tjenbered
           
Le blog de Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération (Mai 2011)




[TRP75] Mardi 31 mai - Entretien avec l’Inpes sur la prévention du sida auprès des HSH afro-caribéens

10h00-12h00, 42, boulevard de la Libération, Saint-Denis, M° Pleyel, avec Élodie Aïna et Lucile Bluzat - Rappel de l’appel à projets HSH/DFA-migrants. L’INPÉS a en charge la partie prévention de tous les programmes nationaux de santé publique. Partie communication, partie subventions, partie comportementale (population générale, populations spécifiques). KAPB DFA en cours (INPÉS/ORS-IDF). Enquête en population générale DFA (KABP) - avec Saint-Martin ? Sous tutelle du ministère de la santé, financé par l’assurance-maladie. VIH = 25% du budget. Désormais, seulement deux campagnes grand public, priorité = populations les plus touchées. Sur les DFA, depuis les années 2000, on s’est rendu compte que les campagnes conçues pour la métropole ne suffisaient pas. Stratégie ciblée. Carnaval, avant l’été, 1er décembre, tour des yoles, tour cycliste de Guadeloupe. Street marketing. Partenariat avec les acteurs locaux. Thèmes : dépistage, préservatif etc. Post-tests. Agences de com spécialisées. Campagne Nou pli fo : renverser une norme discriminante, amener les gens à porter le mot sida sur leur tee-shirt. ARS ! - Sur les homos : Prends-moi ; Un rapport à risque, quatre réflexes pour agir. HSH crypto : problème de la communication, du statut de l’infidélité. Utile ? Réseau, faire un roman-photo afro-caribéen, comment diffuser, où ? Groupe de travail pour participer à un outil, réfléchir à la diffusion... Sites affinitaires, de musique... Campagnes de diffusion sur France Ô...

[TRF75] Lundi 30 mai - Préparation de la prochaine assemblée générale du Cégom à Paris (suite)

19h00-26h00, Paris, Maison des associations du XIème arrondissement, 8, rue du Général-Renault -

[TRF75] Lundi 30 mai - Analyse du projet électoral adopté par le Parti socialiste (suite)

10h00-18h00 -

[2] 30 mai 2011 - Adoption du projet électoral du Parti socialiste : Le Cégom demande au Parti socialiste de ne pas oublier les Français/es d’outre-mer vivant dans l’Hexagone - Communiqué de presse n°TRF2011-22G
http://www.tjenbered.fr/2011/20110530-10.pdf [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr]

[1] 30 mai 2011 - Adoption du projet électoral du Parti socialiste : Total Respect attire l’attention du PS sur les demandes des personnes transgenres et des travailleur/e/s du sexe - Communiqué de presse n°TRF2011-25
http://www.tjenbered.fr/2011/20110530-00.pdf [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr] 


[TRP75] Dimanche 29 mai - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

[TRF75] Dimanche 29 mai - Analyse du projet électoral adopté par le Parti socialiste (suite)

10h00-24h00 -

28/30 mai 2011 - Une analyse du projet électoral adopté le samedi 28 mai 2011 par le Parti socialiste pour l’année 2012
http://www.tjenbered.fr/2011/20110528-89.doc


[TRF75] Samedi 28 mai - Choukaj entre la République et la Nation

18h00-24h00 -









[3] 30 mai 2011 - Choukaj à Paris (par Martine Robert, sur FXG)
http://www.fxgpariscaraibe.com/article-choukaj-mas-paris-75166757.html
http://www.tjenbered.fr/2011/2011/20110530-89.jpg

[2] 28 mai 2011 - Album-photo du choukaj entre la République et la Nation (par Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110528-99.html
http://choukaj.com/

[1] 28/29 mai 2011 - Compte rendu
Document confidentiel, réf. 110528-99.txt [X


[TRF75] Samedi 28 mai - Analyse du projet électoral adopté ce jour par le Parti socialiste

16h00-18h00 -

[3] 18 avril / 28 mai 2011 - Projet socialiste 2012 : Le changement (version courte en quatre pages)
http://www.parti-socialiste.fr/static/11069/les-30-propositions-le-4-pages-110384.pdf
http://www.tjenbered.fr/2011/20110528-97.pdf

[2] 14 avril / 28 mai 2011 - Projet socialiste 2012 : Le changement (version courte en vingt-huit pages)
http://www.parti-socialiste.fr/static/projet2012_texte_court.pdf
http://www.tjenbered.fr/2011/20110528-98.pdf

[1] 20 avril / 28 mai 2011 - Projet socialiste 2012 : Le changement (version longue en cinquante-deux pages)
http://www.parti-socialiste.fr/static/projet2012_integrale.pdf
http://www.tjenbered.fr/2011/20110528-99.pdf


[TRP75] Samedi 28 mai - Soutien par correspondance d’une mère lesbienne (programme Bangas)

00h00 (heure de Paris) - Sujet : Homoparentalité et droit de la famille : besoin d’aide/ Bonjour,/ Je souhaiterais avoir un renseignement concernant les modalités d’octroi de garde en matière de droit de la famille./ Voilà, ma fille a toujours été en garde alternée. Son père s’est marié et me réclame la garde./ Il base sa défense en invoquant mon orientation sexuelle. Je vis avec une femme depuis plusieurs années./ Aucune de ces pièces ne démontre que je suis une mauvaise maman. Il dit que la petite est perturbée une semaine sur deux. Est-il possible qu’un juge accorde la garde seulement sur des critères sexuelles ?/ Est-ce que je peux invoquer le respect de ma vie privée ?/ Cordialement...

00h34 - Sujet : Re. : Homoparentalité et droit de la famille : besoin d’aide/ Chère Amie,/ Vous vivez une situation délicate et nous vous exprimons toute notre solidarité./ Le principe est qu’aucune décision de retrait de garde d’enfant ne peut se fonder sur l’orientation sexuelle. Le fait que vous viviez avec la même compagne depuis plusieurs années serait plutôt un argument en votre faveur (bien-être et stabilité de l’enfant). Cela, c’est la théorie... Dans la pratique, un juge de première instance particulièrement conservateur peut appuyer sa décision sur autre chose en visant en réalité votre orientation sexuelle. Il aurait cependant de grandes chances de voir sa décision infirmée en appel. Nous avons il y a quelques mois accompagné un jeune homme dans la même situation : son ancienne compagne, qui invoquait son homosexualité, s’est vue sévèrement déboutée par le juge de première instance et par le juge d’appel qui ont basé leur décision uniquement sur l’intérêt de l’enfant./ Quoiqu’il en soit, nous ne sommes pas des avocats et seule la consultation d’un avocat pourra vous être réellement utile. Vous n’évoquez pas ce point : si vous n’avez pas confiance en votre avocat ou si vous n’en avez pas, nous pouvons vous en conseiller un./ Vous pouvez par ailleurs consulter le site Internet d’une association spécialisée, l’APGL : www.apgl.fr/faq.htm#divorce [1]  / N’hésitez pas à nous appeler ou à revenir vers nous, nous pouvons également nous rencontrer si vous êtes en région parisienne./ Fos !/ Total Respect - Tjenbé Rèd Prévention

00h41 - Sujet : Re. : Homoparentalité et droit de la famille : besoin d’aide/ Merci de votre réponse,/ Je suis dans l’Hexagone./ Je n’ai pour l’instant pas d’avocat, je ne pensais pas que ce serait son unique argument et pensais à tort que nous allions devant le JAF en tout intelligence et en esposant l’intérêt de notre fille./ Je vais sur votre lien./ Merci encore de votre réponse aussi rapide./ Cordialement...

00h52 - Sujet : Re. : Homoparentalité et droit de la famille : besoin d’aide/ Chère Amie,/ En tout état de cause, prenez un avocat, c’est une sécurité indispensable à votre avenir et à celui de votre fille, surtout sur un sujet aussi sensible et aussi engageant./ En cas de mauvaise surprise (il y a parfois une part de hasard dans les décisions de justice...), vous ne pouvez pas vous permettre pendant les prochaines années de vous reprocher chaque jour de ne pas avoir fait le maximum... C’est-à-dire de en pas avoir pris un avocat./ Si c’est une question de finances ou de confiance, nous pouvons vous conseiller au mieux./ Solidairement.../ Total Respect - Tjenbé Rèd Prévention

1er juin 2011 (non-daté, capture au 1er juin 2011) - Questions fréquemment posées (FAQ) du site Internet de l’APGL (Association des parents et futurs parents gays et lesbiens)
http://www.apgl.fr/faq.htm#divorce
http://www.tjenbered.fr/2011/20110601-99.pdf


      siar
           
[TRF75] Vendredi 27 mai - Participation au débat «La France doit-elle avoir peur de sa diversité ?» organisé par la Faac

19h00 - PRESENTATION - La Fédération des associations africaines et créoles en collaboration avec l’association «Agir ensemb’pour une France de toutes les couleurs» ont le plaisir de vous convier à une rencontre-débat autour du thème :/ «La France doit-elle avoir peur de sa diversité ?»/ Le vendredi 27 mai 2011 à 19h00 à la Maison des associations de Neuilly-s/-Seine/ 2 bis, rue du Château/ 92200 Neuilly-s/-Seine/ (métro Pont-de-Neuilly, ligne 1)/ Avec la participation de : Claudy Siar (délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer)/ George Axelle Brousillon (responsable diversité dans le groupe L’Oréal)/ Arezki Dahmani (secrétaire national de la Maison de l’Union méditerranéenne)/ Dogad Dogoui (fondateur d’Africagora)/ Jean-Christophe Duton (président du pôle formation de la Faac)/ Renseignements :/ Tél. : 07 61 05 24 53/ 06 21 69 29 17/ Fédération des associations africaines et créoles/ 33, rue de l’Université - 93160 Noisy-le-Grand - contact@lafaac.com - www.lafaac.com/ Téléphone : 06 69 05 67 97 - Fax : 09 72 23 27 47.

18h30 - DISCOURS LIMINAIRES - Claudy Siar : Il y a des résistances à la diversité en France. Tous ceux qui sont non-blancs appartiennent à la diversité. Le discours de la méritocratie nous était opposé. Dans l’affaire de la FFF, j’ai parlé de petit racisme entre amis. La diversité (promotion de personnes sur la base de la couleur de peau ou de l’origine) a provoqué une crispation (notamment un rejet des lois mémorielles). Il faut une autre politique. - Arezki Dahmani : La France a-t-elle peur de la diversité ? Je serais tenté de demander si la diversité n’a pas peur de la France ? Je connais des gens sérieux terrifiés par l’idée de vivre dans ce pays. Dans le peuple français, une partie a vraiment peur de la diversité. Jamais elle ne nous appelle Français. L’assimilation (retirer ses rayures à un zèbre pour en faire un âne...), ce n’est pas possible. L’intégration... Intégrer quoi à quoi ? Nous sommes français. Nous avons des problèmes sociaux comme n’importe quels français. Le reste nous regarde. L’essentiel, c’est la qualité du savoir. Le vrai débat, c’est le mérite, l’accès au savoir. Ce qui fait peur aujourd’hui, c’est l’islam. Marine Le Pen l’a très bien compris. Elle a ciblé toute sa campagne sur l’islam. Le juif, désormais, c’est propre, le noir, c’est mignon, il reste l’arabe et le musulman. Le christianisme et l’islam ont un défaut, ils veulent imposer leur vision du monde aux autres. On a oublié les barbaries du christianisme. Le premier ennemi de l’humanité, c’est cette horreur des religions. Je suis musulman, je suis supérieur à toi... Non ! On a tous le même dieu, l’essentiel c’est de construire l’amour, le bonheur et l’humanisme sur terre. Qu’on soit jaune ou noir on s’en fout, ce qui est important c’est l’intelligence. Problème : l’histoire de la République. Il n’y a plus de République, le modèle républicain a déposé le bilan, ce qui triomphe c’est le communautarisme. À Château-Rouge, c’est l’Afrique, à Barbès, c’est le Maghreb. Il ne faut pas baisser les bras. La première solution, c’est l’école. Deux : arrêtons la danse du ventre, allons à l’essentiel, vers l’économique, permettons aux gens de gagner de l’argent. Trois : vous avez un défaut, comme les arabes, vous adorez quémander. La moitié des hommes politiques sont des hypocrites. On est à un tournant de civilisation. Il faut que l’Etat se retire doucement des histoires des peuples, laisse le peuple travailler, construire son bonheur. L’égalitarisme républicain n’existe que dans les textes, pas devant la maladie, pas devant le savoir, pas devant l’école. C’est mort, c’est fini. Il faut inventer autre chose, vous battre. Désolé de cette violence. - George Axelle Brousillon : Travailler, oui, mais où ? L’Oréal a oeuvré pendant de nombreuses années, sans avoir peur. En 2004, signature de la charte de la diversité. Nous avons créé des bourses pour de jeunes bacheliers méritants ainsi qu’une mise à niveau pour les jeunes des banlieues ou des outre-mers afin de leur permettre d’intégrer une classe préparatoire à Henri-IV. Nous avons créé une chaire sur la diversité à l’Essec. La France ne doit pas avoir peur de sa diversité, de ses diversités. - Dogad Dogoui : Saluons le nouveau délégué interministériel, issu de nos rangs. Europe... Directives 2000... Il a fallu se battre pour que la France accepte de créer une autorité indépendante, la Halde, qu’elle est en train de détricoter. L’avantage de la France, c’est que c’est, dans ses institutions, le pays de l’égalité, de la justice, des lettres... Mais tout ça, sur le papier. Ce n’est pas appliqué. On a peur de ceux qui vont venir prendre une part du gâteau, du basané, d’une montée en puissance des femmes... Dans les dîners en ville, la réflexion est que la France ne sera plus la France. Quand le ministre de l’intérieur tient des propos qui font polémique... Ce n’est pas le rôle des responsables de relayer les propos haineux. Leur rôle est de montrer la voie même quand le peuple se trompe. Hitler a été élu ! Pour que les gens se révoltent, il faut qu’ils n’aient plus rien à perdre. Aujourd’hui, la majeure partie de nos compatriotes a un petit quelque chose à perdre. La politique de la ville a permis de saupoudrer. Aujourd’hui, si on mobilise les abstentions, on a les villes. Mais pour quel parti se mobiliser ? Je vois d’un bon oeil ce qui se passe en Espagne. Les gens se réveillent, se révoltent, pas pour casser des choses. Se lever pour s’élever. Rien ne tombera du ciel. Celui qui est assis... Mon souci est de tendre la main à ceux qui veulent la saisir... Mais malheureusement, tant qu’il n’y a pas un vrai coup sur la tête des oubliés de l’égalité, ils ne se lèveront pas. Quand vous prenez le RER D de 23h59 (?) vers Orry-la-Ville, que vous voyez le plus bas du bas, la crasse... Les gens acceptent pourtant, alors qu’ils ont payé, alors que c’est un service public. Mais les gens acceptent parce que c’est un service public, que c’est toujours ça de pris. - Jean-Christophe Duton : La France doit-elle avoir peur de sa diversité ? La France et la diversité sont-elles étrangères l’une à l’autre ? Peut-on avoir peur d’une partie de soi-même ? Triste réalité : penser que la diversité est un corps étranger, susceptible de susciter des craintes, un rejet, qui devrait s’intégrer, faire oublier sa différence. Ce n’est pas la France qui a peur mais certains Français. Pourtant, la constitution postule que la France est une république laïque et indivisible. Qu’est-ce qui explique l’écart entre cette haute conception de la nation et une autre conception plus réductrice incarnée par certains Français ? Le ressenti de certains Français est le fruit d’amalgames constants... La diversité est l’avenir de la France.

21h00 - QUESTIONS - Lucien Pambou, créateur du Cran, élu UMP : Les statistiques de la diversité ne veulent rien dire. Nous sommes nous-mêmes responsables de ce qui nous arrive. Nous avons utilisé le concept de diversité comme un moyen de promotion. Cet homme vertical de Césaire est finalement couché. Il n’y a pas de pont entre les africains et les ultramarins. Nous sommes quémandeurs. Il faut que les associatifs aillent sur le terrain renseigner les populations. Comment sortir de la diversité ? Les communautés asiatiques ou juives s’organisent économiquement, pas nous. Retrouver les vertus de Césaire. La pratique, ce n’est pas le discours politique, c’est la sociologie du terrain. - Jeune cinéaste : Vraie solution, c’est que les jeunes d’aujourd’hui manquent de modèle. - Un monsieur : Monsieur Siar, quel est votre rôle en tant que délégué interministériel ? Gauche et droite ont tous pris des gens de France Plus, ils sont tous allés manger. Je préfère Franz Fanon. - David Auerbach Chiffrin pour Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération : À M. Dogad Dogoui : Monsieur, Hitler n’a jamais été élu, son parti, lors de la dernière élection réellement démocratique en 1933, n’a pas obtenu la majorité des voix. C’est la droite conventionnelle allemande qui, par peur du communisme montant, a fait le choix de s’allier à lui, à son parti, et de l’associer au pouvoir, dont il s’est finalement emparé par la force en détruisant la forme démocratique des institutions. Comme le dit l’expression, toute ressemblance avec une autre situation plus actuelle serait purement fortuite... Une remarque en passant : son parti était le NSDAP, certains aujourd’hui, par exemple dans un commissariat de police où j’étais cette semaine pour soutenir un compatriote antillais victime de discrimination, portent des tee-shirts de la marque Lonsdale, parfois en raison de la ressemblance entre ces dénominations. - À Mme George Axelle Brousillon : Madame, vous avez évoqué la charte de la diversité qui est une démarche intéressante. Pourtant, la version la plus récente de cette charte ne cite plus les différents motifs de discrimination : elle ne parle plus de racisme, elle ne parle plus d’homophobie... Cela pose sur le terrain, nous avons pu nous en rendre compte, de graves problèmes car chaque responsable opérationnel interprète du coup la notion de diversité et celle de discrimination comme il l’entend en se donnant le droit d’exclure telle ou telle population de la protection qu’est censée apporter cette charte. Pensez-vous vraiment que l’on puisse lutter contre un mal sans le nommer ? - À M. Claudy Siar : Monsieur le Délégué interministériel, vous appartenez désormais à une majorité politique dont les propos sur la diversité sont parfois... divers. Ainsi, dans un vocabulaire qui évoque celui naguère utilisé par les colons à l’encontre des esclaves ou des indigènes, une députée de cette majorité a récemment comparé les personnes homosexuelles à des animaux... sans se voir sanctionnée par sa formation politique autrement que par de vagues réprobations cosmétiques. Nous allons travailler avec vous pendant un an, peut-être plus puisque vous allez vous engager dans la campagne électorale en faveur de la majorité actuelle : nous allons être interpellés par nos adhérents - nous le sommes déjà - sur cette contradiction coexistante au sein de cette majorité entre une volonté, que vous incarnez, de rechercher l’électorat de la diversité et une autre, que vous dénoncez pourtant, de s’assurer de l’électorat qui rejette cette même diversité. Monsieur le Délégué interministériel, comment devrons-nous expliquer cette contradiction ? - 21h27 - Une jeune femme : Pourquoi pas d’unité entre le Cran et la Faac ? Je ne connais personne qui n’aime pas Claudy. Je n’ai pas entendu le contenu de la feuille de route car moins d’un an c’est court. - Un jeune homme : On ne voit pas assez de noirs à la télé, notamment dans les publicités L’Oréal.

21h14 - REPONSES - Claudy Siar : Je ne représente pas un parti politique. Mon rôle peut être celui d’un haut fonctionnaire qui s’interdit toute appartenance politique. À 17 ans je m’engage totalement contre les discriminations. C’est l’époque de la montée du Front national, c’est l’époque où ce que nous revendiquons n’est pas entendu, c’est l’époque de la gauche, c’est l’époque de la marche pour l’égalité des droits rebaptisée par certains médias comme marche des beurs... Je n’appartiens à aucun peuple de la diversité. Je suis chef d’entreprise. Quand on me propose la délégation interministérielle, j’accepte au bout de deux mois parce que j’ai une feuille de route précise qu’ils ont acceptée. Je ne m’engage pas dans une quelconque campagne présidentielle. Je ne suis ni à gauche ni à droite. Je ne suis pas là pour servir un camp, pas là pour m’engager dans une campagne présidentielle. Je suis là pour promouvoir l’entreprenariat. Il est essentiel que les uns et les autres se prennent en main. Je refuse à quiconque de m’enfermer dans cette histoire de la diversité. Quand il y a eu le débat sur la laïcité, je me suis dit que ces hommes et ces femmes politiques ne regardaient pas ce qui se passait dans une région française, la Réunion, où des hommes et des femmes de toutes religions cohabitent. - Arezki Dahmani : Il y a besoin de modèles. Il faut des responsables politiques de couleur. Mettre en place des incubateurs avec des chambres de commerce pour que des jeunes apprennent à gérer et reprennent les commerces de ceux qui vont partir. Ces jeunes n’auront pas d’examens mais feront d’excellents managers, d’excellents policiers. Reste ni de gauche ni de droite, reste ce que tu veux, reste libre ! Nous, on est dans le réalisme le plus absolu. - 21h29 - Claudy Siar : J’ai présenté ma feuille de route hier aux associations ultramarines, elle circulera. La phrase de Finkelkraut (Les antillais sont des descendants d’esclaves qui aujourd’hui vivent de notre assistance) est une dernière résistance. Aujourd’hui, il faut être un Mandela. - Jean-Christophe Duton : Il peut y avoir plusieurs associations, des sensibilités différentes... Certains peuvent davantage être sur des causes ethno-culturelles comme la cause noire pour le Cran, d’autres sont sensibles à l’Afrique comme Africagora, la Faac a choisi d’être sensible à la question africaine et créole. - Dogad Dogoui : Pourquoi plusieurs associations ? Parce que c’est la diversité... - George Axelle Brousillon : L’Oréal, troisième annonceur mondial. Nous mesurons la représentation de la diversité dans nos annonces, dans nos égéries. Dans les entreprises, le concept évolue, au départ minorités visibles, les entreprises en ont fait un concept global intégrant le genre, l’âge, le handicap. Clivage entre la sphère publique ou politique et le monde de l’entreprise qui a déjà retenu une forme large de la diversité. Lobbying pour l’inscription dans l’article 5 ou 5 bis de la loi sur l’immigration d’une obligation de rapport sur la mesure de la diversité.

21h48 - CONCLUSION - Frank Anretar, président de la. - DAC

[1] 27 mai 2011 - Photographie prise au terme du débat «La France doit-elle avoir peur de sa diversité ?» organisé par la Faac (Fédération des associations africaines et créoles) et «Agir ensemb’pour une France de toutes les couleurs» avec, de gauche à droite : Claudy Siar, délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer ; Jean-Christophe Duton, président du pôle formation de la Faac ; Frank Anretar, président de la Faac ; Jennifer Pélage, présidente d’Agir ensemb’pour une France de toutes les couleurs ; Arezki Dahmani, secrétaire national de la Maison de l’Union méditerranéenne ; George Axelle Brousillon, responsable diversité dans le groupe L’Oréal ; David Auerbach Chiffrin, secrétaire général adjoint du Collectifdom (Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais & Mahorais), porte-parole du Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone), secrétaire fédéral de Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération (Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes) ; Roger Anglo, président du pôle culturel de la Faac
http://www.tjenbered.fr/2011/20110527-89.gif
http://www.tjenbered.fr/2011/20110527-89.jpg

[2] 27 mai 2011 - Photographie prise au cours du débat «La France doit-elle avoir peur de sa diversité ?» organisé par la Faac (Fédération des associations africaines et créoles) et «Agir ensemb’pour une France de toutes les couleurs» avec, de gauche à droite : Jean-Christophe Duton, président du pôle formation de la Faac ; Dogad Dogoui, fondateur d’Africagora ; Claudy Siar, délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français d’outre-mer ; George Axelle Brousillon, responsable diversité dans le groupe L’Oréal ; Arezki Dahmani, secrétaire national de la Maison de l’Union méditerranéenne ; Jennifer Pélage, présidente d’Agir ensemb’pour une France de toutes les couleurs ; Roger Anglo, président du pôle culturel de la Faac
http://www.tjenbered.fr/2011/20110527-88.gif
http://www.tjenbered.fr/2011/20110527-88.jpg

[3] 27/28 mai 2011 - Compte rendu
Document confidentiel, réf. 110527-99.txt [X]

[4] Lundi 30 mai 2011 - La diversité en débat à Neuilly (France-Guyane)
http://www.franceguyane.fr/hexagone/la-diversite-en-debat-a-neuilly-30-05-2011-91960.php
http://www.tjenbered.fr/2011/20110530-79.pdf


[TRP75] Vendredi 27 mai - Préparation de l’assemblée générale nationale ordinaire annuelle de Tjenbé Rèd Prévention

14h00-18h00 -

[TRF75] Vendredi 27 mai - Préparation de la prochaine assemblée générale du Cégom à Paris

12h00-13h00, heure de Paris - I. POINT SUR LES CANDIDATURES AU BUREAU EXÉCUTIF - I.A. Six candidatures masculines dont quatre à confirmer pour six places - Daniel Illemay (courriel du 23 mai à 10h19) ; Jean-Jacques Seymour (courriel du 27 mai à 11h00) ; Pierre Pastel (à confirmer) ; David Auerbach Chiffrin (à confirmer) ; Thierry Le Lay (à confirmer, entretien téléphonique du 23 mai à 20h29) ; Daniel Dalin (à confirmer, entretien téléphonique du 27 mai à 11h35) - I.B. Trois candidatures féminines dont une à confirmer pour six places - Christine Houblon (courriel du 23 mai à 22h08) ; Anick Pastour (courriel du 25 mai à 18h56) ; Lydie Condapanaïken-Duriez (à confirmer, entretien téléphonique du 23 mai à 21h14) - II. POINT SUR LES CANDIDATURES AU BUREAU DU CONSEIL CULTUREL ET SCIENTIFIQUE - II.A. Six candidatures masculines à confirmer pour quatre places - Gérard Ginac (à confirmer, entretien téléphonique du 23 mai à 21h23) ; René Silo (à confirmer, entretien téléphonique du 24 mai à 11h24) ; Patrick Théophile (à confirmer, entretien téléphonique du 24 mai à 11h45) ; André-Max Boulanger (à confirmer, entretien téléphonique du 24 mai à 11h48) ; Patrick Jeannette (à confirmer, entretien téléphonique du 24 mai à 17h21) ; François Durpaire (à confirmer, entretien téléphonique du 25 mai à 16h00) - II.B. Deux candidatures féminines dont une à confirmer pour quatre places - Nathalie Fanfant (courriel du 24 mai à 12h41) ; Christiane Nollet (à confirmer, entretien téléphonique du 24 mai à 11h12). - III. COMMENTAIRE - Pour rappel, concernant le bureau exécutif, les six premiers hommes et les six premières femmes seront élu/e/s ; concernant le bureau du conseil scientifique et culturel, les quatre premiers hommes et les quatre premières femmes seront élu/e/s. Il est également possible d’élire un bureau du conseil d’orientation et un bureau de la commission permanente du conseil des assemblées régionales, qui comprendraient alors chacun quatre hommes et quatre femmes. Le délai pour la confirmation des candidatures est fixé au lundi 30 mai. Si les candidatures masculines au bureau exécutif étaient plus nombreuses que les places à pourvoir, peut-être les personnes les moins disponibles pourraient-elles envisager de réorienter leur candidature vers le bureau du conseil culturel et scientifique, le bureau du conseil d’orientation ou le bureau du conseil de la commission permanente des assemblées régionales ? - DAC

     
auerbach
           
[TRF75] Jeudi 26 mai - Présentation des objectifs de Claudy Siar, nouveau délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français/es d’outre-mer, aux associations ultramarines de l’Hexagone

18h00, Paris, ministère de l’outre-mer, salle Félix-Éboué : I. PRÉSENTATION DE SON ÉQUIPE ET DISCOURS PAR CLAUDY SIAR : «Changer les regards, inverser les tendances... Exemple de la présentation de la météo par la télévision : la Corse est présente mais pas les outre-mers ! Chaque victoire des originaires de l’outre-mer ne doit pas être vécue comme un privilège qu’on leur donne mais comme un droit à l’égalité qu’on leur reconnaît. Il y aura un tour de France de l’égalité des chances des Français/es d’outre-mer, des débats publics, en présence de la ministre de l’outre-mer. Un lieu pour l’outre-mer ? Dans les années 80, il y avait une Maison des Antilles, place de la Nation à Paris. Agence de l’outre-mer, selon une idée de Greg Germain ? Continuité territoriale : billets d’avion moins chers ? Conventions - à revoir en raison de la hausse du prix du pétrole ? - mal connues des compagnies aériennes elles-mêmes et des bénéficiaires eux-mêmes. Congés bonifiés : consultations, réforme impopulaire mais nécessaire ? Forum des futurs étudiants ultramarins ? Missions dans le domaine de l’entrepreneuriat. Rencontres avec des entrepreneurs, des élus, des artistes. Travail sur la famille, les jeunes, les quartiers populaires. Défense des lois mémorielles, en particulier de la loi Taubira remise en cause par un quarteron de politiciens [NDLR : allusion au collectif La Droite populaire ? à Nicolas Sarkozy ?] . Drépanocytose avec Jenny Hippocrate-Fixy... Mémoire de la Shoah, de l’esclavage : certains ont tenté de nous entraîner sur de fausses pistes, sur une concurrence des mémoires [NDLR : allusion à Dieudonné]  ; II. QUESTIONS DE LA SALLE : Un monsieur d’une soixantaine d’années : «La jeune génération ne connaîtra pas ce que nous avons connu... Le téléphone avec le pays était exceptionnel, c’était pour Noël uniquement... Tous les jeunes aujourd’hui ont le téléphone, peuvent téléphoner vers l’outre-mer. J’ai pris cette initiative il y a deux ans...» ; David Auerbach Chiffrin : «Quid du suivi des Égom ? de l’enquête Insee sur la santé globale des ultramarins ? de l’invitation à la Gay Pride de Paris ?» ; Claudy Siar : «Je pourrais être présent à la Gay Pride. Concernant les Egom, des mesures restent attendues, les experts peuvent servir.» ; Christine Houblon : «Sur la solidarité entre ultramarins : exemple des ultramarins incarcérés, isolés, loin de leur familles et demande de prise en compte de leur culture en détention à l’instar de ce qui se fait pour les personnes détenues d’origine juive ou arabe (exemple de l’alimentation qu’ils pourraient cantiner comme la morue, les ignames, les haricots rouges etc. Comme cela se fait pour la viande halal ou casher) ; Sur la mémoire : présence des préfets et maires à la commémoration du 10 mai au même titre que les autre scommémorations pour une meilleure reconnaissance et demande que le 10 mai soit férié dans l’Hexagone pour une prise de conscience de l’ensemble des citoyens, intégrer cette histoire dans les manuels scolaires ; Sur le tour de France pour l’égalité des Français d’outre-mer : initiative appréciée et proposition de la Fau (Fédération des associations ultramarines de Midi-Pyrénées) d’accompagner et de recevoir le délégué au sein des associations de la région Midi-Pyrénées.» ; Claudy Siar : «Le 23 avril 1993, j’ai réalisé la première marche en mémoire de l’esclavage, en pleine commémoration des cinq cents ans de la soit-disant découverte de l’Amérique.» ; Daniel Dalin : «Je suis syndicaliste, nous n’accepterons pas n’importe quoi sur les congés bonifiés. Sur le tour de France, va-t-on refaire les Etats généraux, parler encore et encore et encore ? Assez de paroles, des actes.» ; Anretar : «Ressources ?» ; Siar : «Je suis revenu du concept de diversité. La diversité a vécu, elle est morte. Ca ne veut rien dire d’avoir des présentateurs noirs. Il faut des personnes dans les instances dirigeantes.» ; Ambassadeur Césaire : «Et l’international ?» ; Une dame : «Et le créole dans les lycées ? Grâce à Karam on a maintenant 600 ou 1.000 inscrits en terminale en créole antillais, martiniquais, guadeloupéen, guyanais mais pas réunionnais.» ; Siar : «La polémique sur le Jardin d’acclimatation était scandaleuse, comme les attaques sur Internet contre Marie-Luce Penchard, pour une fois qu’on a une compatriote à ce ministère ! Les lieux changent, jusqu’en 1959 ce ministère était celui des colonies !» ; Une dame : «Attention aux élèves ultramarins nombreux devant les conseils de discipline, problème de parentalité !» ; III. ÉCHANGES INFORMELS (plusieurs événements à venir, ci-après indiqués).  - DAC

[4F] Vendredi 27 mai à 19h00 : «La France doit-elle avoir peur de sa diversité ?», par la Faac, avec Claudy Siar, Maison des associations de Neuilly-s/-Seine.
http://www.lafaac.com/2011-05-27/rencontre-d%C3%A9bat

[4E] Samedi 28 mai à 17h00 : Événement contre la drépanocytose devant l’hôtel de ville de Paris, avec Jenny Hippocrate-Fixy.
http://www.facebook.com/event.php?eid=207161085981469

[4D] Samedi 28 mai à 18h00 : Choukaj à partir de la place de la République à la place de la Nation à Paris, par le boulevard Voltaire.
http://choukaj.com/

[4C] Samedi 4 juin à 14h00 : FFE (Forum Futurs étudiants), ministère de l’outre-mer, salle Félix-Éboué.
http://www.facebook.com/pages/Ffe-Antilles-Guyane/165610383453380

[4B] Dimanche 12 juin de 17h00 à 23h00 : Drépaction 2011 au Zénith de Paris.
http://www.drepaction.org/drepaction-2011.html

[4A] Samedi 25 et dimanche 26 juin de 9h00 à 22h00 : «Grand week-end culturel et sportif» au stade des Poissonniers, 2, rue Jean-Cocteau, Paris XVIIIème, entrée 3 euros (gratuit pour les enfants de moins de douze ans).
http://www.lafaac.com/2011-06-25/grand-week-end-culturel-et-sportif

[3] 26 mai 2011 - Photographie de Samuel Féréol et David Auerbach Chiffrin lors de la prise de fonction de Claudy Siar comme délégué interministériel pour l’égalité des chances des Français/es d’outre-mer, par Gaby Malahel
http://www.tjenbered.fr/2011/20110526-99.jpg

[2B] 26 mai 2011 - ??? (Lettre recommandée avec avis de réception, par le Cégom, Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone ; le Collectifdom, Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais & Mahorais ; Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération, Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes ; et la Fau, Fédération des associations ultramarines de Midi-Pyrénées)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110526-79.pdf

[2A] 26 mai 2011 - Le Cégom interroge Claudy Siar sur la reprise du suivi des États généraux de l’outre-mer - Communiqué de presse n°TRF2011-22F
http://www.tjenbered.fr/2011/20110526-00.pdf [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr]

[1] 23 mai 2011 - Invitation à la réunion de présentation des objectifs de la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français/es d’outre-mer organisée le 26 mai par Claudy Siar, nouveau titulaire de cette charge
http://www.tjenbered.fr/2011/20110526-99.pdf


[TRF75] Jeudi 26 mai - Suivi de la dernière réunion du bureau exécutif du Cégom

16h45-18h00 - Finalisation et envoi de la lettre à France Télévisions sur le devenir de France Ô. - DAC

[1] 10/26 mai 2011 - Demande de rendez-vous à Monsieur Rémy Pflimlin, président-directeur général de France Télévisions, sur les perspectives préoccupantes voire insultantes de la nouvelle direction de France Ô (Lettre recommandée avec avis de réception, par le Cégom, Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone ; le Collectifdom, Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais & Mahorais ; Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération, Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes ; et la Fau, Fédération des associations ultramarines de Midi-Pyrénées)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110526-89.pdf

[2] 8 juin 2011 - Eddy Murté et le nonce apostolique : 300ème ou dernière pour Ô Rendez-Vous ? (FXG, agence de presse GHM)
http://www.fxgpariscaraibe.com/article-eddy-murte-et-le-nonce-apostolique-76098875.html
http://www.tjenbered.fr/2011/20110608-89.jpg

[3] 25 juin 2011 - Craintes syndicales à France Ô, «chaîne généraliste» (FXG, agence de presse GHM)
http://www.fxgpariscaraibe.com/article-france-o-chaine-generaliste-77676956.html
http://www.tjenbered.fr/2011/20110625-89.pdf


[TRP75] Jeudi 26 mai - Préparation de l’assemblée générale nationale ordinaire annuelle de Tjenbé Rèd Prévention

10h00 - Comptabilité, appels à Couleurs gaies, SLD et ALU.

[TRP75] Mercredi 25 mai - Préparation de l’assemblée générale nationale ordinaire annuelle de Tjenbé Rèd Prévention

16h30-24h00 -

[TRF75] Mercredi 25 mai - Préparation de la prochaine assemblée générale du Cégom à Paris

16h00 - Appel à François Durpaire : peu disponible, étudiera l’opportunité d’une candidature au bureau du conseil culturel et scientifique. - 16h10 - Appel à Jean-Claude Judith de Salins : messages téléphoniques circonstanciés. - 16h13 - Appel à Bernard Solitude : message téléphonique circonstancié. - 16h15 - Appel à Christine Houblon. - DAC

[TRF75] Mercredi 25 mai - Réflexion au sujet du devenir de France Ô

10h00-16h00 -

[1] 18 mai 2011 - Prise de notes confidentielle lors d’un entretien au sujet du devenir de France Ô (par David Auerbach Chiffrin)
Document confidentiel, réf. 110518-99.txt [X]

[2] 6 février 2011 - Document de travail en perspective du comité d’entreprise du 7 février de France Ô et Outre-Mer Première (par Claude Esclatine)
Document confidentiel, réf. 110206-69.doc [X]

[3] 21 mai 2011 - France Ô et l’outre-mer (par FXG, agence de presse GHM)
http://www.fxgpariscaraibe.com/article-claude-esclatine-et-les-outre-mer-1ere-74252434.html
http://www.tjenbered.fr/2011/20110521-99.pdf

[4] 23/25 juin 2009 - Décret n°2009-796 du 23 juin 2009 fixant le cahier des charges de la société nationale de programme France Télévisions
http://www.csa.fr/upload/dossier/cahier%20des%20charges.pdf
http://www.tjenbered.fr/2009/20090623-49.pdf


[TRF75] Mardi 24 mai - Préparation de la prochaine assemblée générale du Cégom à Paris

10h45 - Appel téléphonique à la Délégation interminstérielle pour l’égalité des chances des Français/es d’outre-mer : l’ensemble des 39 rapporteur/e/s des Egom dans l’Hexagone a-t-il été invité à la réunion de présentation des objectifs de la Délégation interminstérielle pour l’égalité des chances des Français/es d’outre-mer organisée le 26 mai par le nouveau titulaire de cette charge, Claudy Siar ? - Réponse : seul/e/s les président/e/s d’association ont été invité/e/s. - Appel des rapporteur/e/s des Etats généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone en vue de la préparation des élections internes du 6 juin : 11h00 - Robby Judes : nouvel entretien téléphonique circonstancié ; 11h12 - Christiane Nollet : nouveau message téléphonique et courriel circonstanciés puis entretien téléphonique circonstancié, ne voit pas l’intérêt des Egom ni de leur suivi, réfléchira à une éventuelle candidature ; 11h18 - Yann Genies : nouveau message téléphonique circonstancié ; 11h22 - Greg Germain : nouveau message téléphonique circonstancié ; 11h24 - René Silo : entretien téléphonique circonstancié, accepte d’être candidat s’il y a un travail réel ; 11h27 - Patrick Arnolin : indisponible, me rappelle ; 11h29 - Jean-Jacob Bicep : nouveau message téléphonique circonstancié ; 11h30 - Jules Capro-Placide : entretien téléphonique circonstancié, en Martinique jusqu’au 16 juin, a pris de la distance avec le suivi des Egom, ne sera pas candidat ; 11h38 - Freddy Loyson : nouveau message téléphonique circonstancié ; 11h41 - Richard Mélis : nouveau message téléphonique circonstancié ; 11h42 - Guy Numa : nouveau message téléphonique circonstancié ; 11h43 - Gilbert Paris : nouveau message téléphonique circonstancié ; 11h44 - Jean-Jacques Seymour : indisponible, souhaite que je le rappelle ; 11h45 - Patrick Théophile : entretien téléphonique circonstancié, estime qu’il n’y a pas de suivi des Egom, réserve sa réponse sur une candidature au bureau du conseil culturel et scientifique ; 11h48 - André-Max Boulanger : indisponible puis me rappelle, réfléchira sur une candidature d’ici jeudi 26 mai ; 11h50 - Daniel Dalin : message téléphonique circonstancié ; 11h52 - Nathalie Fanfant : indisponible, me rappelle, le suivi s’est arrêté lors de la dernière réunion, on ne voit plus rien, n’a pas le temps d’être candidate à une instance dirigeante, pourrait adhérer simplement, suggère de faire un recensement des réalisations puis d’écrire aux rapporteur/e/s généraux, à la ministre de l’outre-mer et à son administration ; 11h53 - Patrick Jeannette (Marseille & Provence-Alpes-Côte-d’Azur) : messages téléphoniques circonstanciés ; 11h58 - Raymond Kromwell (Nantes & Pays-de-la-Loire) : message téléphonique circonstancié, en Martinique ; 12h06 - Christian de Lauzainghein : message téléphonique circonstancié. - 12h20 - Envoi à Christine Houblon des coordonnées de François Durpaire ; Rose-Hélène Fontaine (Lyon & Rhône-Alpes) ; Johan Giraud-Girard (Bordeaux & Aquitaine) ; Pascal Rigaud (Rouen & Normandie) ; Jean-Claude Judith de Salins ; Claudy Siar ; Bernard Solitude. 14h00 - Emission du communiqué de presse relatif à l’annonce des statuts du Cégom et de l’assemblée générale du 6 juin. 15h58 - Jean-Jacques Seymour : l’État ne fait pas son boulot, c’est évident, les gens qui ont travaillé là-dessus ne sont pas tenu/e/s au courant, peut-être candidat au bureau exécutif. 17h21 - Patrick Jeannette : en Martinique actuellement, probablement candidat. - DAC

[3] 24 mai 2011 - Suivi des États généraux de l’outre-mer : Le Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone vote ses statuts et désigne un bureau - Communiqué de presse n°TRF2011-22E
http://www.tjenbered.fr/2011/20110524-00.pdf [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr]

[2] 18 mai 2011 - Modèle de profession de foi pour les personnes candidates au bureau exécutif ou au bureau du conseil culturel & scientifique du Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110530-99.doc

[1] 30 avril / 2 mai 2011 - Procès-verbal de la quatorzième réunion du Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone du samedi 30 avril 2011 annexé à la convocation à la quinzième réunion du lundi 6 juin 2011 (par David Auerbach Chiffrin & Pierre Pastel, porte-parole du Cégom)
Document confidentiel, réf. 110430-99.pdf [X


[TRF75] Lundi 23 mai - Suivi de la dernière réunion du bureau exécutif par intérim du Cégom à Paris

19h00 - Appel des 39 rapporteur/e/s des Etats généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone en vue de la préparation des élections internes du 6 juin : 19h52 - Yann Genies : message téléphonique circonstancié ; 19h56 - Greg Germain : message téléphonique circonstancié ; 19h59 - Memona Hintermann : entretien téléphonique circonstancié, heureuse de voir des personnes motivées mais peu disponible ; 20h05 - Sophie Jacquest : entretien téléphonique circonstancié, n’est plus membre du conseil régional d’Île-de-France, peu disponible car en réflexion sur sa carrière professionnelle ; 20h13 - Robby Judes : entretien téléphonique circonstancié, fait partie d’une nouvelle mission, a donc décidé d’exercer un devoir de réserve, pour l’instant ce devoir de réserve n’est pas compatible avec une candidature aux instances du Cégom, en revanche l’évaluation semble plus simple et non partisane (c’est fait ou ce n’est pas fait) ; 20h29 - Thierry Le Lay : entretien téléphonique circonstancié, disponible pour être candidat au bureau exécutif ; 20h58 - Pascal Perri : indisponible, me rappelle ; 21h00 - Pierre Pluton : indisponible, me rappelle ; 21h02 - René Silo : message téléphonique circonstancié ; 21h05 - Patrick Arnolin : message téléphonique circonstancié ; 21h05 - Jean-Jacob Bicep : message téléphonique circonstancié ; 21h12 - Jules Capro-Placide : message téléphonique circonstancié ; 21h14 - Lydie Condapanaïken-Duriez : entretien téléphonique circonstancié, les suites des Egom sont décevantes, toujours intéressée par une participation active au suivi des Egom, réfléchira sur une candidature aux instances du Cégom ; 21h23 - Gérard Ginac : message téléphonique circonstancié puis entretien téléphonique circonstancié, peu de temps, peut-être candidat pour le bureau du conseil culturel & scientifique, a le sentiment que les Egom sont retombés, partis dans les oubliettes ; 21h26 - Daniel Illemay : indisponible, me rappelle ; 21h29 - Freddy Loyson : message téléphonique circonstancié ; 21h34 - Richard Mélis : message téléphonique circonstancié ; 21h36 - Guy Numa : message téléphonique circonstancié ; 21h39 - Gilbert Paris : messages téléphoniques circonstanciés ; 21h41 - Jean-Jacques Seymour : message téléphonique circonstancié ; 21h46 - Patrick Théophile : message téléphonique circonstancié. 21h50-23h04 - Appel à Christine Houblon chargée d’appeler André-Max Boulanger (non) ; Daniel Dalin (non) ; François Durpaire (non, pas les coordonnées) ; David Fimiez (Toulouse & Midi-Pyrénées, pas intéressé) ; Nathalie Fanfant (non) ; Rose-Hélène Fontaine (Lyon & Rhône-Alpes, non, pas les coordonnées) ; Johan Giraud-Girard (Bordeaux & Aquitaine, non, pas les coordonnées) ; Patrick Jeannette (Marseille & Provence-Alpes-Côte-d’Azur, message électronique) ; Raymond Kromwell (Nantes & Pays-de-la-Loire, doit le rappeler) ; Christian de Lauzainghein (non, préfère que David appelle) ; Pascal Rigaud (Rouen & Normandie, non, pas les coordonnées) ; Christiane Nollet (non, pas les coordonnées) ; Jean-Claude Judith de Salins (non, pas les coordonnées) ; Claudy Siar (non, pas les coordonnées) ; Bernard Solitude (non, pas les coordonnées). - Question : l’ensemble des 39 rapporteur/e/s des Egom dans l’Hexagone a-t-il été invité à la réunion de présentation des objectifs de la Délégation interministérielle pour l’égalité des chances des Français/es d’outre-mer organisée le 26 mai par le nouveau titulaire de cette charge, Claudy Siar ? À vérifier. DAC

[2] 18 mai 2011 - Modèle de profession de foi pour les personnes candidates au bureau exécutif ou au bureau du conseil culturel & scientifique du Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110530-99.doc

[1] 30 avril / 2 mai 2011 - Procès-verbal de la quatorzième réunion du Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone du samedi 30 avril 2011 annexé à la convocation à la quinzième réunion du lundi 6 juin 2011 (par David Auerbach Chiffrin & Pierre Pastel, porte-parole du Cégom)
Document confidentiel, réf. 110430-99.pdf [X


[TRP75] Dimanche 22 mai - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

[TRP75] Dimanche 22 mai - Accompagnement d’une victime d’agression en Île-de-France par Tjenbé Rèd Prévention (programme Bangas)

07h00-12h00, Paris, hôpital Bichat (administrateurs : Fabrice et David ; victime : B.) - Le lendemain lundi 23 mai : 13h00-17h00, Gennevilliers, commissariat de police (administrateur : David ; victime : B.)

22/23 mai 2011 - Notes d’accompagnement d’une victime d’agression à Asnières (par Tjenbé Rèd Prévention)
Document confidentiel, réf. 110522-99.doc [X


[TRP75] Samedi 21 mai - Participation de Tjenbé Rèd Prévention Paris Île-de-France au comité de rédaction de Gingembre et au comité de pilotage du Raac-sida

I. 10h00-13h00 - COMITÉ DE RÉDACTION DE GINGEMBRE - ORDRE DU JOUR - I.A. Gingembre : choix de l’édito et le scribe - I.B. Dossier central du journal sur le colloque - I.C. Dossier sur le droit à la santé - I.D. Chemin de fer pour le prochain numéro - COMPTE RENDU - I.A. Gingembre : choix de l’édito et le scribe - I.B. Dossier central du journal sur le colloque - I.C. Dossier sur le droit à la santé - I.D. Chemin de fer pour le prochain numéro | Insérer des brèves relatives à la participation des associations membres du Raac aux Gay Pride ? OK. Dates des Gay Pride en France : Nantes et Tours, samedi 21 mai ; Lille, Montpellier et Nancy, samedi 4 juin ; Bordeaux, Rennes, Rouen et Strasbourg, samedi 11 juin ; Angers, Biarritz, Caen, Lyon et Toulouse, samedi 18 juin ; Paris, samedi 25 juin ; Marseille, samedi 2 juillet ; Le Mans, samedi 9 juillet (cf. http://gaypride.fr/spip.php?rubrique75) - Organiser des tables rondes autour de Gingembre avec notre public ? autour de la qualité de vie ? (Cf. brève de bas de page IX dans le Gingembre n°9.)

II. 14h00-16h30 - COMITÉ DE PILOTAGE DU RAAC-SIDA - ORDRE DU JOUR - II.A. Coordination : bilan du colloque - II.B. Calendrier du second semestre - II.C. Thème, sujets et lieu pour le prochain séminaire - II.D. Partenariat blacks européens - II.E. Financement et Stratégies face aux ARS et DGS - II.F. Projet Sidaction sur les gays afro-caribéens - II.G. Divers - COMPTE RENDU - Aides : Accord de principe de l’Inpès pour le financement du Raac sur les trois années à venir. Bilan du colloque ? Objectif ? Montrer que l’on pouvait aborder le sujet de l’accès aux soins et au séjour et aborder ce qu’était l’épidémie aujourd’hui. - TRP : Objectif atteint et donc réussite, cependant regret en termes de mobilisation des HSH. Besoin de conseil ou de soutien du Raac. Importance de la notion de HSH : il ne s’agit pas seulement d’hommes homosexuels ou bisexuels assumés, ni même seulement d’hommes homosexuels ou bisexuels discrets, il s’agit aussi de parler d’orientations sexuelles à des HSH, hommes hétérosexuels, souvent pères de famille : il ne faut pas leur en parler directement puisque c’est impossible mais il faut en parler en leur présence c’est-à-dire en parler en permanence, ne serait-ce qu’un peu, de montrer que le sujet est pris à bras-le-corps, et c’est le point difficile (exemple du calendrier contesté d’Afrique Avenir ou de l’absence récurrente des associations du Raac aux Gay Pride malgré quatre années d’invitations). - Afrique Avenir : Photographies de couples homosexuels pour les bannières Afrique Avenir : TRP n’a pas fourni. Acceptabilité et élaboration par le public ciblé (charte d’Ottawa). Engagement d’association au calendrier 2012. - Réunions HSH par Sidaction... Cf. Afrique Avenir. IMA ? Cf. Michel de Toulouse.

[2] 21 novembre 1986 - Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé (établie à l’issue de la première Conférence internationale sur la promotion de la santé à Ottawa, Canada, du 17 au 21 novembre 1986)
http://www.phac-aspc.gc.ca/ph-sp/docs/charter-chartre/index-fra.php
http://www.tjenbered.fr/1986/19861121-99.pdf

[1B] 29 avril / 21 mai 2011 - Projet de lettre à Monsieur Pierre Bergé, président de Sidaction
http://www.tjenbered.fr/2011/20110429-99.pdf

[1A] 29 avril / 4 mai 2011 - Lettre à Monsieur Marc Dixneuf, directeur des programmes associatifs en France de Sidaction
http://www.tjenbered.fr/2011/20110429-98.pdf


[TRF75] Vendredi 20 mai - Représentation de Total Respect au conseil d’administration du Ravad

18h45-21h00, mairie du Xème arrondissement de Paris -

I. ORDRE DU JOUR - 1°) État des agressions, discriminations ou textes homophobes signalés ; 2°) Communication d’Anne-Gaëlle Duvochel au sujet du documentaire de Serge Moati «Mes questions sur les trans» diffusé le mardi 17 mai à 20h30 sur France 5 ; 3°) Présentation des nouvelles associations adhérentes : L’Égide, Acceptess-T, Groupe d’étude sur la transidentité (Gest), J’en suis, j’y reste (Centre LGBT de Lille) ; 4°) Compte rendu de la participation de Jean-Bernard Geoffroy à la conférence finale du projet Equal Jus qui s’est tenue à Florence les 12 et 13 mai et s’adressait aux professionnels du droit, chercheurs et associatifs. Me Geoffroy est intervenu sur le thème : «La circonstance aggravante de la commission d’un crime ou d’un delit à raison de l’orientation sexuelle de la victime» ; 5°) Compte rendu par Adhéos de la formation décentralisée organisée suite à celle de Florence d’octobre 2010 et destinée aux avocats et perspective de nouvelles formations dans d’autres régions ; 6°) Recrutement d’un CDD en vue de la mise en ligne de la doctrine de la jurisprudence... en matière des droits des personnes LGBT et de lutte contre l’homophobie ; 7°) Perspective et méthode de travail du réseau des avocats du Ravad ; 8°) Trésorerie : nécessité au regard du développement de nos actions, de rechercher de nouvelles sources de financement ; état actuel des subventions ; 9°) Réflexion sur le contenu de la formation annuelle 2011 ou janvier 2012 du Ravad (thème des ateliers, date et lieu) ; 10°) Date de la prochaine assemblée générale fixée le vendredi 2 septembre 2011 du fait de la difficulté d’arrêter une date en juin, les vacances nous permettrrons de mettre à profit une réflexion sur les moyens organisationnels et statutaires ; 11°) Questions diverses.

II. COMPTE RENDU - En matière de formation, prévoir des jeux de rôle ! Embauche de Stéphane Corbin du 1er au 31 juillet en CDD ou prestataire de services pour scanner la jurisprudence. Candidature de Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération (en lieu et place de Tjenbé Rèd devenue Tjenbé Rèd Prévention depuis son assemblée générale extraordinaire du 20 décembre 2010, centrée sur ses activités de prévention sur le terrain, ayant délégué l’essentiel de ses relations interassociatives à Total Respect). Acceptée. Retrait de Tjenbé Rèd Prévention.

[TRF75] Vendredi 20 mai - Préparation du conseil fédéral ordinaire annuel de Total Respect

10h00-22h00 -

[TRP75] Jeudi 19 mai - Préparation de l’assemblée générale nationale ordinaire annuelle de Tjenbé Rèd Prévention

10h00-22h00 -

[TRF75] Mercredi 18 mai - Réunion du bureau exécutif par intérim du Cégom à Paris (Huitième réunion de suivi - Soixante-neuvième réunion dédiée aux États généraux de l’outre-mer)

19h00-22h00, Paris, Maison des associations du XIème arrondissement, 8, rue du Général-Renault - Ordre du jour : I. RFO, France Ô et Luc Laventure, réunion de la FAU avec Luc Laventure ; II. Conférence de presse de Victorin Lurel du 17 mai sur le suivi des Égom ; III. Retour sur le procès-verbal du 30 avril ; IV. Préparation des élections du 6 juin, documents techniques, procédure ; V. Présidence par intérim du bureau exécutif. - Personnes présentes : David Auerbach Chiffrin, Christine Houblon, Pierre Pastel.

18 mai 2011 - Compte rendu de la réunion de bureau du Cégom du 18 mai 2011
Document confidentiel, réf. 110518-89.pdf [X


[TRF75] Mercredi 18 mai - Entretien au sujet du devenir de France Ô

16h30-19h00 -

[1] 18 mai 2011 - Prise de notes confidentielle lors d’un entretien au sujet du devenir de France Ô (par David Auerbach Chiffrin)
Document confidentiel, réf. 110518-99.txt [X]

[2] 6 février 2011 - Document de travail en perspective du comité d’entreprise du 7 février de France Ô et Outre-Mer Première (par Claude Esclatine)
Document confidentiel, réf. 110206-69.doc [X


[TRF75] Mercredi 18 mai - Préparation du conseil fédéral ordinaire annuel de Total Respect

10h00-22h00 -

      tjenbered
           
[TRF75] Mardi 17 mai - Émission «Droits des homosexuels en Afrique : où en est-on ?» sur RFI, antenne Afrique

19h10-19h30 - Par Jean-François Cadet avec Charles Gueboguo, sociologue, spécialiste de la question de l’homosexualité en Afrique, auteur de «La question homosexuelle en Afrique : le cas du Cameroun» (éditions L’Harmattan) ; Me Alice Nkom, avocate camerounaise et fondatrice de l’Adéfho (Association de défense des homosexuels) ; Jann Halexander, jeune réalisateur et chanteur franco-gabonais, membre de la commission culturelle de l’association Tjenbé Rèd, association de soutien aux personnes noires et métisses LGBT (lesbiennes, gaies, bi & trans).

22 août 2011 - L’homophobie n’est pas une valeur africaine (Transcription annotée d’un débat tenu le 17 mai 2011 sur RFI au sujet des droits des homosexuel/le/s en Afrique entre Charles Gueboguo, sociologue camerounais, Jann Halexander, réalisateur et chanteur franco-gabonais, président de la commission culturelle de Tjenbé Rèd Prévention, et Alice Nkom, avocate camerounaise, fondatrice de l’Adéfho) - Communication n°TRF2011-31B
http://www.tjenbered.fr/2011/20110517-78.pdf [fr]
http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/l-homophobie-n-est-pas-une-valeur-99365 [fr]
http://makoume.yagg.com/2011/08/22/afrique/ [fr]
http://blogs.tetu.com/outre_mers_et_pairs/2011/08/22/afrique/ [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr] 


[TRF75] Mardi 17 mai - Conférence de presse de Victorin Lurel, président du conseil régional et député de Guadeloupe, à l’Assemblée nationale, sur son rapport introductif au débat parlementaire sur la mise en œuvre des décisions du Conseil interministériel de l’outre-mer (Septième réunion de suivi - Soixante-huitième réunion dédiée aux États généraux de l’outre-mer)

10h00-12h00, Assemblée nationale, Paris - David Auerbach Chiffrin, invité à prendre la parole au nom du Collectifdom, regrette que les experts de la société civile soient exclus du suivi des décisions du Conseil interministériel de l’outre-mer. - Victorin Lurel et Patrick Lebreton présentaient ce matin à la presse, à l’Assemblée nationale, son rapport introductif au débat parlementaire sur la mise en œuvre des décisions du Ciom (Conseil interministériel de l’outre-mer) du 6 novembre 2009. Le député et président du conseil régional de Guadeloupe et le député de la Réunion ont estimé que ces décisions, dans l’ensemble, n’avaient pas été appliquées. Ils avaient invité Daniel Dalin et David Auerbach Chiffrin à s’exprimer. Le président et le secrétaire général adjoint du Collectifdom (Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais & Mahorais) ont salué la mise en œuvre progressive d’un projet consécutif au Ciom : les Etats généraux des PVVIH (personnes vivant avec le VIH) parmi les populations ultramarines en France. Ils ont cependant regretté que les personnalités qualifiées issues des populations ultramarines dans l’Hexagone ne soient pas associées au suivi des décisions du Ciom, contrairement aux engagements pris par l’Etat.

[1] 17/18 mai 2011 - Rapport introductif au débat parlementaire sur la mise en œuvre des décisions du Conseil interministériel de l’outre-mer (par Victorin Lurel, Chantal Berthelot, Jean-Claude Fruteau, Annick Girardin, Eric Jalton, Patrick Lebreton, Serge Letchimy, Albert Likuvalu, Louis-Joseph Manscour, Jeanny Marc, Christiane Taubira et les membres du groupe socialiste, radical & citoyen à l’Assemblée nationale française, XIIIème législature de la Vème République)
http://deputes.lessocialistes.fr/
http://www.tjenbered.fr/2011/20110517-97.pdf [rapport avec page de garde et mesures du Ciom]
http://www.tjenbered.fr/2011/20110517-98.doc [texte du rapport sans les mesures du Ciom]
http://www.tjenbered.fr/2011/20110517-99.doc [page de garde du rapport]

[2] 19 mai 2011 - Ciom, débat à l’Assemblée nationale, entretien avec Marie-Luce Penchard : «Il faut être ensemble pour réussir le développement endogène» (FXG/GHM)
http://www.fxgpariscaraibe.com/article-ciom-debat-a-l-assemblee-nationale-itw-ml-penchard-74141517.html
http://www.tjenbered.fr/2011/20110519-99.pdf


[TRP75] Lundi 16 mai - Préparation de la Gay Pride de Paris

19h00-22h00, Paris, Maison des associations du XIème arrondissement, 8, rue du Général-Renault - Définir un référent et une équipe pour la sécurité ; Personnes disponibles ; Définir une équipe pour les sandwiches ; Définir une équipe de tractage ; Définir la maquette du flyer ; Revue des pancartes des années précédentes. Carnaval : dimanche 3 juillet ?

[TRP75] Dimanche 15 mai - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

[TRP75] Dimanche 15 mai - Préparation de l’assemblée générale nationale ordinaire annuelle de Tjenbé Rèd Prévention

10h00-22h00 -

[TRF75] Samedi 14 mai - Préparation du conseil fédéral ordinaire annuel de Total Respect

10h00-22h00 -

[TRP75] Vendredi 13 mai - Anniversaire d’un administrateur au Bears’Den

21h00-22h00 -

[TRP75] Vendredi 13 mai - Préparation de l’assemblée générale nationale ordinaire annuelle de Tjenbé Rèd Prévention

10h00-22h00 -

      villette
           
[TRF75] Jeudi 12 mai - Crise des outre-mer : deux ans après ? (XLIème rencontre AMPS - Alter mardis : parlons solutions)

19h00-21h00 -

I. PRÉSENTATION - Janvier 2009 : la crise antillaise éclate. Une longue grève générale à l’appel du LKP (Comité contre l’exploitation outrancière) bloque la Martinique et la Guadeloupe. La métropole découvre, stupéfaite, l’immense difficulté économique et sociale des départements d’outre-mer. Février, le président de la République convoque les Etats généraux de l’Outre-Mer dont l’ambitieux rapport préconisera une série de mesures... très peu appliquées. Dans la foulée, l’Elysée décrète 2011, année de l’Outre-Mer. Tout ça pour quoi ? Deux ans plus tard, alors que l’attention de la métropole s’est assoupie, retour sur cette colère sociale et ses conséquences concrètes en présence de Françoise Vergès, politologue et présidente du Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage, Carpanin Marimoutou, auteur et professeur à l’Université de la Réunion, Georges-Pau Langevin, députée du XXème arrondissement de Paris et de Serge Romana, généticien et président du Comité Marche du 23 mai 1998.../ Jeudi 12 mai/ de 19h00 à 20h30/ à la Grande Halle de la Villette/ Auditorium Boris-Vian/ 75019 Paris/ M° Porte de Pantin/ En janvier dernier, les vœux à l’Outre-Mer du président Sarkozy ont rappelé combien le malaise était toujours présent aux Antilles. Les avancées mineures sur les questions de pouvoir d’achat1 peinent toujours à masquer d’autres difficultés : chômage, formation, logement, transports, gestion de l’eau, soutien aux PME, exploitation touristique... De l’accord Bino 2, aux nombreux dispositifs prévus par les Etats généraux, aucune mesure n’a semble-t-il vu le jour. «Mais on ne peut pas faire de bilan, depuis neuf mois nous demandons en vain une réunion avec les présidents du Conseil général et du Conseil régional, et le préfet nous ignore», assure Elie Domota, porte-parole du LKP. Le dialogue est également particulièrement tendu avec les organisations patronales, qui accusent le LKP d’être responsable de la situation économique catastrophique de l’île. «Dix mille chômeurs en plus pointent aux guichets de Pôle Emploi», dénonce Willy Angel, président du Medef-Guadeloupe qui ajoute : «Fallait-il bloquer à ce point toute l’économie guadeloupéenne pour régler les problèmes ?» Aux difficultés d’instaurer un vrai dialogue social s’ajoutent des conflits identitaires : «À compétences égales, les postes à responsabilités ne vont pas en priorité aux ultramarins», souligne Patricia Blafran-Trobo, spécialiste des conflits sociaux aux Antilles. «1% de la population détient 50% des terres, ce sont des intérêts puissants qui sont en jeu et dont la remise en question reste difficile», rappelle l’historien François Durpaire./ En dépit de la mobilisation historique de 2009, la situation n’a aujourd’hui pas vraiment changée. Les promesses non tenues ont fini de semer la zizanie localement, si bien qu’aujourd’hui, le gouvernement ne sait plus par quel bout prendre la question ultramarine. Nos invités du soir ont quelques idées concrètes pour faire bouger les choses. Tous les quatre se mobilisent pour mettre un coup de projecteur sur la situation des Antilles, et rappeler que, deux ans après les événements, tout reste à faire./ 1. Les prix alimentaires pratiqués dans la grande distribution restent 84% plus élevés en Martinique qu’en métropole selon une enquête du magazine Linéaires de janvier 2011./ 2. Accord salarial interprofessionnel sur l’augmentation des plus bas salaires de l’ordre de 200€/ En présence de :/ Georges-Pau Langevin, députée du XXème arrondissement de Paris/ Carpanin Marimoutou,auteur et professeur à l’Université de La Réunion/ Serge Romana, généticien, président du Comité marche du 23 mai 1998/ Françoise Vergès, politologue, Présidente du Comité pour la mémoire de l’esclavage/ La rencontre sera animée par Ousmane Ndiaye, journaliste à Respect Mag.

II. DÉBAT -

Respect Magazine - Y’a-t-il un ou plusieurs outre-mers ?

Françoise Vergès - Il y a deux jours, il y a eu une cérémonie nationale avec plusieurs de centaines de personnes présentes, pas un média national n’en a parlé.

Jacky Dahomey - Tous ces territoires ont connu la colonisation et l’esclavage. C’est le point commun. Après, nombreuses sont les différences. Ainsi, la Guadeloupe a connu la première abolition de l’esclavage, pas la Martinique. L’outre-mer n’est pas très connu de l’Hexagone. Les événements de 2009 lui ont montré leur existence, de façon tumultueuse.

Serge Romana - Lors du cyclone Hugo ou pour aller en vacances, on connaît l’outre-mer.

JD - C’est une méconnaissance.

SR - Si on prend le monde ultramarin de l’Hexagone, les Antillais vont être englobés dans les Noirs de France. Est-ce une réalité ou un cliché ?

RM - Certains Antillais sont noirs.

SR - C’est un vrai problème, comment se définir ?

RM - Les identités sont plurielles.

Carpanin Marimoutou - Il n’y a une visibilité que lorsque les Antilles se révoltent. L’esclave n’était visible qu’en confrontation. Les Réunionnais ont un problème de situation dans leur propre espace : ils sont incapables de se situer par rapport à leur espace régional et par rapport à l’espace français.

George-Pau Langevin - Il y a une grande différence entre les îles, entre les départements et les territoires, en même temps lorsque j’étais responsable de l’ANT j’étais frappée par les convergences. Les Antillais ont une convergence avec les Noirs de France, il y a cette apparence commune, en même temps il y a cette affinité avec les gens de la Réunion ou d’ailleurs qui ne sont pas noirs. On a à la fois la chance ou la difficulté de... Le modèle français d’intégration, c’est les Français de France, les gens qui viennent de l’étranger et vont se fondre dans le moule, et les gens de l’outre-mer dérangent car ils ne rentrent pas dans se moule puisque leur différence reste visible depuis trois siècles. On est à la fois dans la famille et dans la marge de la famille. C’est dérangeant.

FV - Chaque territoire d’outre-mer lui-même n’est pas uniforme : riches, pauvres, campagnes et villes, chômage, illettrés... De qui parle-t-on et au nom de quoi parle-t-on ?

RM - La crise éclate sur des revendications économiques alors qu’on a beaucoup parlé de mémoire et d’identité.

JD - Il y a eu convergence... J’ai eu une polémique avec le LKP après les avoir accompagnés. Il y a eu convergence entre les questions économiques et identitaires. Au niveau social, la pression social a poussé les syndicats à s’unir, c’est pour ça qu’il y a eu le LKP, en même temps il y a eu une question identitaire mal comprise par le LKP, ce n’était pas une question statutaire mais une demande de reconnaissance. Le succès du LKP n’a pas encore été bien analysé. Je lui ai attribué une dimension internationale, faisant suite à ce qui s’est passé en Grèce. Le mouvement LKP a été la première crise sociale forte après la crise économique de 2008. Il faudrait comparer avec ce qui vient de se passer en Tunisie. Le LKP a échoué car il n’a pas su résoudre la contradiction entre une question sociale et une question identitaire qui au fond visait l’intégration alors que les dirigeants du LKP était tous indépendantistes. Comment être guadeloupéen, fier de l’être et être français ? Les gens se disent d’abord guadeloupéens mais ils veulent aussi être français. La France se prend pour le pays des droits de l’homme mais la France a du mal avec la diversité.

FV - Les Réunionnais vont d’abord dire qu’ils sont français, avant d’être réunionnais. C’est difficile de dire qu’il y a une distance, culturelle, géographique, qu’il faut la penser, l’inscrire dans les statuts. C’est la différence avec la Martinique ou la Guadeloupe.

SR - La moitié des enfants sont élevés dans des familles monoparentales. La population guadeloupéenne se croit descendante de combattants, de nègres marrons, mais se positionne comme descendante d’esclaves quand elle est face à l’Etat. Il y a eu une demande identitaire mais pas une demande de rupture. Nous, en France métropolitaine, on a été obligés de régler ce problème car on vit ici, nos enfants naissent ici, ils sont Français mais ce sont des Français descendants d’esclaves, ils sont issus des populations urbaines de la canne à sucre. Le mouvement du 23 mai est un mouvement qui dit que nous honorons nos parents. Lors des manifestations dans l’Hexagone, j’ai été très frappé de voir des jeunes défiler en disant : Ce pays est à nous ! La stratégie de l’UGTG était de mener le mouvement jusqu’au bout.

RM - Pensez-vous que la question du séparatisme a été réglée par le référendum ?

CM - Que disent les Réunionnais quand ils disent qu’ils sont français ? Le discours scolaire, médiatique, les zoreilles (Français de l’Hexagone) leur imposent d’être Français comme on est Français en France hexagonale. Ce qui s’est passé en Guadeloupe a eu des échos, le Cospar s’est créé : le problème du Cospar est qu’il n’avait pas à sa tête des dirigeants indépendantistes. Cela pose des problèmes de représentation. Le Cospar ne portait que sur la vie chère. Lorsque les parlementaires réunionnais ont présenté la loi de départementalisation ont parlé d’égalité des droits et cela a été traduit par l’égalité des droits sociaux et c’est tout. Pas le droit d’être différent, de revendiquer son indépendance... Cette fermeture... avec une mainmise de la droite néocoloniale... Cela a donné l’assistanat. Sarkozy a lui-même dit le 10 mai que 1946 était une promesse non tenue ! Il faudrait définir les conditions du développement, de l’énergie, du codéveloppement avec la Chine, l’Inde etc. pour être responsable dans un dialogue d’égal à égal avec la France et les pays qui nous entourent et d’où nous venons.

GPL - La crise d’il y a deux ans n’a pas résolu grand chose car il y a eu un travail, d’ailleurs inabouti, sur les revendications sociales... mais en ce qui concerne la partie identitaire... les gens se sont défoulés... il y avait une sorte de bonheur des gens à dire ce qu’ils voulaient dire depuis longtemps... Lorsque j’entends depuis un an le président de la République faire la danse du scalp autour de Césaire... alors que sa majorité crache sur les binationaux, réclame que si l’on est français on n’ait pas d’autre appartenance culturelle, exonère totalement les dirigeants du football qui instaurent des quotas... alors que pour sa majorité, être Français c’est dire : Mes ancêtres les Gaulois et c’est tout. Pour eux, être Français, c’est être sommé de renoncer à ses autres identités.

FV - Ca veut dire quoi d’avoir tout ces territoires, de construire le lien... 1946 était une proposition... C’est comme si on ne trouvait pas la solution politique qui donnerait des solutions économiques et culturelles. On est constamment en train de penser que la France se fout de nous... Si on était plus visibles... quand bien même ! Ca veut dire quoi pour Mayotte ? Que vont-ils faire, quel va être le développement économique ? Que va faire la Martinique qui sera majoritairement composée de seniors dans une dizaine d’années ? La Guadeloupe, quelques années plus tard ? Ces populations se sentent françaises, c’est un fait, il faut partir de ce fait et inventer une solution nouvelle, il n’y a pas de modèle. On tourne tout le temps autour de la question statutaire comme une ritournelle mais on bute sur la question politique. Que veut dire... des territoires situés en Europe et ailleurs ? Quels sont les liens économiques, culturels, politiques ?

III. QUESTIONS DE LA SALLE -

Terrine (?) - Je suis originaire de Guadeloupe, ma mère y vit, j’y vais une fois par an, mais je suis en colère contre la Guadeloupe. On devrait envisager une continuité territoriale. J’ai eu à débattre avec ma mère de l’ouverture des boutiques en zone touristique. Les boutiques à Pointe-à-Pitre ferment à 14 heures le samedi et à 18 heures le soir. Je suis d’Issy-les-Moulineaux... Je vois ce que fait la communauté d’agglomération pour les jeunes, pourquoi ne pas faire pareil, pourquoi ne pas faire photocopie ?

Estelle Barhélemy - Association pour les jeunes diplômés. Crise des outre-mers il y a deux ans... Dans deux ans ?

Nabila de Martinique - On encense la culture pour mieux l’attaquer... Je trouve que c’est verrouillé par rapport au partage des terres, au contrôle des békés... Il y a une omerta.

David Auerbach Chiffrin, rapporteur des Etats généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone - Le premier problème que l’on rencontre outre-mer est celui des embouteillages, des transports en communs dont l’absence brime la jeunesse, la vie culturelle, la vie associative, la vie touristique, économique. Par exemple, je m’occupe d’une association de lutte contre les homophobies et le sida, si l’on veut faire une réunion le soir à Fort-de-France, c’est tout un problème parce que ceux qui habitent loin n’ont souvent pas de véhicule et qu’il faut organiser des covoiturages parfois impossibles entre le nord et le sud, ou des hébergements tout aussi délicats à Fort-de-France même.

GPL - Il y a une foule de petits problèmes à régler. On a à la fois les apparences et les travers de sociétés développées (bouchons, voitures) et des frustrations. En même temps, il me semble qu’ici on a mis un certain temps à lutter contre les travers du développement. Aujourd’hui encore quand je croise des gens dans le métro ils me regardent avec commisération. Mais ce n’est pas l’essentiel. Il faut sortir de vision d’illiens. Trop souvent on a l’impression de parler de soucis qui n’arrivent qu’à nous. Au contraire il me semble que les sociétés créoles affrontent des difficultés qui sont celles d’autres sociétés, dans les banlieues...

SR - Je ne suis pas d’accord car on a la moitié des gosses qui sont dans des familles monoparentales, on a 20 à 30% de chômeurs, ce n’est pas la France. Jusqu’en 1950, notre rôle était clair, il fallait faire de la canne à sucre. En 1950, le marché s’ouvre, le chômage de masse apparaît, la France se demande quoi faire avec ces territoires. On réfléchi depuis peu sur ces questions. Camille Verchel va se brûler devant la tombe de Guy Mérou... Les couveuses était bloqués sur le port en raison d’une grève...

RM - Des commissions sur les prix ont été prévues, elles n’ont pas eu lieu, l’Etat a failli à sa mission.

SR - Camille Verchel arrive en 1976 en pédiatrie en Guadeloupe et dit Un tel va mourir ce soir, un tel va mourir ce soir car il était sûr que les perfusions ne seraient pas vérifiées.

JD - Les questions posées par la salle me semblent en décalage avec mon expérience de Guadeloupéen. La situation est plus grave que celle des embouteillages. LKP est plus ou moins dissout, Domota va créer un parti révolutionnaire, nous vivons une angoisse politique très forte, il y a quelque chose de tragique en Guadeloupe.

CM - Un groupe, Les Réunionnais du Monde, affirme qu’ils sont les meilleurs du monde et affirme qu’ils ne reviendront jamais sauf pour les vacances. Aujourd’hui à la Réunion, plus personne ne possède d’usines, ce sont des multinationales ! Comment on lutte lorsque tous les plans ont été refusés par le patronat, par la droite locale, par l’Etat français qu’il soit de droite ou de gauche. Je reviens sur les embouteillages. L’ancienne majorité régionale avait prévu un développement énergétique propre avec le vent, la mer, le volcan... Il avait un projet de tram-train. Que fait la nouvelle majorité ? Elle met fin à ces projets, met en place un projet de continuité territoriale qui consiste à ce que la région prenne en charge ce qui relevait de l’Etat : les billets d’avion. Qui a intérêt à ce que les réunionnais restent dépendants ? C’est une question de rapport de force.

FV - Le nombre de suicides, d’alcooliques augmente à la Réunion. Il y a une autodestruction soft. Chaque fois qu’il y a eu espoir, ça a été étouffé, tapé sur la tête. Comme si le message était : Vous ne vous en sortirez pas, et en même temps on vous apporte tout, vous devriez nous embrasser les mains. La jalousie, l’envie, la méchanceté... C’est aussi des choses qui existent dans nos sociétés. On doit se connaître aussi, comment on fait ?

IV. QUESTIONS DE LA SALLE -

Dame - Ca me gonfle... Il y a des raccourcis. Sur la question de la méchanceté... Le travail de dislocation d’une société... On joue à diviser les gens. Il y a un moment formidable de rencontre entre les gens avec le LKP mais après on a perdu de vue cette chose.

Jeune femme - Je vais organiser un hommage à l’écrivain Joseph Zobel. Je voudrais être la voix d’Alfred Argange qui avait réfléchit sur la coopération dans les Caraïbes. J’ai deux CD, je prendrais les coordonnées des gens qui le veulent par courriel.

Autre dame - Comment les partis politiques se positionnent-ils ? J’ai été étonnée de leur absence durant les événements de 2009.

Marc Cheb Sun (RM) - Est-ce que vous avez le sentiment d’un minimum d’avancées sur la pensée, la réflexion, des actions d’envergure programmées ?

JD - Est-ce que ce qui manque à la France métropolitaine, ce n’est pas une forme de LKP. Qu’est-ce qui a été positif ? C’était une forme d’autonomisation de la société civile. La représentation politique n’a pas été à la hauteur, l’Etat a été déboussolé. Nous traversons une phase dans le monde où le politique est en crise, dans les DOM, en France. L’Hexagone gagnerait à créer une contestation. Le syndicalisme traditionnel en France métropolitaine s’essouffle. Il faut un renouvellement de la contestation. Seules les sociétés civiles peuvent renouveller la politique. Ce qui se passe en Tunisie, c’est un peu ça. Il me semble qu’une vraie mobilisation pourrait fédérer les mécontentements. Le temps du LKP était quelque chose qui contestait le mode d’existence auquel nous réduit le capitalisme traditionnel.

FV - À la Réunion, il n’y a pas eu du tout ce mouvement de contestation. L’effort qu’il y a à faire... C’est de s’émanciper de l’axe métropole - outre-mer, de se lier avec l’Afrique du Sud, l’Inde, le Mozambique. Quelles sont les solutions imaginées ? Axe mortifère où le monde n’existe plus, complètement fictif... Si vous êtes à la Réunion vous vivez sur cette île, pas dans un truc imaginaire qui s’appelle la métropole. Vous ne pouvez pas faire fi de ce que Madagascar ou Maurice sont en train de devenir. Le mouvement des années 60 et 70 s’est essouflé, il faut le reprendre.

GPL - Il y a eu un engouement pour Domota... mais Lurel a été réélu au premier tour, seul président de région ! L’année des outre-mer n’est pas là par hasard : pendant un an, le président de la République va dire tout le bien qu’il pense des outre-mers mais comme en même temps on a une majorité qui accumule les propos odieux... Je ne suis pas persuadée que les élus ou les syndicalistes saisissent l’occasion de la campagne présidentielle pour faire avancer leurs revendications.

SR - On est peut-être dans une phase où pour une fois on est en capacité de prendre un peu plus nos responsabilités qu’avant. On a voté sur le statut. On a les élus qu’on mérite. Peut-être qu’on est dans une période où nos élus peuvent prendre des décisions. J’ai l’impression que Letchimy, Lurel, Gillot sont plus compétents, différents. On a essayé de faire le peuple prendre conscience de ce qu’on avait dans nos têtes. Peut-être faudrait-il prendre conscience de ce que le peuple a dans la tête.

JD - Il y a une capacité de réaction rapide et puissance en Guadeloupe. Si le LKP a échoué, c’est parce que les visions nationalistes et trotskystes sont périmées, pensent le peuple comme Un. Il faut penser le peuple comme des forces diverses. Il faut penser l’unité dans la contradiction. Il manque une nouvelle philosophie de la libération.

CM - Il faut relire Trotsky, ses textes sur les juifs et les noirs. C’est une lecture maoïste. Que faire quand on a 110.000 illettrés à la Réunion ? Le système scolaire fabrique des illetrés à gogo. L’Europe est l’un de nos mondes, la France est l’un de nos mondes, ce n’est pas notre monde. Par rapport à la présidentielle... La question n’est pas de savoir si l’UMP ou le PS l’emportera mais de savoir comment les ultramarins utiliseront la campagne pour faire valoir leurs vues. En 1988, la candidature unitaire de Jean-Marie Tjibaou, finalement retirée, avait permis de peser.

[TRF75] Mercredi 11 mai - Réunion de travail avec Pierre Pastel pour le Cégom

13h00-15h00, métro Havre-Caumartin - Depuis 1978, onze tentatives de mise en place d’un collectif (Nantes, Paris, Lyon...). Aucune n’a réussi...

[TRF75] Mardi 10 mai - VIème Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions

9h00-24h00 - Le matin, discours relativement réussi du président de la République qui légitime même, ô surprise, le rapprochement tant contesté opéré par Césaire entre l’esclavage et la Shoah. Expulsion de l’ANC de Franco Follia qui, l’après-midi à l’Unesco, estime que la France lui a ainsi déclaré la guerre et qu’il ne pourra plus appeler les jeunes au calme.









[5] 10 mai 2011 - Photographies prises du soir au matin de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions
http://www.tjenbered.fr/2011/20110510-99.html

[4] 10 mai 2011 - Discours du président de la République française à l’occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, au Jardin du Luxembourg
http://www.elysee.fr/
http://www.tjenbered.fr/2011/20110510-99.pdf

[3] 10 mai 2011 - Dossier de presse de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, au Jardin du Luxembourg
http://www.outre-mer.gouv.fr/IMG/pdf/Dossierdepresse_10mai2011.pdf
http://www.tjenbered.fr/2011/20110510-98.pdf

[2] 10 mai 2011 - Livret de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions, au Jardin du Luxembourg
http://www.outre-mer.gouv.fr/IMG/pdf/Livret_10mai.pdf
http://www.tjenbered.fr/2011/20110510-97.pdf

[1] 10 mai 2010 - Discours du Collectif 161 (regroupement de 17 associations de Midi-Pyrénées) lu lors de la cérémonie de commémoration de l’abolition de l’esclavage organisée par le préfet de région le lundi 10 mai 2010 à Toulouse
http://www.tjenbered.fr/2010/20100510-99.doc


[TRP75] Lundi 9 mai - Préparation de la Journée mondiale contre les homophobies & des Gay Pride

19h00-22h00, Paris, Maison des associations du XIème arrondissement, 8, rue du Général-Renault - Point sur la préparation de la Journée mondiale contre les homophobies et des Gay Pride.

[TRF75] Lundi 9 mai - Préparation du conseil fédéral ordinaire annuel de Total Respect

10h00-19h00, Paris -

[TRP75] Dimanche 8 mai - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

[TRP75] Dimanche 8 mai - Préparation de l’assemblée générale nationale ordinaire annuelle de Tjenbé Rèd Prévention

10h00-22h00, Paris -

[TRF75] Samedi 7 mai - Préparation du conseil fédéral ordinaire annuel de Total Respect

10h00-22h00, Paris -

[TRP75] Vendredi 6 mai - Préparation de l’assemblée générale nationale ordinaire annuelle de Tjenbé Rèd Prévention

10h00-22h00, Paris -

[TRF75] Jeudi 5 mai - Préparation du conseil fédéral ordinaire annuel de Total Respect

10h00-22h00, Paris -

[TRP75] Mercredi 4 mai - Lettre à Marc Dixneuf, directeur des programmes associatifs en France de Sidaction


29 avril / 4 mai 2011 - Lettre à Monsieur Marc Dixneuf, directeur des programmes associatifs en France de Sidaction
http://www.tjenbered.fr/2011/20110429-98.pdf


[TRP75] Mercredi 4 mai - Préparation de l’assemblée générale nationale ordinaire annuelle de Tjenbé Rèd Prévention

10h00-22h00, Paris -

[TRF75] Mardi 3 mai - Préparation du conseil fédéral ordinaire annuel de Total Respect

10h00-22h00, Paris -

[TRP75] Lundi 2 mai - Préparation de l’assemblée générale nationale ordinaire annuelle de Tjenbé Rèd Prévention

10h00-22h00, Paris, Maison des associations du XIème arrondissement, 8, rue du Général-Renault -

[TRP75] Dimanche 1er mai - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

[TRP75] Dimanche 1er mai - Quatrième anniversaire de Tjenbé Rèd Prévention & séminaire de son conseil d’administration national en vue de la préparation de l’assemblée générale nationale ordinaire annuelle et des prochaines Gay Pride

13h30-18h00, Paris, parc des Buttes-Chaumont, métro Botzaris (ligne 7 bis) -

1er mai 2011 - Compte rendu du conseil d’administration national du dimanche 1er mai 2011 (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2011/20110501-69.pdf




© Fédération Total Respect | Tjenbé Rèd (Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes)
Courriels : federation@tjenbered.fr | MSN : tjenbered@hotmail.fr
Site Internet : www.tjenbered.fr/federation | Myspace : www.myspace.com/tjenbered
Ligne d’écoute et d’information : +33 (0)6 10 55 63 60 (24h/24, répondeur à certaines heures)
Siège social : Pont-Madeleine, F-97211 Rivière-Pilote
Association loi 1901 fondée le 15 mars 2005, déclarée le 14 juin 2005, Journal officiel du 9 juillet 2005
NAF/APE 913E