LVMH : deux poids, deux mesures !
http://www.tjenbered.fr/2011/20110225-89.pdf (pancarte)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110225-89.jpg (pancarte, négatif)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110225-89.gif (pancarte, négatif)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110226-88.jpg (photographie avec loupe grand format devant le siège de LVMH à Paris, 500 Ko)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110226-88.gif (photographie avec loupe petit format devant le siège de LVMH à Paris, 41 Ko)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110226-87.jpg (photographie sans loupe grand format devant le siège de LVMH à Paris)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110226-87.gif (photographie sans loupe petit format devant le siège de LVMH à Paris)


[TRP75] Jeudi 24 février - IMS avec l’association Contact

9h00-12h00 -

[TRF75] Mercredi 23 février - Assemblée générale du collectif Guerlain

19h00-22h00, maison des associations du XIème arrondissement de Paris -

[3] 23 février 2011 - Statuts du Collectif «Non à Guerlain ! Non à la négrophobie !» - Collectif anti-négrophobie
http://www.tjenbered.fr/2010/20101219-84.pdf

[2] 23 février 2011 - Procès-verbal de l’assemblée générale du collectif «Non à Guerlain ! Non à la négrophobie !» du mercredi 23 février 2011
http://www.tjenbered.fr/2010/20101219-85.pdf

[1] 18/23 février 2011 - Convocation à l’assemblée générale du collectif «Non à Guerlain ! Non à la négrophobie !» du mercredi 23 février 2011
http://www.tjenbered.fr/2010/20101219-86.doc


[TRP75] Mardi 22 février - Entretien avec D. (programme Bangas)

10h30-11h30, Béatrice, Davy -

[TRF75] Mardi 22 février - Entretien en direct sur Tropiques FM au sujet de l’affaire Zemmour

8h45-9h00, au sujet de l’affaire Zemmour -

22 février 2011 - Collectifdom & Total Respect sur Tropiques FM : Zemmour, Mariani, Guerlain... même bête même poil ! - Communication n°TRF2011-12C
http://www.tjenbered.fr/2011/20110222-00.pdf [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr] 


[TRP75] Lundi 21 février - RH (réunion publique et permanence de prévention, d’accueil & d’écoute hebdomadaires)

19h00-22h00, Paris, Maison des associations du XIème arrondissement, 8, rue du Général-Renault -

[TRP75] Dimanche 20 février - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

[TRF75] Samedi 19 février - Manifestation devant le siège social de Guerlain

15h00-15h30, 68, avenue des Champs-Élysées, Paris -

19 février 2011 - Affaire Guerlain : LVMH joue l’usure, les nègres/ses ne sont pas usé/e/s (Tract distribué par Total Respect à Paris devant trois boutiques Guerlain)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110219-99.pdf


[TRP75] Mardi 15 février - Réunion avec l’association Contact sur les interventions en milieu scolaire

19h00-22h00 - Paule, Sylvie, Christine, Jeanne, Antony, Jean-Louis, David, siège de Contact - Projection d’un court-métrage : «Basket et maths» (avec des basketteurs : Jérôme et Cédric, mièvrissime mais permet de lancer le débat). Question des chiffres, des statistiques, du suicide. Échelle Kinsey 1 (personnes strictement hétérosexuelles tout au long de la vie : environ 90%) à 6 (personnes strictement homosexuelles tout au long de la vie : environ 1%). PaCS : 6% des PaCS sont conclus entre couples de même sexe. SOS suicide : 60% des personnes appelantes évoquent l’orientation sexuelle ou l’homophobie. - Plan d’une IMS sur l’homophobie. Comment introduire une IMS : par des définitions ? Homosexualité, homophobie, transsexualité... Continuum de l’orientation sexuelle, continuum de l’identité de genre. IMS façon Couleurs gaies : un peu directive ? Donc : 1°) Définitions, puis : 2°) Questions anonymes sur papiers volants. Problème : on risque de répondre aux questions avant qu’elles soient posées, lors de la partie Définitions. Donc inverser ? Exemple : Jacques Lizé, dans ses interventions en entreprise, demande aux participants d’écrire des insultes homophobes sur des papiers qui sont ensuite mis au mur et dit : «C’est ça, l’homophobie». Donc : 1°) Présentation de l’association ; 2°) Jeu des diapositives ; 3°) Jeu du sénat romain, d’accord, pas d’accord ; 4°) Court-métrage ; 5°) Questions anonymes.

[9] 14 mai 2011 - Réflexions personnelles suite à des IMS vécues ou observées en liens avec mes lectures (par Paule, de l’association Contact)
Document confidentiel, réf. 110514-99.doc [X]

[8] 9 mai 2011 - Normal ? Pas normal ? (version nouvelle, par Jean-Louis, de l’association Contact)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110509-99.ppt

[7] 9 mai 2011 - Interventions en milieu scolaire - Lycée et au-delà - Thème : Homophobie (par Jean-Louis, de l’association Contact)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110506-99.doc

[6] 9 mai 2011 - Interventions en milieu scolaire - Collèges - Thème : Homophobie (par Jean-Louis, de l’association Contact)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110331-99.doc

[5] 7 mai 2011 - Compte-rendu de l’IMS» Homosexualité : homophobie» en classe de 1ère année BTSAM du lycée E.-Dubois, Paris XIVème, le 6 mai 2011 (par Paule, de l’association Contact)
Document confidentiel, réf. 110506-99.doc [X]

[4] 1er avril 2011 - Documents d’évaluation des IMS (scannés par Paule, de l’association Contact)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110401-89.jpg («Votre avis sur l’intervention de l’association Contact», version n°1)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110401-88.jpg («Votre avis sur l’intervention de l’association Contact», version n°2)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110401-87.jpg («Questionnaire»)

[3] 22 février 2011 - Compte rendu de la réunion de Contact sur les IMS du 15 février (par Paule, de l’association Contact)
Document confidentiel, réf. 110215-99.doc [X]

[2] 10 février 2011 - Quelques notes pour la réunion sur le thème de l’homophobie (par Paule, de l’association Contact)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110210-89.doc

[1] 7 avril 2010 - Jeune et homo sous le regard des autres (par l’Inpès)
http://www.inpes.sante.fr/index2.asp?page=professionnels-education/outils/jeune-et-homo/index.asp
http://www.tjenbered.fr/2010/20100330-59.pdf


[TRP75] Mardi 15 février - Bangas, P. G.

13h30 - Audience. Report au 14 juin, 13h30.

[TRP75] Lundi 14 février - RH (réunion publique et permanence de prévention, d’accueil & d’écoute hebdomadaires)

19h00-22h00, Paris, Maison des associations du XIème arrondissement, 8, rue du Général-Renault -

[TRP75] Lundi 14 février - Bangas, PG

17h30, 20, rue de Prony, Paris XVIIème -

[TRP75] Lundi 14 février - Réponses à Luc Melmont du blog «Noirs et métis de la chanson française»

1. Mais qui êtes-vous David Auerbach Chiffrin ?
2. Comment en êtes-vous venu au monde associatif ?
3. L’identité: une question qui vous taraude personnellement ?
4. Si je vous dis Ouganda, qu’est-ce cela vous évoque en dehors du glacier Ruwenzori ?
5. L’avenir pour les minorités LGBT en Afrique, aux Antilles, vous l’envisagez comment ?
6. Comment vous situez-vous dans la communauté LGBT hexagonale ?
7. On vous reproche une certaine flamboyance et une énergie dévorante... Qu’en pensez-vous ?
8. Comment vos proches, famille, amis, voient votre parcours ?
9. En dehors des causes, des passions ? Lecture, musique, voyages ?
10. Une question à laquelle on n’échappe pas, car même les plus grands ont un ventre : votre plat préféré ?

1. Mais qui êtes-vous David Auerbach Chiffrin ?



Je me définis d’abord comme citoyen français. C’est important pour moi car c’est une référence directe aux idéaux de la Révolution française, à commencer par le respect du principe d’égalité, évidemment central dans mon combat actuel. Je me définis ensuite comme militant car je ne supporte pas de m’investir dans une activité qui n’a pas de sens, pas d’utilité autre que l’accroissement du bénéfice de telle ou telle firme. Je suis président de l’association Tjenbé Rèd Prévention, à la fondation de laquelle j’ai pris part en 2007, et secrétaire général de l’association Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération. Je suis également secrétaire général de l’association An Nou Allé, que j’ai fondée en 2004 avec le concours de Louis-Georges Tin, un autre militant homosexuel martiniquais. Je suis militant associatif depuis 1997 où je me suis investi dans la lutte contre le Front national : j’ai ensuite évolué vers le tissu associatif LGBT (lesbien, gai, bi & trans) puis vers le milieu antiraciste, comme le démontre mon investissement actuel au sein du collectif «Non à Guerlain ! Non à la négrophobie !». Cela correspond évidemment à mon orientation sexuelle ainsi qu’à la diversité de mes origines européennes, juives et antillaises mais comme je le dis souvent, on n’a pas besoin de mourir de faim pour lutter contre la faim dans le monde : la solidarité, cela existe.

2. Comment en êtes-vous venu au monde associatif ?



J’avais depuis longtemps un dégoût instinctif du racisme et un attachement farouche à la démocratie. J’étais donc révulsé par tout ce que le Front national était. Cela m’a conduit d’abord vers l’engagement politique, au Parti socialiste en l’occurrence, en 1993, après sa lourde défaite aux législatives (on ne pourra pas m’accuser d’avoir voulu voler au secours de la victoire, comme l’on dit). Cependant, j’ai fini par trouver la vie partisane ennuyeuse et frustrante : tout ce que l’on me demandait dans ma section, c’était de distribuer des tracts sur le marché avant les élections pendant que je voyais de loin un petit groupe réfléchir et analyser les votes. Distribuer des tracts sur un marché est une activité noble que je ne rejette ni ne regrette, avoir ce type de contact avec les gens est enrichissant, c’est même un devoir moral quand on leur demande de voter pour vous. Simplement, cela devenait monotone et vide de sens, je n’avais pas l’impression de réfléchir ou de peser vraiment sur la réalité, je me sentais peu utile, de plus les perpétuels chuchotements conspirateurs autour des positionnements carriéristes de chacune et chacun me gavaient grave : je n’étais pas venu dans un parti pour passer l’essentiel de mon temps à savoir si je devais suivre untel ou untel en fonction de l’avantage personnel qu’il me promettait. En outre, je trouvais mon parti un peu mou dans son combat contre le Front national, j’avais l’impression qu’il ne voyait pas assez le danger (c’était d’ailleurs un peu prémonitoire). Je me suis donc tourné vers l’engagement associatif, que je ne connaissais pas du tout avant cela, parce que je voulais vraiment agir contre le racisme, contre le Front national, participer à des projets depuis la conception et non seulement quand on me demandait de coller des affiches ou distribuer des tracts. Pour la petite histoire, j’ai dernièrement fait ma synthèse personnelle entre ces deux types d’engagements en devenant compagnon de route des Verts puis membre d’Europe Écologie - Les Verts.

3. L’identité : une question qui vous taraude personnellement ?



Pas vraiment. Nous réfléchissons beaucoup dessus, évidemment, mais surtout parce qu’elle ne cesse de se poser à nous, parce que la société ne cesse de nous renvoyer à notre identité raciale ou sexuelle minoritaire. Cela la dérange beaucoup, en fait, les minorités. Pour ma part, j’affirme sans problème mes diverses identités sexuelle ou raciales et je suis toujours surpris de voir que cela peut déclencher des réactions hostiles, comme si l’on ne pouvait pas ou ne devait pas être à la fois noir et métis, noir et juif, noir et européen, noir et homosexuel... Très péniblement, notre société a fini par admettre la notion de respect des minorités (la notion, seulement) mais elle pète un câble quand on est porteur de plus d’une identité, quand on appartient à plus d’une minorité, elle le prend comme une agression. Il ne faut pas croire d’ailleurs que le fait d’appartenir à une minorité protège contre ce mécanisme bien ancré dans la mentalité française générale. Il y a quelques mois, j’ai entendu qu’un militant homosexuel que je connais depuis mes débuts dans la vie associative me faisait le reproche, dans mon dos bien sûr, d’avoir été successivement homosexuel, puis juif, puis noir... Comme si j’aurais dû me cantonner à une seule de mes identités, comme s’il était personnellement agressé par ma diversité. C’est d’ailleurs une réalité quelque part car il s’agit aussi d’un militant politique et si les partis politiques sont relativement à l’aise avec la notion de minorité (cela leur permet de mettre les gens dans des cases, électorat ou candidats, cela rentre dans leur réflexion sur le «qui peut représenter qui», sur le «comment je peux maximiser mes voix», sur les positionnements internes), ils ne le sont pas du tout avec la notion d’appartenance à plusieurs minorités (cela fait disjoncter leur logiciel interne de représentativité : ainsi, un militant homosexuel, par exemple, va construire sa carrière partisane sur son homosexualité, se présentant comme légitime pour intégrer une liste à une élection par liste ou être présenté à une élection uninominale dans telle circonscription, et va se sentir agressé par un militant noir homosexuel, par exemple, car il aura l’impression que ce dernier cherche à cumuler les légitimités pour piquer sa place).

4. Si je vous dis Ouganda, qu’est-ce cela vous évoque en dehors du glacier Ruwenzori ?



L’assassinat récent du militant David Kato, la proposition de loi actuellement débattue par le parlement ougandais pour condamner à mort les personnes LGBT et les PVVIH (personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine ou le syndrome de l’immunodéficience acquise). C’est effrayant, l’Afrique est en train de glisser vers une homophobie exacerbée, que les gouvernements attisent pour détourner l’attention de leurs échecs et de leur corruption. Cela montre bien que le progrès n’existe pas, au sens où la notion de marche glorieuse et irréversible vers une humanité meilleure est un mythe. Il faut lutter, arrêter de regarder cette télévision excrémentielle qu’est TF1, adhérer aux associations, s’engager. Sinon, on est un mouton bêlant et stupide.

5. L’avenir pour les minorités LGBT en Afrique, aux Antilles, vous l’envisagez comment ?



Je n’ai pas de boule de cristal. Il y a des signes très inquiétants mais d’autres laissent de l’espoir, une société civile se développe et s’affirme chaque jour un peu plus. Tout ce que je sais, c’est qu’il faut lutter, s’engager.

6. Comment vous situez-vous dans la communauté LGBT hexagonale ?



Les associations membres de Total Respect s’efforcent de porter le débat contre le racisme au sein de la communauté LGBT française : c’est difficile, à la fois il y a un racisme réel parmi les personnes LGBT - comme parmi les autres il est vrai mais on aurait pu s’attendre parmi elles à une sensibilité plus importante au respect des minorités - et une forme de contestation de la capacité des personnes noires ou métisses à porter le combat contre le racisme. En gros, à la fois pour des raisons idéologiques liées au mythe de l’universalisme à la française et pour des raisons carriéristes liées au refus d’admettre de nouveaux acteurs (plus précisément, les premières maquillant les secondes), Total Respect rencontre des résistances importantes au sein de la communauté LGBT hexagonale. Cela n’est pas arrangé par le fait que nous portons également un engagement fort contre le sida, un autre sujet dont il est de bon ton de dire que l’on veut parler au sein de cette communauté.

7. On vous reproche une certaine flamboyance et une énergie dévorante... Qu’en pensez-vous ?



Je n’ai jamais entendu que l’on me reproche cela, en tout cas pas en face, mais sont-ce des reproches ? Il est vrai que mon engagement militant se fait au détriment de ma carrière professionnelle, de ma vie de couple, de mes finances même puisque j’y consacre l’essentiel de mes revenus : en ce sens, c’est effectivement dévorant. Qu’on me le reproche... Je suis entier, intègre et je sais que des personnes carriéristes, à l’épine dorsale forcément plus souple, peuvent m’en vouloir pour cela, faire courir toutes sortes de ragots contre moi, dont certains me reviennent parfois aux oreilles et m’amusent toujours. Ainsi, une fois, un parti politique où j’étais investi m’a demandé de cautionner une fraude électorale en apposant ma signature sur un procès-verbal vierge. J’ai refusé. Plusieurs mois plus tard, il m’est revenu aux oreilles que le même groupe de personnes qui avait fait pression sur moi pour que j’accepte cette fraude et qui était par ailleurs un groupe de militants homosexuels faisait courir le bruit que j’aurais... renversé une urne électorale ! J’ai immédiatement téléphoné à la personne qui avait dit cela, un militant homosexuel de tout premier plan, blanc, pour simplement lui demander sur un ton ironique si elle confirmait l’avoir dit. J’ai rarement eu quelqu’un d’aussi péteux au téléphone. C’est très intéressant parce que cela montre bien le processus de construction du ragot, très proche de celui de l’insulte. C’est toujours un peu une surprise pour moi car je suis complètement incapable de pratiquer cela, peut-être même de le comprendre.

8. Comment vos proches, famille, amis, voient votre parcours ?



Je ne sais pas trop. Ils se plaignent un peu, ne me voient pas beaucoup. Ils me disent que je ne leur écris jamais mais je leur réponds qu’à chaque fois qu’ils reçoivent des nouvelles des associations dans lesquelles je m’investis, c’est comme si je leur écrivais. Ils ne sont pas trop d’accord avec cette vision des choses... Si j’entends ce qu’ils me disent, ils trouvent que mon investissement associatif est un gâchis, que je donne de la confiture aux cochons, que j’aurais pu avoir un parcours professionnel largement plus rémunérateur, une vie de couple moins chaotique, un appartement plus vaste que mes sympathiques seize mètres carrés... C’est sans doute vrai d’ailleurs. En même temps ils comprennent bien quelles sont mes révoltes.

9. En dehors des causes, des passions ? Lecture, musique, voyages ?



Je ne comprends pas l’usage contemporain du terme de passion, qui désigne à la base une souffrance ou quelque chose que l’on subit, où l’on est inactif. J’aime lire, écrire, écouter de la musique, j’aime les randonnées, pas trop les voyages (j’ai horreur d’être un touriste) mais quoi que je fasse, je ne cesse pas d’être un militant et de faire le lien avec mes combats. Même dans la vie sexuelle, je me pose la question de la démocratie car les rapports sexuels sont parfois construits sur des fantasmes autoritaires et ce n’est pas évident pour moi. Par exemple, la pénétration est centrale dans la vie sexuelle et c’est forcément une relation asymétrique : la position dite du 69 constitue une exception mais peut devenir lassante, d’autant qu’elle n’est pas tant une exception que cela puisque même lorsque vous pratiquez un 69, il y a toujours une personne qui est au-dessus (sauf si vous êtes dans une station spatiale et que vous avez débranché la gravité artificielle) ou une personne qui a la main droite libre (sauf pour les couples composés d’une personne droitière et d’une autre gauchère).

10. Une question à laquelle on n’échappe pas, car même les plus grands ont un ventre : votre plat préféré ?



C’est variable, c’est par époques. En ce moment, je crois que c’est le poulet coco de mon doudou.

[TRP75] Dimanche 13 février - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

[TRF75] Jeudi 10 février - Rencontre entre LVMH et le collectif «Non à Guerlain ! Non à la négrophobie !»


10 février 2011 - Compte rendu de rencontre entre LVMH et le collectif «Non à Guerlain ! Non à la négrophobie !» (par Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110210-99.pdf


[TRP75] Mercredi 9 février - Programme Bangas : U. (Afrique)

21h00-23h00 -

[TRP75] Mercredi 9 février - Réunion de bureau avec Fabrice

19h00-20h00 -

[TRF75] Mercredi 9 février - «L’égalité est discriminatoire» (Échange avec une syndicaliste)

Date : Wed, 09 Feb 2011 19:43:51 +0100/ De : Célia/ Et bonjour./ Votre communiqué m’a beaucoup fait réfléchir, surtout le passage sur le contrat d’union civile réservé aux couple de même sexe./ Je suis perplexe./ J’avais toujours pensé que ce genre de contrat réservé aux homos était un gigantesque foutage de gueule, et discriminatoire en plus./ Contrairement au Pacs, ouvert à tout le monde et qui est la preuve qu’un statut égal est possible entre tous les couples./ En plus, j’avais toujours lu que les partenariats ouverts à tous «passaient» mieux (si je puis dire) auprès du reste de la population que les contrats d’union civile réservés aux homos et perçus comme potentiellement stigmatisant./ Tout le monde connait des hétéros pacsés en France.../ Bref, le contrat d’union civile, j’étais contre./ Et puis, je me suis retrouvée en négos syndicales dans ma boite sur le renouvellement de l’accord d’entreprise. Accord d’entreprise qui est de 95 donc antérieur au Pacs./ A ma grande surprise, quand j’ai abordé la question de l’égalité Pacs/mariage, je me suis heurtée à un mur./ Non pas pour des questions discriminatoires et homophobes mais parce que, tout bêtement, tout le monde (direction comme syndicats) a intégré le fait qu’un Pacs se conclut au sein d’un couple hétérosexuel qui, pour des raisons x ou y, ne souhaite pas se marier ou se mariera plus tard. En clair, on se pacse parce qu’on a le choix, point barre. Il a fallu que je leur fasse remarquer que certains couples n’ont pas le choix, n’ont pas droit au mariage. Tout le monde a été surpris !!!/ Ah oui, il y a aussi des pacs entre couples de même sexe, ça alors on avait oublié !/ Bref, un mur./ Non seulement pour les questions de prime (deux mois de salaire moyen dans ma boite pour un mariage), de jours de congés supplémentaires mais aussi, dans le cas de travail à temps partiel, là ou le mariage et le concubinage sont reconnus comme rupture de l’amendement au contrat de travail (en cas de décès du conjoint/concubin pour reprendre à temps plein par exemple), le Pacs est ignoré !/ Et quand j’en parlé avec des collègues, j’ai eu la même réponse, à savoir que les pacsés n’avaient qu’à se marier !/ Là aussi, il a fallu que je leur rappelle que tous les couples n’ont pas le choix entre le Pacs et la mariage ! Et là, j’ai eu droit à la surprise de mes interlocuteurs./ Donc, aujourd’hui, j’en viens à penser que, dans un contexte hétéro-sexiste et surtout dans un contexte professionnel, l’égalité homos/hétéros dans le Pacs est discriminatoire et invisibilisante pour les couples homos alors qu’un contrat d’union civile serait égalitaire puisque rappelant à ces putains d’hétéros que nous existons !/ En clair, tant qu’on n’a pas le mariage homo, à bas le Pacs !/ Qu’est-ce que vous en pensez ?/ J’avoue que cela me fait drôle, moi qui ai toujours revendiqué une stricte égalité de droits, mais je compte proposer à mon syndicat de faire le distinguo entre les couples pacsés homos/hétéros dans les propositions CGT pour l’accord d’entreprise de ma boite./ Et tant pis si c’est perçu comme discriminatoire./ Bises./ Célia.

Date : Mon, 21 Feb 2011 18:18:17 -0400/ De : Total Respect/ Chère Célia,/ Bonsoir./ D’abord une précision : dans le communiqué de presse auquel tu réagis, nous n’avons pas soutenu le «contrat d’union civile réservé aux couples de même sexe» (pour te citer) mais un «contrat d’union civile [qui] assure aux couples de même sexe l’égalité successorale, sociale et fiscale» (pour nous citer). Le candidat Sarkozy avait en fait envisagé, en 2007, un contrat qui aurait (A) été réservé aux couples de même sexe et (B) assuré à ces couples l’égalité successorale, sociale et fiscale. Nous n’étions pas d’accord sur le point A mais étions preneur du point B : en d’autres termes, nous étions prêt/e/s à ouvrir la négociation sur un contrat qui nous aurait apporté l’égalité mais pas sur un contrat qui nous aurait été réservé. C’est un peu de l’histoire ancienne maintenant, cependant, car le président Sarkozy a de fait enterré cet engagement de campagne./ Cette précision apportée, venons-en à l’essentiel de ton message qui est surprenant et bien embêtant pour les militant/e/s que nous sommes car il prend le contrepied de notre exigence d’égalité formelle (légale), sagement conforme au mythe de l’universalisme républicain à la française. Tu fais d’ailleurs état du même malaise. On pourrait dire un peu facilement que tes collègues et patrons t’ont bernée (qu’ils ont fait semblant de ne pas voir que le pacs concernait aussi des couples homosexuels qui ne peuvent se marier) et qu’étant un peu conne, tu ne l’as pas saisi. Mais comme nous ne pensons pas que tu sois conne, il nous faut envisager l’hypothèse la plus gênante : tes collègues et patrons étaient sincères./ Tu envisages en conséquence de présenter, en tant que syndicaliste, une revendication discriminatoire qui demanderait des avantages spécifiques pour les couples de même sexe. Tes arguments sont parfaitement légitimes (obtenir que les couples pacsés homosexuels, qui n’ont pas le choix du mariage, puissent obtenir les mêmes droits que les couples mariés et donc plus de droits que les couples pacsés hétérosexuels, qui ont le choix du mariage). Pour autant, tu soulignes toi-même que cette revendication serait gênante pour le mouvement homosexuel car elle contredit la doxa précitée et tu nous demandes ce que nous en pensons./ Nous n’avons pas de leçon de syndicalisme à te donner. Tu sais mieux que nous comment défendre les droits de tes mandant/e/s et tes arguments tiennent la route. Plus nous avançons en militantisme et en réflexion, plus nous constatons que le mythe de l’universalisme républicain à la française est de la merde (ceci dit sans vouloir insulter la merde), c’est-à-dire quelque chose à laisser derrière nous et dans lequel nous ne pouvons respirer. Il suffit de traverser le périphérique ou, visiblement, de mettre les pieds dans ton entreprise pour s’en rendre compte. Ta revendication aurait même à nos yeux le mérite de le mettre clairement en évidence./ Cependant, comme pour la merde, quelque chose dans le mythe précité est fertile et doit être conservé : c’est l’exigence d’égalité. Pour cela, nous pourrions te recommander d’assortir ta revendication d’une clause explicite de nullité d’office au jour où les homosexuel/le/s auront le droit au mariage. Ainsi, tu ferais d’une pierre deux coups : d’une part, obtenir des droits concrets et progresser vers l’égalité réelle (sous réserve que tu obtiennes satisfaction car la négociation serait sans doute difficile et cette revendication susceptible d’être annulée en justice, la loi prohibant la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle) ; d’autre part, rappeler noir sur blanc que le but est bien l’égalité réelle et formelle sans discrimination aucune (à cet égard, même annulée, cette revendication mettrait en évidence les contradictions de la société française qui lutte contre la discrimination mais qui discrimine). Cela reviendrait évidemment à admettre provisoirement le principe de la discrimination, fût-elle positive. C’est un débat bien connu et certain/e/s considèrent que cela reviendrait à faire entrer le loup dans la bergerie (à renforcer notre situation à court terme pour mieux l’affaiblir à long terme). Pour notre part, nous considérons que le loup, la louve et les louveteaux sont déjà depuis longtemps dans la bergerie : la situation sociale (réelle) et légale (formelle) des personnes homosexuelles est déjà lourdement inégale et discriminante et ce n’est pas en continuant à se masturber (fût-ce intellectuellement) sur l’universalisme républicain qu’on l’arrangera, sur le thème : souffrez, souffrez, souffrez maintenant mais conservez l’espérance car à long terme l’égalité inscrite dans les gênes de la République française finira par triompher et vous apporter l’égalité réelle et formelle. C’est le coup de l’horizon radieux, en fait, comme dans le christianisme ou le stalinisme mais c’est bon, on nous l’a déjà fait. Comme le disait Keynes, à long terme nous sommes tou/te/s mort/e/s : bossons maintenant pour améliorer notre situation maintenant, ces spéculations sur la dégradation potentielle à long terme de nos successeurs ne sont que des spéculations, en l’espèce aporétiques (et comment croire que l’égalité future pourra se construire sur la perpétuation de l’inégalité présente ?), avançons, tu as raison./ Bises, TR

Date : Fri, 25 Feb 2011 18:41:37 +0100/ De : Célia / Bonjour./ Merci de ton message./ Je suis totalement d’accord sur l’universalisme républicain./ Vous avez dû aussi connaitre des moments où, lors d’une discrimination, toutes les bonnes âmes soutenaient les victimes mais, lors qu’était revendiqué une stricte égalité de droits pour mettre fin à ces discriminations, nous nous faisions taxer de communautarisme./ On pourrait d’ailleurs, par provocation, taxer l’universalisme républicain de communautarisme hétérosexuel./ Aujourd’hui, les négociations dans mon entreprise sont au point mort et j’ignore quand cela redémarra. On a eu un gros conflit sur les salaires en fin d’année dernière, nous avions même été cité dans la presse locale, voir ici www.laprovence.com/actu/region-en-direct/les-salaries-dareva-mobilises/ Mais, quand ça redémarra, je ferais à mon syndicat la proposition dont je vous parlais, même si, effectivement, cela va, au départ, contre toute ma «formation» militante, si je puis dire./ Merci encore./ Bises./ Célia.

Sujet : Victoire/ Date : Thu, 30 Jun 2011 21:37:20 +0200/ De : Célia/ Et bonjour./ Victoire !/ Dans ma boite, AREVA TA (ex Technicatome) pour ne pas la nommer, on avait un accord d’entreprise qui datait de 95 donc qui ne prenait pas en compte le Pacs (datant de 99)./ Comme la direction, l’année dernière, a entamé la négociation pour un nouvel accord, j’ai cru naïvement que l’égalité Pacs/mariage coulerait de source./ Les négos ont commencé et je me suis rendue compte du problème./ J’ai fait partie de la délégation CGT lors de certaines séances de négos et j’ai été atterrée : pour la direction comme pour certaines organisations syndicales, le Pacs était un choix et celles/ceux qui se pacsaient et voulaient les avantages du mariage n’avaient qu’à se marier./ Il a fallu que je fasse remarquer que certains couples n’ont légalement pas le droit de se marier !/ Et tout le monde ou presque était surpris de ma remarque !/ Bref, le blocage./ Heureusement, la CGT d’AREVA TA n’a pas baissé les bras./ Le délégué central a été exemplaire et, après quasiment un an de négos, on a réussi à obtenir l’égalité de traitement Pacs/mariage et à ce que cette égalité soit gravée dans l’accord d’entreprise./ Je précise que je suis déjà pacsée donc je ne bénéficierais pas des nouvelles dispositions mais il y a 2 sortes de syndicalistes : celles/ceux qui ont des convictions et celles/ceux qui ont des intérêts./ Vive la CGT !/ Bises./ Célia.

[3] 13 juillet 2011 (lu le 17 août 2011) - La CGT Areva TA signe la version révisée de l’accord d’entreprise
http://www.tjenbered.fr/2011/20110713-79.pdf [fr]

[2] 8 août 2011 - Discriminer pour mieux protéger ou protéger pour mieux discriminer ? (Face aux hypocrisies de l’universalisme républicain, la discrimination positive est-elle une solution ? Le cas du mariage homosexuel & la question des nègres en France) - Communication n°TRF2011-08B
http://www.tjenbered.fr/2011/20110221-89.pdf [fr]
http://leplus.nouvelobs.com/ [fr]
http://www.agoravox.fr/ [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr]  http://makoume.yagg.com/2011/08/08/discriminer/ [fr]
http://blogs.tetu.com/outre_mers_et_pairs/2011/08/09/discriminer/ [fr]

[1] 9 février 2011 - Le président de la République demain sur TF1 : Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération interroge Nicolas Sarkozy sur les droits des homosexuels - Communiqué de presse n°TRF2011-09
http://www.tjenbered.fr/2011/20110209-00.pdf [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr]
http://devantlatele.com/tf1/status/1111751 [fr] 


[TRP75] Mardi 8 février - Bangas, PG

19h30-21h00, RDV place Voltaire -

[TRP75] Mardi 8 février - Réunion de bureau avec Gwladys

16h00-19h30 -

[TRP75] Lundi 7 février - RH (réunion publique et permanence de prévention, d’accueil & d’écoute hebdomadaires)

19h00-22h00, Paris, Maison des associations du XIème arrondissement, 8, rue du Général-Renault -

[TRP75] Lundi 7 février - Rencontre avec le collège Raymond-Queneau et l’association Contact

11h30-13h15, Paris, collège Raymond-Queneau (RDV avec Sylvie à 11h00 au 77, rue de Charonnel) -

[TRP75] Dimanche 6 février - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

[TRP75] Dimanche 6 février - Bangas, TMB

15h43 - Appel vers TMB : message téléphonique.

[TRP75] Dimanche 6 février - Bangas, PG

15h28 - Appel vers PG : message téléphonique en prévision de l’audience du 15 février 2011 à 13h30.

[TRF75] Samedi 5 février - Dépôt d’une gerbe à l’ambassade du Ouganda à Paris en mémoire du militant homosexuel assassiné David Kato

muhame

kato

kato

[TRF75] Jeudi 3 février - Participation à une soirée de solidarité et d’action avec les personnes LGBT africaines

20h00, Centre LGBT (lesbien, gai, bi & trans) Paris Île-de-France - Urgence : éviter que Brenda soit expulsée vers l’Ouganda. Lettre à l’ambassade du Royaume-Uni.

[TRP75] Mardi 1er février - Quatrième entretien Bangas avec G.

12h30-13h30 - Le Refuge. | 17h00-21h00 - Pastel.

Document confidentiel, réf. 110128-99.doc



© Fédération Total Respect | Tjenbé Rèd (Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes)
Courriels : federation@tjenbered.fr | MSN : tjenbered@hotmail.fr
Site Internet : www.tjenbered.fr/federation | Myspace : www.myspace.com/tjenbered
Ligne d’écoute et d’information : +33 (0)6 10 55 63 60 (24h/24, répondeur à certaines heures)
Siège social : Pont-Madeleine, F-97211 Rivière-Pilote
Association loi 1901 fondée le 15 mars 2005, déclarée le 14 juin 2005, Journal officiel du 9 juillet 2005
NAF/APE 913E