tjenbered
           
Le blog de Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération (Décembre 2011)


[ Accueil | Revue de presse | Forum | Recevoir notre lettre mensuelle | Soutenir nos bénévoles | Adhérer
[ Communications | Blog | Livre d’or | Dossiers | Photos | AmiEs | Groupe Zami - Questions féministes & lesbiennes
[ 2007 | 2008 | 2009 | 2010 | 2011 | 2012 | 2013 | 2014 | Jan | Fév | Mar | Avr | Mai | Juin | Juil | Août | Sept | Oct | Nov | Déc
[ 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31


[TRP75] Mardi 27 décembre - Entretien avec la DGS au retour de déplacement en Martinique et en Guyane au sujet des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France

16h15-17h00, Paris, ministère de la santé, avec les Drs Bernard Faliu et Thierry Troussier - ARS. Appels à projet. Corevih. Suivi (qui fait le suivi ?). Comités de pilotage ? Dr Cabié. Plan B : réduire la voilure à une journée ?

[TRP973] Mardi 27 décembre - Entretien téléphonique avec le médecin-chef des forces armées en Guyane au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

08h00-08h15 (heure de Guyane), Paris-Cayenne - Sensibilisation, prise de contact avec le Dr Coquelet. Sensibilisation de longue date. Sensibilisation des soldats : projection d’un Powerpoint sur tous les risques sanitaires. Information sur le traitement d’urgence (AES, «accident d’exposition au sang»). Ce sont des personnes qui viennent pour quatre mois. Dépistage à la demande, pas systématique, en cas de syndrome clinique particulier. Pas membre du Corévih. Pourrait participer aux États généraux envisagés.

[TRP75] Dimanche 25 décembre - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

[TRP75] Jeudi 22 décembre - Embauche du coordinateur interrégional


[2] 20 décembre 2011 - Contrat de travail entre Tjenbé Rèd Prévention et David Auerbach Chiffrin
Document confidentiel, réf. 111206-99.pdf [X]

[1] 6 avril 2009 - Contrat de travail entre Tjenbé Rèd et David Auerbach Chiffrin
Document confidentiel, réf. 090406-99.pdf [X


[TRP973] Lundi 19 décembre - Présentation des États généraux des PVVIH en Guyane, par Tjenbé Rèd Prévention, à onze organisations guyanaises (dont Médecins du Monde et la LDH)

17h00-17h30, Maison des associations de Cayenne (UAÉPG | Union des associations d’éducation populaire de Guyane, 17, avenue Léopold-Héder, à l’angle de la rue François-Arago, près du siège de France-Guyane) - Invitée par Mme Sylvie Cornu, présidente de la section de Cayenne de la LDH | Ligue des droits de l’homme & du citoyen, TRP | Tjenbé Rèd Prévention participe à l’ouverture d’une rencontre interassociative ayant pour objet la venue en janvier du défenseur des droits, M. Dominique Baudis. Parole lui étant donnée, le coordinateur interrégional de TRP, M. David Auerbach Chiffrin, indique que son association vient de constituer une antenne guyanaise (dont aucun/e représentant/e encore n’a cependant pu se rendre disponible pour la présente réunion). Il remercie 1°) la LDH (représentée par M. Pierre Boucher, le Dr Yves-André Chesnay, Mme Sylvie Cornu, M. René-Jean Delanoë et Mme Nicole Launey), avant d’exposer succinctement le projet d’États généraux des PVVIH [personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine ou avec le sida] parmi les populations ultramarines en Guyane aux autres organisations présentes, à savoir : 2°) MDM | Médecins du Monde (que TRP avait longuement entendus sur le même sujet en décembre 2010), représentés par Mme Amandine Marchand, coordinatrice ; 3°) L’Arbre fromager (Mme Lesley Porte, coordinatrice) ; 4°) la Cimade | Comité inter-mouvements auprès des évacués | Service oecuménique d’entraide (Mmes Lucie Curet, Pascale Delyon et Fanny Gras, intervenante juridique au CRA [centre de rétention administrative] de Cayenne-Rochambeau) ; 5°) Daac | Développement, accompagnement, animation, coopération (M. José Gomes) ; 6°) Dal | Droit au logement (MM. Marius Florella et Patrick Marie-Sainte) ; 7°) Guyane Écologie (M. José Gaillou) ; 8°) Mom | Migrants outre-mer (Mme Nicole Launey) ; 9°) Onag | Organisation des nations autochtones de Guyane (Mme Florencine Édouard, M. Éric Louis) ; 10°) Samu social (Dr Yves-André Chesnay, Mme Edina Cordeiro Lopes) ; 11°) Syndicat de la magistrature (M. Karim Sekkaki).

Il s’agit simplement d’une sensibilisation, l’objet de la réunion n’étant pas celui-là, le temps manquant par ailleurs en raison d’un avion qui décolle pour Paris à 20h10. L’écho recueilli semble - sous cette réserve - favorable, le Dr Chesnay (psychiatre, praticien au centre hospitalier de Cayenne, croisé à de nombreuses reprises lors des États généraux de l’outre-mer en 2009, dont il présidait, comme David Auerbach Chiffrin, l’une des 68 commissions) exprimant un avis vivement favorable aux démarches initiées par TRP lors de ces États généraux de l’outre-mer et par la suite. Par ailleurs, concernant le document présenté à l’état de projet pour servir de tribune interassociative au défenseur des droits, TRP rappelle que la Guyane est le département français le plus touché par le sida, ce qui constitue une rupture de l’égalité républicaine à même d’entrer dans le champ de compétence de M. Baudis. C’est pourquoi TRP demande que la question du sida y soit approfondie. Enfin, sur un autre plan, TRP formule le vœu que les associations présentes étudient la possibilité de mentionner les questions relatives aux homophobies (c’est-à-dire aux rejets des personnes LGBT : lesbiennes, gaies, bi & trans), à l’orientation sexuelle ou à l’identité de genre (pour une définition de ces termes, voir le lexique de Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération : www.tjenbered.fr/lexique). Pris par le temps, le représentant de TRP doit quitter la réunion avant l’ouverture des débats à proprement parler et remercie de nouveau ses hôtes pour leur accueil. (La réunion suivante est fixée au mardi 10 janvier, 17h00.)

[2] 19/29 décembre 2011 - Feuille d’émargement de la réunion du 19 décembre 2011 organisée à Cayenne par la LDH, Ligue des droits de l’homme & du citoyen, en perspective de la venue en janvier du défenseur des droits (par Anne-Marie Baigue, secrétaire de section)
Document confidentiel, réf. 111219-99.doc

[1] 16 décembre 2011 - Projet de texte à étudier lors de la réunion du 19 décembre 2011 organisée à Cayenne par la LDH, Ligue des droits de l’homme & du citoyen, en perspective de la venue en janvier du défenseur des droits (par Dominique Guibert, secrétaire général)
Document confidentiel, réf. 111216-89.doc


[TRP973] Lundi 19 décembre - Entretien avec l’ASFMF (Association Soutien Famille Malade & Formation) au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

16h00-16h30, Cayenne, 28, rue Eugène-Tècle, avec M. Robert Georges (association au contact de la communauté haïtienne et d’une communauté protestante baptiste) | Le médecin demande de prendre le médicament au milieu du repas. Que faire s’il n’y a pas de repas ? Nous ne mettons pas en place d’actions ciblées VIH au sein de notre association pour que les gens qui entrent ne soient pas pointés du doigt. Nous menons des actions qui permettront à tout le monde d’entrer dans l’association, sans aucune arrière-pensée. Nous mettons en place des actions alimentaires pour que tout le monde puisse venir, pas simplement les PPVIH. Quand nous mettons en place des actions, nous mettons en place des distributions de préservatifs, de brochures mais pas d’actions ciblées sur les PVVIH puisque tout le monde voit ce que nous faisons (si on ne distribue qu’aux PVVIH, elles ne viennent pas donc elles n’ont rien à manger et ne peuvent pas prendre leur traitement régulièrement). En mettant en place des actions alimentaires générales, les PVVIH peuvent venir. Nous avons fait un sondage, la santé vient en troisième après le travail en premier et le cercle familial en deuxième. C’est le corps qui porte l’âme (pasteur). Pourquoi est-ce que l’ARS ne veut pas donner de subvention pour avoir de la nourriture ? Nous sommes la seule association qui fait du soutien alimentaire chaque mois (subention de Solidarité sida). Convention avec la douane pour les denrées alimentaires saisies. File active : entre 450 et 650 personnes par an. Le 23 décembre, distribution alimentaire annoncée par France-Guyane : repas, préparation des colis, 450 places, 600 appels ! Nous ne faisons pas venir que des personnes concernées pour ne pas cibler l’association, nous faisons venir des PVVIH et des personnes en situation de précarité, pour des distributions collectives. On cherche trop dans les branches mais les branches n’ont rien, il faut revenir aux racines. L’ASFMF est volontaire pour être association référente.

[TRP973] Lundi 19 décembre - Entretien avec Sida info service au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

13h00-14h00, place des Palmistes, Mme Denyse Cassin, déléguée régionale de Sida info service en Guyane du 15 novembre 2004 au 15 octobre 2010 - La Guyane a progressé : Sidaction 2011, discours de Mme Marie-Luce Penchard, hommage à Sida info service (un documentaire diffusé sur RFO existe : «Guyane : regards et paroles croisés»). Aujourd’hui, les associations sont super structurées, le Corévih est pilier, il faut voir tous les acteurs. Ader réalise une prévention de nuit auprès des femmes et des prostituées (ex-Grid, Groupement de recherche et d’innovation pour le développement). Quid cependant de Saint-Georges de l’Oyapock ? Comment l’épidémie traverse-t-elle les communautés ? Journées caribéennes du dépistage : télévision, radio... CNS (Conseil national du sida) : arrêter de confronter la France hexagonale et les DFA (départements français d’Amérique). Discours de Roselyne Bachelot le 1er mai 2008 qui place le Dr Nacher comme «chef d’orchestre» de la lutte contre le sida en Guyane. Sexualité précoce, fréquente, tardive... 60% de dépistage tardif à Saint-Laurent-du-Maroni, 30% à Cayenne. Taux annuel de natalité : 5% ! Campagnes d’affichage en six langues (sauf chez les communautés chinoises). Ces États généraux ne vont pas être faciles. Il faut prendre connaissance de tout ce qui a été écrit, des sites Internet de tous les acteurs, tout connaître.

17 janvier 2012 - Remarques complémentaires à l’entretien du 19 décembre 2011 concernant le projet d’États généraux des PVVIH en Guyane (par Denyse Cassin)
Document confidentiel, réf. 120117-99.doc


[TRP973] Lundi 19 décembre - Entretien avec Guyane Première au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

10h30-11h30, Rémire-Montjoly, Mme Catherine Lama -

20 décembre 2011 - David Auerbach Chiffrin en Guyane (Guyane.la1ere.fr)
http://guyane.la1ere.fr/infos/actualites/david-auerbach-chiffrin-en-guyane_77312.html
http://www.tjenbered.fr/2011/20111220-89.jpg


[TRP973] Lundi 19 décembre - Entretien avec Mme Chantal Berthelot, députée de Guyane, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

09h30-10h30, Rémire-Montjoly - Un rapport sur les jeunes existe qui démontre notamment l’existence d’une prostitution juvénile chez les mineurs de dix-huit ans. Une Gay Pride à Cayenne ? Durant le carnaval ? Sous forme de parade ? Un groupe ? Dès 2012 ? Concernant le sida, distinguer l’homosexualité et le sida. Créer un collectif pour les États généraux des PVVIH en Guyane ? Attention à la femme. L’épidémie n’est pas homosexuelle en Guyane. Elle touche les femmes, les jeunes. Il faut des messages adaptés en plus d’un message global. Réfléchir au modèle de la semaine du ruban rose sur le cancer du sein. Il faut des témoignages. Attention : la population guyanaise n’est pas homogène. Bushiningés, amérindiens, noirs marrons... Attention au rapport de ces populations diverses à la gynécologie ! Populations haïtiennes : «On m’a envoyé un mal.» Mme Berthelot pourra réfléchir à un soutien, notamment sous forme de lettre aux élu/e/s locaux et ultramarins, aux associations locales. Elle souhaite également laisser champ ouvert à l’intitulé de l’événement.

[TRP75] Dimanche 18 décembre - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

[TRP973] Dimanche 18 décembre - Entretien avec Chrétiens & sida au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

12h30-13h30, Mme Cécilia Dos Santos Oliveira - Renouvellement de l’accord de principe formulé en 2010. Nous avons un projet de formation pour les prêtres et les pasteurs sur le VIH en 2012 : sur cette formation, nous pourrons peut être ajouter l’homosexualité (cela va dépendre de la décision de l’association). Attention : «Il faut déjà savoir comment elle l’a attrapé» ! Les personnes ont peur du regard. Si elles parlent, elles peuvent être exclues voire complètement seules (exemple de l’homme seul qui avait perdu l’habitude d’être touché). Nous avons un bénévole haïtien : certaines personnes haïtiennes ne veulent pas forcément le voir et se confier à lui parce que c’est un haïtien. De la même manière, certaines personnes brésiliennes ne viennent pas me voir parce que je suis brésilienne, alors que pleins d’autres viennent se confier à moi pour la même raison. Cela est valable pour toutes les nationalités. Ne pas dire. «La chose.» Exemple du dentiste. Lors d’une rencontre, un interlocuteur pensait que les jeunes fréquentant une église de certaines religions n’ont pas de sexualité avant le mariage. Je lui ai répondu : «Ce n’est pas parce que vous voyez que quelqu’un n’est pas accompagné qu’il n’a pas de sexualité. La quasi-totalité des jeunes filles qui font une IVG (interruption volontaire de grossesse) sont croyantes !»

[TRP973] Dimanche 18 décembre - Visite au local d’Entraides Guyane au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

12h00-12h15, Cayenne - Bref entretien avec deux bénévoles en l’absence de la direction.

[TRP973] Samedi 17 décembre - Réunion communautaire LGBT en Guyane - Réunion constitutive de Tjenbé Rèd Prévention Guyane

20h30-02h00, Matoury - I. Présentation. Exposition des règles de confidentialité. Jeu du vide-poche. II. Jeu du sénat romain. Préparation par un bulletin que chacun/e peut remplir avec ce qui lui passe par la tête (une affirmation provocante, une chose qu’on a entendu ou qu’on n’aimerait pas entendre) : 1°) Masissi ; 2°) Lesbienne ; 3°) Mes idées ; 4°) Mon ex a son fils, il est prêt à tuer pour avoir la garde de son enfant et s’il est homo, il le tue ; 5°) Qui fait l’homme ? ; 6°) Pourquoi on n’a pas le droit de s’exprimer comme un couple c’est-à-dire comme un homme et une femme de la vie quotidienne ? Pourquoi les gens critiquent ? ; 7°) (Blanc) ; 8°) David, il est pédé ; 9°) (Blanc) ; 10°) Si mo té pé no tè kè boulé to ! ; 11°) Burn lesbian ! ; 12°) Si mo té pé mo té ké fè march arrière mo té ké avorté ! ; 13°) Lesbienne = camionneuse ou déménageuse ! ; 14°) Les parents rejettent leurs enfants ; 15°) Les homos sont les déchets de la société ; 16°) Les lesbiennes vont brûler en enfer ; 17°) Être lesbienne, c’est un passage. NB : Conseil de discipline du 14 novembre : agression homophobe du jeudi 20 octobre - un des agresseurs est majeur - trois agresseurs définitivement renvoyés de l’établissement. III. Jeu du blason. 1°) Un rêve : Unité parmi les différences - Reconnaissance par l’ensemble des acteurs - Tolérance et compréhension - Liberté de circulation avec son ou sa partenaire - Population libre et fière ; 2°) Trois objectifs : Créer une organisation - Se faire entendre - Créer un lieu - Créer une association ou une structure visible - Se faire comprendre - S’assumer - Agir - Casser l’image libertine - Sensibiliser les élus locaux ; 3°) Trois obstacles ou besoins : Manque de solidarité - Invisibilité - Croyances et peurs - Élus locaux - Indifférence - Éducation, famille ; 4°) Trois actions : Interventions en milieu scolaire - Éducation civique - Changement des mentalités - Être nous-mêmes - S’impliquer ; 5°) Trois partenariats : Famille - Collectivités locales - Associations - Médias - Éducation ; 6°) Notre implication : Mobiliser les avocats et les structures - Nous serons médiateurs pour les démuni/e/s, ceux qui ont peur, les prendre en main.

[4] 17 décembre 2011 / 16 janvier 2012 - Procès-verbal de la réunion constitutive de Tjenbé Rèd Prévention Guyane
http://www.tjenbered.fr/2012/20111217-99.pdf

[3] 17 décembre 2011 - Jeu du blason lors de la réunion communautaire LGBT de Guyane
Document confidentiel, réf. 111217-98.doc (vierge)
Document confidentiel, réf. 111217-96.doc (synthèse des formulaires remplis par les sous-groupes)

[2] 15/17 décembre 2011 - Affirmations provocantes pour le jeu du sénat romain lors de la réunion communautaire LGBT de Guyane
Document confidentiel, réf. 111217-99.doc

[1] 17 décembre 2011 - Modèle de déclaration sur l’honneur de respect de la confidentialité à la suite de la réunion communautaire LGBT de Guyane
Document confidentiel, réf. 111217-97.doc


[TRP973] Samedi 17 décembre - Entretien avec France-Guyane au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

15h00-16h00, Cayenne -

6 janvier 2012 - Myriam, lesbienne : «Je fais tout comme tout le monde» - Le fait du jour - Le mariage homosexuel ? Non à 64% - Chantal Berthelot, députée de la 2ème circonscription : «Je suis pour» - Jean-Étienne Antoinette, sénateur et maire de Kourou : «Je voterai oui» - Trois questions à David Auerbach Chiffrin, de l’association Tjenbé Rèd Prévention (par Sébastien Roselé & Thomas Fetrot pour France-Guyane)
http://www.franceguyane.fr/regions/guyane/myriam-lesbienne-je-fais-tout-comme-tout-le-monde-06-01-2012-112762.php
http://www.tjenbered.fr/2012/20120106-99.jpg (couverture)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120106-99.gif (couverture)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120106-98.jpg (page 2)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120106-98.pdf (page 2)


[TRP75] Vendredi 16 et samedi 17 décembre - Copil du Raac-sida

Pantin, siège de Aides -

[2] 17/21 décembre 2011 - Courriel de la présidence du Raac-sida à David Auerbach Chiffrin
Document confidentiel, réf. 111221-99.doc

[1] 17 décembre 2011 - Courriel de Joseph Situ, assurant la présidence du Raac-sida pour le compte de l’association Aides, consécutif à la réunion du Raac-sida du même jour et relatif aux revendications du Raac-sida en perspective des élections présidentielle et législatives de 2012
Document confidentiel, réf. 111217-89.pdf (courriel)
Document confidentiel, réf. 111217-87.pdf (pièce jointe n°1 : feuille de route initiale ?)
Document confidentiel, réf. 111217-88.doc (pièce jointe n°2 : feuille de route amendée ?)


[TRP973] Vendredi 16 décembre - Présence lors d’une soirée privée homosexuelle dans le cadre de la préparation d’une réunion communautaire LGBT

23h00 - Prises de contact. Préparation de la réunion communautaire LGBT du lendemain.

[TRP973] Vendredi 16 décembre - Présence lors de la clôture des États généraux du multilinguisme dans les outre-mer dans le cadre de la préparation des États généraux des PVVIH en Guyane

18h00-21h00 - Observation de la cérémonie de clôture des États généraux du multilinguisme dans les outre-mer. Courte pièce de théâtre présentée par des jeunes des collèges et lycées de Guyane. Parallèle avec l’ouverture possible des États généraux des PVVIH en Guyane. Sensibilisation du ministre de la culture, M. Frédéric Mitterrand, à l’éventuelle dimension culturelle de ces derniers.

16 décembre 2011 - Invitation à la cérémonie de clôture des États généraux du multilinguisme dans les outre-mer
http://www.tjenbered.fr/2011/20111214-98.pdf


[TRP973] Vendredi 16 décembre - Entretien avec Mme Catherine Renard, adjointe au maire de Cayenne, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

16h45-17h00, mairie de Cayenne - Mme Renard, adjointe en charge de la solidarité, de l’exclusion et de la précarité, manifeste un vif intérêt pour le projet dont elle souhaite une présentation écrite. Lien avec le réseau diabète, avec la maison des réseaux, avec le Dr Roger-Michel Loupec (vice-président du conseil régional de Guyane, président du conseil économique et social régional et de l’observatoire régional de santé de Guyane). Il faudrait une cérémonie semblable à celle de ce jour concernant les femmes et le sport, il faudrait une mise en valeur des PVVIH.

[TRP973] Vendredi 16 décembre - Entretien avec une employée d’hôtel au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

14h45-15h00, Cayenne - Il faut des flyers avec un logo ! Les poignées de porte ne sont pas contaminantes. Je ne pense pas que la piqûre d’un moustique soit contaminante... À mon avis, boire dans le même verre qu’une PVVIH n’est pas contaminant... Les pratiques contaminantes ? Les rapports sexuels non protégés, l’injection de produits psychoactifs. Les gens ne sont pas informés.

[TRP973] Vendredi 16 décembre - Entretien avec M. Sonia Francius, directrice de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

14h30-14h45, mairie de Cayenne - Présentation, prise de contact. D’accord sur le principe, souhaite qu’il y ait de plus en plus de personnes à participer aux campagnes de prévention. Il faut déculpabiliser les PVVIH, faire savoir que c’est une maladie qui concerne tout le monde.

[TRP973] Vendredi 16 décembre - Entretien avec M. Jean-Claude Labrador, conseiller régional de Guyane, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

14h15-14h30, mairie de Cayenne - Présentation, mise en contact avec le président du conseil régional, M. Rodolphe Alexandre.

[TRP973] Vendredi 16 décembre - Entretien avec M. Jean Laquitaine, adjoint au maire de Cayenne, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

14h00-14h15, mairie de Cayenne - Présentation des États généraux, sensibilisation, mise en contact avec M. Labrador (conseiller régional), Mme Renard (adjointe au maire de Cayenne en charge de la santé, de la solidarité et de l’exclusion) et Mme Francius (directrice de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale).

[TRP973] Vendredi 16 décembre - Entretien avec Mme Isabelle Niveau, adjointe au maire de Kourou, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

12h30-13h30, Encre (Ensemble culturel régional), route de Montabo, Cayenne - Mme Niveau met en scène les pièces de théâtre jouées par les jeunes lors des cérémonies d’ouverture et de clôture des États généraux du multilinguisme dans les outre-mer. Déposer un dossier dans le cadre des CUCS (contrats urbains de cohésion sociale) de Guyane, voir le CRPV (centre de ressources politique de la ville). Actuellement, personne ne veut prendre en charge une prévention globale. Attention : il faudrait des groupes de parole polyglottes, que chaque personne puisse s’exprimer dans sa langue maternelle. Les femmes bushinengués ou haïtienne ne parlent pas français. Poids culturel, peur, sectes baptises, adventistes, évangéliques, Témoins de Jéhovah. Penser aux associations de femmes, aux chefs de village, aux infirmières scolaires, aux lycées (option théâtre au lycée Éboué de Cayenne, au lycée Gontran-Damas de Rémire-Montjoly, au lycée Bertène-Juminer de Saint-Laurent-du-Maroni, au lycée Gaston-Monnerville de Kourou). Attention ! Le spectacle produit pour les États généraux du multilinguisme dans les outre-mer coûte 30.000 euros (deux metteurs en scène, un directeur des acteurs, un musicien, un chorégraphe...). Ce projet d’États généraux des PVVIH doit couvrir toute la Guyane. Chaque commune peut avoir son projet. Une caravane est à envisager. Il faut un aspect festif, événementiel (slam, théâtre...).

[TRP973] Vendredi 16 décembre - Présence à la cérémonie de remise des récompenses du concours régional «Femmes & sport» en perspective des États généraux des PVVIH en Guyane

12h00 - Mairie de Cayenne | Prises de contact.

[TRP973] Vendredi 16 décembre - Entretien avec le Cicec (Centre d’investigation clinique & d’épidémiologie clinique) au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

11h00-11h30 - Siège de l’ÉHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) | Mme Gontier présente le questionnaire pour HSH dans le cadre de l’enquête Interreg. Ce questionnaire anonyme et confidentiel comporte un peu plus de cent questions et ne demande pas le statut sérologique. Chaque passation du questionnaire est prévue pour durer 45 minutes et les enquêteurs, rémunéré/e/s, peuvent en réaliser au plus neuf par semaine. Il s’agit d’une enquête de type CAP (comportements, attitudes et pratiques) afin d’ajuster à terme les méthodes de prevention.

[2B] 30 novembre 2011 - Questionnaire aux HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) dans le cadre du programme Interreg Caraïbes IV relatif au VIH (par le Cicec, Centre d’investigation clinique & d’épidémiologie clinique Antilles-Guyane, et le centre hospitalier universitaire Pointe-à-Pitre Abymes)
http://www.tjenbered.fr/2011/20111216-89.pdf

[2A] 9 novembre 2011 - Présentation du questionnaire aux HSH (hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) dans le cadre du programme Interreg Caraïbes IV relatif au VIH (par le Cicec, Centre d’investigation clinique & d’épidémiologie clinique Antilles-Guyane, et Aides Guyane)
http://www.tjenbered.fr/2011/20111216-88.doc

[1] 1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP973] Vendredi 16 décembre - Prise de rendez-vous avec le médecin-chef des forces armées en Guyane au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

10h30-11h00, Cayenne -

[TRP973] Vendredi 16 décembre - Second entretien avec l’ARS Guyane au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

09h30-10h30 - Siège de l’ARS Guyane avec le Dr Kleitz et Mme Danièle Le Bourhis | Associer la société civile, associer les États généraux locaux à ce qui se fait déjà. L’appel d’offre 2012 est déjà sorti ! (Clôture au 30 janvier 2012.) Toucher les associations pour qu’elles impliquent leurs publics. Attention, il y a trente groupes ethniques différents en Guyane ! Association de théâtre-forum : Roule Galette, Mamma Bobi. Prévoir un temps d’expression du citoyen. Éviter de tomber dans une coordination interassociative, dans un congrès de PVVIH. Cela doit être un temps citoyen ouvert. Attention : les messages de prévention liés au VIH doivent profondément varier d’un groupe ethnique ou culturel à l’autre.

[TRP973] Vendredi 16 décembre - Émission Guyane Première au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

08h00-09h00 - Avec Maryloo Coopen.

[TRP973] Jeudi 15 décembre - Réunion de préparation de la réunion constitutive de Tjenbé Rèd Prévention Guyane du 17

20h30-21h30 - Chez Lauriane, commune de Matoury | Préparation du jeu du sénat romain (sur la base d’affirmations provocantes) : 1°) Les bi ne savent pas ce qu’ils veulent ; 2°) Dans la bible, l’homosexualité, c’est puni ; 3°) Une Gay Pride à Cayenne, c’est ridicule, c’est carnavalesque ; 4°) Sida = homo ; 5°) Deux femmes ne peuvent pas se contenter ; 6°) L’homosexualité est un vice ; 7°) Les trans sont tous homo ; 8°) L’adoption, pour les gais, ce n’est pas possible. Préparation du jeu du blason : trois objectifs, trois obstacles ou besoins, trois actions, trois partenaires. Préparation d’une déclaration sur l’honneur de respect de la confidentialité.

[TRP973] Jeudi 15 décembre - Entretien avec Mgr Lafont, évêque de Guyane, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

18h00-19h00 - Mgr Emmanuel Lafont est évêque de Guyane depuis le 18 juin 2004 | Concernant le sida en Guyane, je me désole que cela continue d’être un sujet tabou alors qu’il y a beaucoup d’informations dans les médias. Qu’en est-il des personnes touchées ? Toujours autant d’infections, cela ne baisse pas, les gens n’en parlent jamais, je n’ai jamais entendu parler d’une personne touchée. J’estime qu’il existe une autocensure. Je ne sais pas trop ce qui est fait pour diminuer la stigmatisation. Je ne connais pas l’impact sur les soins. On ne parle jamais de sida sauf le 1er décembre. L’association Chrétiens & sida sensibilise l’église... J’étais avant en Afrique du Sud : certains préjugés sont similaires. Des pièces de théâtre avant ou après la messe sont souvent inteprétées sur différents sujets : pourraient-elles l’être sur celui-là ? En Guyane, je ne sais pas... Le clergé local ne me rapporte pas de témoignage relatif au sida, je n’ai jamais enterré une personne dont je savais qu’elle était séropositive. | Mise en lien avec les autres religions ? Environ 800 musulmans, quelques juifs, des évangéliques avec lesquels le dialogue est délicat.

[TRP973] Jeudi 15 décembre - Entretien avec le Dr Mathieu Nacher, président du Corévih, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

15h00-16h00 - Centre hospitalier de Cayenne, siège du Corévih (coordination régionale de lutte contre le virus de l’immunodéficience humaine) | Qu’y aurait-il en plus que lors des réunions du Corévih ou inter-Corévih ? Assez des déclarations emphatiques, des grand’messes. L’Interreg, c’est sérieux, cela permet de comprendre le moteur de l’épidémie. Il faut faire avancer la population. Il n’y a pas de planning de suivi des inter-Corévih ! Assez des paillettes. Ces États généraux des PVVIH en Guyane devraient avoir des thématiques très ciblées : les TROD, la T2A (tarification à l’activité). Attention : les gens vont avoir tendance à se taire et il faudra éviter que des beaux parleurs ne captent l’oxygène. Il faut travailler sur les failles, sur les «gaps». Il faudra un suivi, une synthèse !

[TRP973] Jeudi 15 décembre - Entretien avec Mme Éline Miranda, responsable d’une agence de communication, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

12h00-14h00 - Sensibilisation, présentation, échange d’informations confidentielles. Approcher les élu/e/s locaux. Disponibilité pour soutenir les États généraux.

[TRP973] Jeudi 15 décembre - Entretien avec l’Arbre fromager au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

10h30-11h30 - Entretien avec Mme Lesley Porte, coordinatrice de l’Arbre fromager (AF), association d’écoute, de soutien et d’accompagnement des femmes, au siège, 6, rue du Capitaine-Bernard à Cayenne | Disponible pour participer aux États généraux. Comment y participer ? L’AF n’est pas une association de lutte contre le sida mais d’écoute des femmes. Entre 20 et 30 femmes vivant avec le VIH sont dans sa file active. Prise en charge, écoute. Subvention de Solidarité sida. Il est important d’être polyglotte en Guyane. Fréquentation : 500 personnes par an (beaucoup de violences, de femmes à la rue...). Il s’agit d’effectuer un travail global autour de la femme. Le mari est parfois séropositif. Équipe salariée multicompétente. Quand on touche à la femme, on ne travaille pas seulement sur sa séropositivité. Il faut parler de la femme, de la violence faite aux femmes, de sa place dans la société. Date ? Pas entre juin et septembre ! Octobre-novembre 2012 ou mars-avril 2013. Réunir les personnes est un grand problème. La plupart ne veulent pas être connues ! Un an de délai laisse le temps de travailler, de préparer, l’idée de jalonner l’année d’événements préparatoires tout au long de l’année étant pertinente. L’AF n’a pas eu le temps de lire les documents préparatoires adressés.

Les thèmes pourraient porter sur le vécu des PVVIH, sur ce qui doit changer. Les événements précurseurs peuvent servir de tribune pour les PVVIH : exemple d’un atelier de peinture à exposer ? La personne aurait ainsi son mot à dire même si elle n’est pas présente. On peut également en approcher certaines pour les aider à être physiquement présentes. Pièce de théâtre ? La personne a un rôle, éventuellement son rôle, elle peut parler ! Discussion autour d’une tournée des Pagneuses. Dialogue avec la société guyanaise : voir dans ceux qui vont être invités, pas toujours les mêmes (associations, élu/e/s, médecins...). Pas uniquement ceux qui sont déjà convaincu/e/s ! Maisons de retraites, classes d’étudiant/e/s, invitations au hasard parmi la population : aller vers la population ! L’AF ne saucissonne pas la personne (exemple du salon de beauté pour PVVIH et femmes victimes de violence). Quand on parle de VIH, on se trompe souvent de cible, on fait trop complexe, il faudrait en revenir aux bases : les préjugés sur l’échange de linge, les piqûres de moustique... La campagne «Nou pli fo» n’est pas comprise par les gens, ils ne comprennent même pas ce que cela veut dire, des millions d’euros pour des tee-shirts ! Il faut aller vers les lycées, ne pas lever le pied. Les 30/65 sont laissé/e/s pour compte : revenir vers les bases avec quelque chose qu’ils comprennent, on est allé trop loin. L’AF ne peut être association référente. Elle est dans une grande galère financière, est passée de dix à six salarié/e/s avec le même boulot. Ne pas oublier les zones frontalières : Saint-Georges etc. Associer Haïti ! Contacter le conseil général qui a la santé pour compétence.

1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP973] Jeudi 15 décembre - Entretien avec M. Rudy Icare, journaliste à Guyane Première, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

09h00-10h00 - Siège de Guyane Première (anciennement RFO Guyane) | M. Rudy Icare est le comédien qui interprète la pièce de théâtre ayant pour personnage principal un homosexuel, «Ma commère Alfred». Cette pièce, disponible sur DVD, a beaucoup servi à ceux qui n’avaient pas «avoué». L’auteur en est Jean-Pierre Sturm, ancien directeur de RFO en Guadeloupe. Le texte en est cru, il dit les choses clairement. M. Icare serait disponible pour une participation aux États généraux.

[TRP973] Mercredi 14 décembre - Présence lors de l’ouverture des États généraux du multilinguisme dans les outre-mer dans le cadre de la préparation des États généraux des PVVIH en Guyane

19h00-22h00 - Observation de la cérémonie d’ouverture des États généraux du multilinguisme dans les outre-mer. Pièce de théâtre présentée par des jeunes des collèges et lycées de Guyane. Parallèle avec l’ouverture possible des États généraux des PVVIH en Guyane. Sensibilisation du préfet de Guyane (M. Denis Labbe), de l’évêque de Guyane (Mgr Emmanuel Lafont), d’élu/e/s locaux dont Mme Isabelle Niveau (adjointe au maire de Kourou), d’un représentant des forces armées.

14 décembre 2011 - Invitation à la cérémonie de l’ouverture des États généraux du multilinguisme dans les outre-mer
http://www.tjenbered.fr/2011/20111214-99.pdf


[TRP973] Mardi 14 décembre - Entretien avec Mme Océlia Cartesse, journaliste à Guyane Première, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

13h00-14h00 - Siège de Guyane Première (anciennement RFO Guyane) | Le premier blocage est celui de la parole publique et médicale, la peur du test positif. Il faut travailler en amont, préparer les gens, commencer par des émissions. Il faut parler de l’oubli du préservatif chez les jeunes, qui voient le sida comme un mal chronique. Il faut penser aux populations de l’intérieur et des fleuves (amérindiens et bushiningés) : elles ne croient pas au sida mais aux esprits et aux plantes. Dès que la parole est absente, le risque se multiplie. Pas assez de prévention en anglais, pour les étrangers. Il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir de l’amour (question des clandestins) ! Il existe un risque de relâchement complet. Ne pas oublier d’approcher les Missions locales. Concernant l’homosexualité, un documentaire a connu une première diffusion mardi 8 novembre 2011 où la députée Chantal Berthelot annonce son homosexualité, qui était notoire mais n’avait jamais fait l’objet d’une annonce publique. Une seule réaction aurait suivi, de la part de la radio indépendantiste Jam.


[1] 1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP973] Mardi 14 décembre - Entretien avec M. Frédéric Ayangma, directeur de Guyane Première, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

12h00-13h00 - Siège de Guyane Première (anciennement RFO Guyane) | Guyane Première accompagne la prévention, notamment par des émissions de radio. C’est l’une de ses missions. Trois temps sont envisageables concernant les futurs États généraux : 1°) promotion simple de l’événement ; 2°) communication « sèche » pour avoir le maximum de participant/e/s ; 3°) restitution. Sur la demande de Tjenbé Rèd Prévention, d’autres pistes de réflexion sont évoquées : animation d’ateliers par des journalistes de Guyane Première (cela dépend de chaque journaliste, dans le respect des normes déontologiques de la profession et de la chaîne), ateliers à l’antenne, restitution anonymée à l’antenne avec réalisation de documentaires par des étudiant/e/s (il n’y a pas de filière universitaire du documentaire en Guyane). Calendrier ? Premier décembre ? Octobre ou novembre 2012 pour laisser passer les élections puis les vacances. Des événements précurseurs sont envisagés : des rendez-vous forts à l’antenne, un documentaire (en respectant la maîtrise éditoriale de Guyane Première)... Cela rentrerait dans le cadre des opérations spéciales (comme le Téléthon). Il faudrait approcher la responsable de la communication à l’ARS Guyane, Mme Batteni  (?). Les catholiques forment 70% de la population locale. Guyane Première est identifiée et appréciée de la population guyanaise : «La parole peut être libre face à nous.» Une pastille peut être envisagée (une minute d’antenne diffusée régulièrement). L’atrium du siège de la chaîne, où se tiennent parfois des débats ou des concerts, pourrait également être mis à disposition.


[1] 1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP973] Mardi 13 décembre - Entretien avec trois personnes vivant en Guyane au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

12h00-14h00 - En marge de l’entretien mené avec Aides, quelques entretiens avec des passants démontrent des incertitudes sur les modes de contamination : la piqûre de moustique est ainsi évoquée comme potentiellement contaminante, boire dans le même verre ou échanger verbalement aussi. On ne sait pas en Guyane que la Guyane est le département le plus touché en France. On méconnaît le vécu des PVVIH (personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine ou avec le sida) : «Ils sont heureux parce qu’on prend soin d’eux, parce qu’ils ont des médicaments», indique un jeune homme de bonne composition qui par ailleurs ne connaît pas personnellement de PVVIH. Quelle est selon lui la réaction d’une personne qui apprend sa séropositivité ? «Elle est déçue.» Quelle serait selon lui la réaction de l’entourage d’une telle personne ? «Il aurait peur de la transmission, il prendrait une distance.» Pour lui cependant, «tant qu’il n’y aurait pas de contact avec le sang», cela irait. Les HSH ? «Cela se peut s’ils n’utilisent pas de préservatif... mais homme et homme ça ne se fait pas ! Il y a beaucoup de femmes sur terre !» Une dame interrogée de retour à Cayenne évoque les nombreuses maternités précoces ainsi qu’un ami perdu de vue, parti dans l’Hexagone, retrouvé par hasard : «J’ai attrapé quelque chose, je suis parti.» Honte, peur que cela se sache, que les gens disent que vous avez mal agi [ordalie] , que c’est de votre faute. Il faudrait associer les mairies, les entreprises, les lycées, les chambres de commerce, le conseil général, les associations de jeunes. Le lycée Malkior-Garré aurait une devise officieuse : on en sortirait «avec un diplôme, avec un bébé ou avec le sida». La chanson N’y pense même pas est décrite comme «nian-nian», il faudrait envoyer des jeunes en Afrique, ça les bougerait ! Je les prendrais un par un et je les secouerais ! Période non propice : le carnaval, du deuxième dimanche de janvier à la mi-mars. Idée personnelle : devant l’impossibilité de faire témoigner des PVVIH localement, faire «tourner» des PVVIH entre départements et avec l’Hexagone ?


[1] 1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP973] Mardi 13 décembre - Entretien avec Aides Guyane au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

11h30-12h15 - Aéroport de Cayenne-Rochambeau, avec M. David Monvoisin (chargé de mission pour les départements français d’Amérique de Aides) et deux autres salariées de Aides - File active : entre 100 et 140 dont 30 nouvelles personnes par an. Aides sera «juste relais» [y compris en Martinique, ce qui constitue un retrait par rapport aux assurances fournies par Aides Martinique précédemment] de ces États généraux dont les thèmes pourraient toucher à l’accès aux droits et aux soins, à la lenteur administrative, à la difficulté de renouvellement de la CMU (couverture maladie universelle) et de l’AME (aide médicale de l’État). Des hôpitaux doivent donner des ARV (antirétroviraux) car des PVVIH n’ont pas de droits ouverts ! Les HSH sont invisibles (environ une personne sur les 100/140 de la file active ?), le projet Interreg permet de travailler dessus (janvier : enquête ; lien avec le Surinam). Les CPP (consommateurs de produits psychoactifs) représentent environ 20 personnes sur les 100/140 de la file active et connaissent des problèmes d’accès aux droits - les Caarud (centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction de risques pour usagers de drogues), issus de la loi du 9 août 2004 qui visait notamment à regrouper les dispositifs de réduction des risques (boutiques, bus, automates, «sleep in») au sein de structures uniques, peuvent être portés par des structures associatives ou des établissements publics de santé, sous réserve que ces derniers gèrent également un CSST (centre de soins spécifiques pour toxicomanes) ou un CSAPA (centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie).

Les communes de l’ouest guyanais soutiennent l’action de Aides dans les quartiers et les fleuves. L’ARS Guyane représente environ 20% du financement, 80% de l’action est financée par Aides (pour un budget global d’environ 60.000 euros, hors ACT - appartements de coordination thérapeutique). Concernant les TROD, ils marchent bien, depuis début septembre (environ 100 menés depuis septembre pour environ 1% de sérologies positives). Aides souhaite travailler sur un contexte général, être sur le terrain par son action, visibiliser les PVVIH, mettre en place des groupes de discussion sur la séropositivité. Une date favorable pour les États généraux serait autour du 1er décembre, au milieu de la Guyane (à Kourou) : attention au problème du contrôle des papiers à Sinnamary. Les PVVIH ont aussi des problèmes au niveau social, de contact humain, se renferment sur eux-mêmes, craignent les gens qui «savent».

[1] 1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP973] Mardi 13 décembre - Entretien avec l’ARS Guyane au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

09h00-11h00 - Siège de l’ARS Guyane, Cayenne, avec Mme Danièle Le Bourhis (infirmière de santé publique) - Il n’existe plus de médecin référent sur le VIH actuellement à l’ARS Guyane. Une fiche d’évaluation devrait être produite concernant le 1er décembre - également dans les autres ARS ? Les associations se démènent mais le public n’est pas forcément présent pour une grande action menée à Cayenne (sauf des classes scolaires). Il semblerait que dans les autres lieux, le public ait bien été présent (je suis en attente des retours des questionnaires pour le bilan). Il y a eu plus de monde cependant aux actions de dépistage. Les associations doivent être au coeur du projet d’États généraux des PVVIH en Guyane. Aucune idée sur le budget que l’ARS Guyane pourrait y consacrer. Prévoir l’action en 2013 pour pouvoir la réinscrire dans le calendrier budgétaire (qui est désormais bouclé ou peu s’en faut pour l’année 2012) ? Il faut des pilotes locaux, des noms, pouvoir lancer un appel à projet pour l’année 2013. Le PRSP est en ligne.

1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP973] Lundi 12 décembre - Entretien avec M. Ambroise Devaux, sous-préfet délégué à la cohésion sociale et à la jeunesse, au sujet des États généraux des PVVIH en Guyane

19h00-19h45, Cayenne - Sensibilisation, prise de contact, invitation aux cérémonies d’ouverture et de clôture des États généraux du multilinguisme dans les outre-mer.


[1] 1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP973] Lundi 12 décembre - Départ de la Martinique vers la Guyane dans le cadre d’une tournée de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France

09h20-12h30 -

[TRP75] Dimanche 11 décembre - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

[TRF972] Dimanche 11 décembre - Entretien avec une agence de communication martiniquaise au sujet de la démarche globale de Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération

11h00-20h00 -

[TRP972] Samedi 10 décembre - Participation au Chanté Nwel organisé par Tous Créoles, action de prévention et présentation des États généraux des PVVIH en Martinique

19h30-24h00, Trois-Îlets - Avec Gérard de Aides Martinique. Distribution de préservatifs. Présentation et sensibilisation auprès de cette association de conciliation entre les communautés blanches et noires de Martinique.

11 décembre 2011 - Chanté Nwel 2011 : Tous Créoles & Tjenbé Rèd Prévention ensemble contre le sida en Martinique - Communication n°TRP2011-04D
http://www.tjenbered.fr/2011/20111211-00.pdf [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr] 


[TRP972] Samedi 10 décembre - Rencontre avec l’association Family Challenge au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique

18h00-18h30 - Avec Pierre Pastel du Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone) et Gérard de Aides Martinique - Présentation et sensibilisation auprès de cette association de soutien aux familles en difficulté.

1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP972] Samedi 10 décembre - Action de prévention à Sainte-Anne avec Aides Martinique en perspective des États généraux des PVVIH en Martinique

08h30-16h00 - Avec Gérard de Aides Martinique : distribution d’une cinquantaine de préservatifs et d’une centaine de doses de gel, une dizaine d’entretiens approfondis, accent mis sur le traitement d’urgence (TPE, traitement post-exposition). Le TPE est assez peu connu, certaines personnes refusent de prendre des préservatifs ou d’ouvrir le dialogue. Plusieurs personnes de passage, quelques personnes hétérosexuelles qui ne connaissent pas ou indiquent ne pas connaître l’usage nudiste ou libertin du lieu.

[TRP75] Vendredi 9 décembre - Message aux organisations concernées par les États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France


[6] 9 décembre 2011 - Message aux organisations concernées par les États généraux des PVVIH (personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine ou avec le sida) parmi les populations ultramarines en France (Par le Raac-sida et Tjenbé Rèd Prévention)
Document confidentiel, réf. 111124-99.pdf [X]

[5] 20/26 octobre 2011 - Note de cadrage sur les États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (consécutive aux réunions des lundi 3 et jeudi 20 octobre 2011 entre la DGS, le ministère chargé de l’outre-mer, les ARS concernées, Aides, le Raac-sida, Sidaction et Tjenbé Rèd Prévention) - Par le Raac-sida et Tjenbé Rèd Prévention
Document confidentiel, réf. 111020-99.pdf [X]

[4] 20 octobre / 25 novembre 2011 - Compte rendu officiel de la réunion du jeudi 20 octobre 2011 entre la DGS, le ministère chargé de l’outre-mer, les ARS, le Raac-sida et Tjenbé Rèd Prévention au sujet des futurs États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (Par la DGS)
Document confidentiel, réf. 111021-98.doc [X]

[3] 3/21 octobre 2011 - Compte rendu officiel de la réunion du lundi 3 octobre 2011 entre la DGS, le ministère chargé de l’outre-mer, Aides, le Raac-sida, Sidaction et Tjenbé Rèd Prévention au sujet des futurs États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (Par la DGS)
Document confidentiel, réf. 111021-99.doc [X]

[2] 2 octobre 2011 - Compte rendu des appels téléphoniques consécutifs au «Message aux associations ayant donné leur accord de principe pour participer à l’organisation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France» du 30 septembre 2011 (Par le Raac-sida et Tjenbé Rèd Prévention)
Document confidentiel, réf. 111002-99.pdf [X]

[1] 30 septembre 2011 - Message aux associations ayant donné leur accord de principe pour participer à l’organisation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (Par le Raac-sida et Tjenbé Rèd Prévention)
Document confidentiel, réf. 110930-99.pdf [X


[TRP972] Vendredi 9 décembre - Entretien avec le sauna homosexuel «Le 11» au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique

19h00-19h15, Fort-de-France - Entretien téléphonique avec M. Roger Gabriel, responsable du nouveau sauna homosexuel «Le 11» à Fort-de-France, quartier Dillon Sud, 11, impasse du Grand-Bélé (anciennement impasse du Ti-Émile-Caserus) - Prise de contact.
http://le11.blog4ever.com/

[TRP972] Vendredi 9 décembre - Entretien avec Willy Mélinard au sujet du développement de Tjenbé Rèd Prévention en Martinique

14h00-18h00, sur les hauteurs de Fort-de-France, route de Didier - Prise de contact. Sensibilisation.

[TRP972] Vendredi 9 décembre - Entretien avec M. Sylvius, directeur de l’ARS Martinique, au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique

13h00-14h00 - Fort-de-France, siège de l’ARS Martinique | Prise de contact, sensibilisation.

[TRP972] Vendredi 9 décembre - Entretien avec l’ARS et le Corevih Martinique au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique

11h30-13h00 - Fort-de-France, siège de l’ARS Martinique, avec le Dr Christian Lasalle (conseiller médical du directeur général de l’ARS Martinique) et Mme Vanessa Lorto (ARS Martinique) ainsi que le Dr Cabié (Corévih Martinique) |

Corévih | Il y a des points communs entre la Réunion et la Martinique. Il y a également des points communs entre Mayotte, Saint-Martin et la Guyane.

ARS | Il faut tenir compte des particularités ultramarines : isolement, éloignement, fonctionnement en vase clos et relative intolérance, cultures et croyances... Il devrait y avoir une restitution finale, à Paris, une réunion de tous les outre-mers.

Corévih | Nous estimons très intéressant d’échanger avec la Réunion et Mayotte. Il y a déjà eu un congrès caribéen aux Bahamas avec une grosse présence associative. Le plan sida 2014, on ne s’y reconnaît pas pour deux raisons : pas d’implication des acteurs locaux, pas de financement. Les objectifs de ces États généraux en Martinique devraient tenir compte d’une situation d’épidémie intermédiaire.avec deux cas de figure : d’une part, les minorités (HSH, hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes) ; d’autre part, monsieur et madame tout le monde. Les TS (travailleurs et travailleuses du sexe) ne semblent pas tant concernées que ça. Permettre à ces personnes de s’exprimer n’est pas simple. Le VIH en Martinique est toujours perçu négativement et fait l’objet d’une stigmatisation en présence d’une homophobie sous-jacente. Les choses avancent mais il ne faudrait pas que les témoignages émanent uniquement de personnes hexagonales et homosexuelles... Réunir les PVVIH est délicat, il faudrait un mélange des personnes. Attention à ne pas faire venir des personnes militantes qui ne représenteraient pas la majorité des PVVIH (risque de ne réunir que les personnes militantes dont les avis sont déjà connus). Attention au dialogue avec la population. Attention à ne rien prévoir pendant la période du carnaval.

ARS | Certaines questions sur l’apparent paradoxe entre l’homophobie et l’expression du carnaval à travers le travestissement méritent d’être explorées par les sociologues. Durant le carnaval, des centaines d’hommes se déguisent en femmes, sorte de défoulement du refoulé. Cela montre bien que de nombreuses personnes sont concernées par l’homosexualité, ce qui n’empêche pas une forte homophobie entre jeunes. Il y a un rejet ambigu de l’homosexualité mais il reste complètement impossible de s’afficher homosexuel.

Corévih | Plusieurs patients quittent la Martinique pour cela.

ARS | Il faut penser aux personnes séroconcernées : les familles, les parents des PVVIH. Il faut permettre à la société de discuter sur le risque.

Corévih | Personne n’est venu lors de la conférence du 1er décembre sauf des lycéen/ne/s qu’on est allé chercher en bus. Qu’en est-il des débats lors de la préparation du PRSP en 2011 ? Il faut un suvi ! Ces États généraux ne sont pas une priorité. Aides organise une semaine de la diversité en 2012 : c’est une avancée significative.

ARS | Quelle sera l’exploitation de ces États généraux ? Il y a un échec de la prévention primaire... Un questionnaire préalable pourrait être envisagé. On pourrait provoquer une table ronde avec une sociologue sur l’épidémie en Martinique, sa représentation, les conditions de vie des porteurs du virus. On pourrait passer par des manifestations de type théâtre forum, ouvrir les États généraux plus largement aux familles et au grand public.


[1] 1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP972] Jeudi 8 décembre - Entretien avec Asociación de Latinos unidos au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique

20h00-22h00 - Fort-de-France, entretien avec Mirla Rosa PASCAL CHALU, salariée - L’association connaît actuellement des difficultés de trésorerie. Comment faire venir les travailleuses du sexe ? Il faut qu’il y ait un intérêt pour elles. Qui serait tête de file de ces États généraux en Martinique ? Est-ce qu’elles connaissent la loi ? Elles ont des craintes par rapport aux évolutions législatives envisagées... Leur administrer des questionnaires très simples ? Par ailleurs, un groupe lesbien existerait...

1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP972] Jeudi 8 décembre - Entretien avec An Nou Allé au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique

16h00-17h00 - Fort-de-France, entretien avec Alain Oncins, vice-président d’An Nou Allé : Les contaminations en Martinique restent vertigineuses. Une enquête Interreg est en cours. Les TROD se mettent en place. Comment toucher les intéressé/e/s ? Il faut tenir compte de la «chape de plomb», des préjugés... On ne peut pas rester comme ça dans le silence et dans le non-dit ! Nous sommes parfois impliqués par Aides. Cependant, An Nou Allé est en sommeil... En Martinique, c’est toujours le même état d’esprit, aucune manifestation des gais, à part des soirées secrètes qui font avancer les contaminations. D’accord pour participer au comité local d’organisation. Il faut changer les mentalités, difuser l’information. Par ailleurs, la question des relations entre Tjenbé Rèd Prévention et An Nou Allé est évoquée.

[TRP972] Jeudi 8 décembre - Entretien avec Action Sida Martinique au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique

13h00-15h00 - Rencontre avec la présidente d’Action Sida Martinique, Mme Marlène Ouka, ZAC Rivière-Roche, Fort-de-France - La file active de l’association est de 300 personnes. Elle compte 30 bénévoles et 50 autres personnes ont le statut de relais de prévention grâce aux formations délivrées par l’association. Les États généraux envisagés pourraient permettre de parler : 1°) du vécu, de la visibilité des PVVIH, des femmes PVVIH (du sentiment de culpabilité, de la souffrance d’être mal vu/e...) ; 2°) du VIH et de l’insularité ; 3°) des modes de contamination («ça peut arriver à n’importe qui...»). Cependant, quel est le financement de ces États généraux ? Qui donne combien d’argent pour les réaliser ? C’est impossible à moyens constants. Il faut embaucher un coordinateur local. Par ailleurs, combien de monde y aura-t-il sachant que les conférences organisées les 30 novembre, 1er décembre et 3 décembre n’ont pour ainsi dire réuni personne ? Il faut avoir du monde.

[TRP972] Mercredi 8 décembre - Entretien avec Aides Martinique au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique

11h00-11h30 - Rencontre avec Aides Martinique et son président Fred Cronard, Fort-de-France - Aides Martinique est volontaire pour participer au comité local d’organisation [cet engagement sera contredit quelques jours plus tard par David Monvoisin, chargé de mission pour les départements français d’Amérique de Aides] . Qui serait au comité local d’organisation ? [L’ARS, le Corévih, Aides, TRP, le Raac-sida... Il y aurait un comité de parrainage.] Qui serait le pilote ? [Le pilote est l’ARS.] Qui serait l’association référente ? [À déterminer localement. Déterminer une date, la composition du comité local d’organisation, les modalités de recrutement, d’animation, qui reçoit les finançements... Deux grands principes : 1°) faire se rencontrer les PVVIH ; 2°) dialoguer avec la société civile.] C’est dans l’intérêt de Aides Martinique, d’autant que le Corévih Martinique vient de se mettre en place. Ce projet peut y contribuer. Ce travail de mobilisation ne s’arrêtera pas, un cadre doit permettre la suite, le Corévih peut offrir ce cadre.

[TRP972] Jeudi 8 décembre - Entretien avec Mgr Gaston Jean-Michel au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique

08h00-11h00 | Radio Saint-Louis, la station de radio catholique diocésaine de Martinique fondée par Monseigneur Gaston Jean-Michel (prélat d’honneur du pape), avait reçu Tjenbé Rèd Prévention la veille mercredi 7 décembre. Mgr Jean-Michel, âgé de 100 ans, doté de la plénitude de ses moyens intellectuels, avait entendu l’émission avant de répondre favorablement à la demande de rendez-vous formulée ensuite par l’association sur le conseil de la journaliste Mme Nadiège Pastel. Il nous a reçus sur les hauteurs de Fort-de-France, 120 ou 150, route de Didier, maison des Spiritains.

Mgr Gaston Jean-Michel (MJM) | Concernant le sida, l’aspect moral a été oublié. Ce n’est pas seulement un problème social. Le sida se répand par la multiplication des rapports sexuels [non protégés] . Le rapport sexuel est banalisé lorsque l’homme ou la femme n’envisage que son aspect plaisant. Le rapport sexuel est un rapport à responsabilité. Nous nous sommes heurtés à l’éducation nationale qui n’a pas respecté l’éducation morale alors que des photographies de parents ayant des rapports sexuels sont diffusées [allusion à un fait divers] . Ce laisser aller favorise la banalisation. J’ai vu des gens contaminés injustement. L’auteur n’a pas assez pensé à l’autre. Un homme qui contamine sa femme et elle reste avec lui... Des gamines contaminées par des gens inconscients... Concernant la valeur du préservatif, on a essayé des lots distribués en Afrique et beaucoup laissaient passer l’eau ou servaient à plusieurs personnes. C’est à cela que le pape avait fait allusion. En Martinique, je pense qu’il faut distribuer le préservatif, c’est un acte de charité et de respect de l’autre.

Tjenbé Rèd Prévention (TRP) | Je respecte votre point de vue pour autant, si vous me le permettez, j’aimerais vous exposer un point de vue différent. Lorsque vous me dites qu’il faut distribuer le préservatif et que c’est un acte de charité et de respect de l’autre, j’y souscris pleinement. En revanche, même si je reconnais que vous êtes dans votre rôle lorsque vous rappelez l’aspect moral, je dois vous dire que ce rappel me semble peu efficace dans la lutte contre le sida, à tout le moins du point de vue des associations de prévention. En effet, lorsque nous évoquons cette dimension auprès des personnes que nous approchons, nous voyons bien que cette évocation à tendance à éloigner ces personnes, qui connaissent déjà parfaitement, le plus souvent, ce dont il s’agit. Simplement, cela ne les aide pas car cela ne fait que les culpabiliser et cela nous place dans une position d’autorité qui nous empêche d’accompagner les personnes puisqu’elles s’éloignent. Elles n’ont pas besoin de ces rappels à la morale. Elles sont assez grandes pour se les faire elles-mêmes. C’est pour éviter cet éloignement que les associations de prévention ont forgé la notion de non-jugement : dans l’accueil, dans l’écoute, dans l’accompagnement, nous estimons qu’un acteur de prévention doit s’abstenir d’exprimer un point de vue moral sur la conduite des personnes accueillies, écoutées, accompagnées.

Je vais vous en donner un exemple : un jour que je menai une action de prévention à Paris dans le jardin des Tuileries, où des rencontres se font, j’y croisai un jeune homme auquel je remis un préservatif et une dose de gel et avec lequel j’échangeai assez longuement. Nous nous quittâmes, j’allai à la rencontre d’autres personnes et un certain temps plus tard, peut-être une heure ou deux plus tard, après avoir échangé avec d’autres personnes, je revins par hasard vers le lieu de notre rencontre et le vis de nouveau. Cherchant quelque chose à dire (il n’était pas question d’entrer dans une nouvelle conversation puisque je quittai les lieux et que nous avions à ce stade épuisé la matière de nos échanges lors de notre entretien précédent), je lui sortis spontanément les mots suivants que je voulus amicaux : «Tiens, t’es encore là ?» Je vous laisse juge de la pertinence de ces propos et de l’effet qu’ils purent avoir sur ce jeune homme, à qui je venais de signifier en cinq mots qu’il perdait son temps sur un lieu peu valorisant, qu’il était incapable de séduire qui que ce soit et que décidément sa vie ne valait pas grand chose... Je venais bien involontairement d’exprimer un jugement moral lié à une certaine pitié que je ressentais en effet pour ce jeune homme mais dont il n’avait rien à faire et qui ne pouvait que le déprimer et l’éloigner du message de prévention que je portais. Peut-être par ailleurs n’a-t-il pas reçu ces mots d’une façon aussi lamentable mais en tout cas il le pouvait et j’aurais dû éviter ces mots.

Voilà le type de piège dans lequel un point de vue moral, même bienveillant, peut conduire un acteur de prévention. Concernant par ailleurs ce type de lieu et les rencontres qui s’y déroulent, on peu en penser ce que l’on veut, on peut les juger tristes ou sordides et elles le sont parfois d’un certain point de vue mais l’on ne peut pas leur ôter le fait qu’elles sont des rencontres, c’est-à-dire que des hommes s’y rendent en passant des heures sur la route, y restent en passant des heures à chercher une rencontre et y passent souvent un certain temps à avoir ces rencontres. Ils pourraient se soulager en moins de cinq minutes mais au lieu de cela, ils passent des heures et des heures à chercher une rencontre ! Ces rencontres humaines sont le plus souvent ponctuelles, fugitives, frustrantes mais elles n’en restent pas moins profondément humaines, elles témoignent bien d’un profond désir de rencontre, d’une profonde recherche de l’autre.

MJM | Vous me faites prendre conscience qu’il faut faire de l’assistance morale plus que de la morale. Nous sommes aussi des animaux mais nous ne sommes pas que des animaux. L’assistance morale est plus longue et plus profonde. J’ai moi aussi un exemple saisissant en mémoire d’un jeune homme qui avait été profondément marqué, lors d’une session, par un psaume : «Mon dieu, mon dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?» (Psaumes, 22). Je réfléchirai aux voies possibles pour votre projet.

     
           
[TRP75] Mercredi 7 décembre - IIIème soirée conviviale de Tjenbé Rèd Prévention aux Souffleurs

20h00-22h30, bar «Les Souffleurs», 7, rue de la Verrerie, Paris - Une dizaine de personnes a participé à la rencontre conviviale du 7 décembre 2011 au bar «Les Souffleurs», parmi lesquelles plusieurs «revenants», ce qui est bon signe (plusieurs de ceux qui étaient là le 9 novembre sont revenus : Sergueï, Olivier, Yann notamment). Parmi les bénévoles de Tjenbé Rèd Prévention Paris Île-de-France, étaient présents Jann {n° d’adhérent : A13} et Teddy {A53} (Fabrice {B8} est passé). À 20h05, Jann {A13} était là avec le premier participant, un homme d’âge mûr venant pour la première fois et qui a émis le souhait d’adhérer (il était également intéressé par le livre de Jean-Claude Janvier-Modeste). Étaient également présents : Chris de l’équipe de Gwladys, David, Michel, Nicolas, un ami d’un sympathisant. MC Coco est venue, une rappeuse d’origine camerounaise, lesbienne, qui a lu un texte sur le sida. Un participant souligne que lorsque tu es homosexuel aux Antilles, ça se sait vite, donnant comme la dernière fois l’exemple de son frère qui ne lui parle plus depuis qu’un gars avec lequel il est sorti le lui a révélé et qui l’a lui-même révélé vraisemblablement à pas mal de gens (souffrance). Un autre participant affirme que les homosexuels seraient souvent homophobes (il semble avoir beaucoup voyagé). Il parle des haïtiens gays au Québec qui se fondent dans la masse, des noirs américains qui s’affichent mais qui pour certains restent entre eux, des noirs d’origine antillaise - notamment jamaïcaine - qui semblent ne pas aimer ce qui est «local», notamment le dancehall, et qui arrêtent de danser lorsqu’il passe dans les soirées ; il parle aussi (comme le 1er décembre) des soirées black à Paris qui sont peu nombreuses : Ebony et Gladys, La Fourche - dont il estime l’accueil peu chaleureux - en plus du Club qui aurait viré tout le personnel noir sauf un. Concernant l’organisation de la soirée, certains ont semblé regretter le DJ et Chris a suggéré de mettre un CD (il était prêt à en amener). David a suggéré d’organiser un chanté Noël en préparant des petites choses à manger. Les derniers participants sont partis vers 22h20. Plusieurs ont demandé la date de la prochaine soirée. Quelques préservatifs masculins et plaquettes ont été pris. - Jann {A13} et Teddy {A53}

3/7 décembre 2011 - Affiche de la IIIème soirée conviviale de Tjenbé Rèd Prévention aux Souffleurs
http://www.tjenbered.fr/2011/20111207-99.jpg


[TRP972] Mercredi 7 décembre - Entretien diffusé sur Radio Saint-Louis au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique

12h30-13h30, Fort-de-France, Z.A.C. de Rivière-Roche - Entretien mené par Mme Nadiège Pastel.

[2] 16 mars 2012 - Les États généraux du sida en Martinique présentés sur Radio Saint-Louis - Communication n°TRP2012-02D
http://www.tjenbered.fr/2012/20120106-00.pdf [fr]
http://www.tjenbered.fr/2012/20120106-00.jpg [fr]
http://www.facebook.com/note.php?note_id=10150609852453693 [fr]
http://www.lafaac.com/easyblog/sida-martinique [fr]

[1] 7 décembre 2011 - Entretien avec Tjenbé Rèd Prévention diffusé par Radio Saint-Louis au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique
http://www.tjenbered.fr/2011/20111207-89.mp3 [00’00-13’02] (partie n°1, 17,8 Mo - début de l’entretien à 01’25)
http://www.tjenbered.fr/2011/20111207-88.mp3 [13’03-41’00] (partie n°2, 38,3 Mo)


[TRP75] Lundi 5 décembre - Réunion publique mensuelle de Tjenbé Rèd Prévention (Paris)

19h00-22h00 - Maison des associations du XIème arrondissement de Paris, 8, rue du Général-Renault - Ordre du jour : 1°) Animation de la soirée du 7 (faire davantage participer les gens, écourter la phase de présentation) ; 2°) Fixer une date pour le prochain séminaire de l’association (en janvier ou février) et la date de la prochaine assemblée générale (en février ou mars) ; 3°) Déplacement en Martinique ; 4°) Élections présidentielle et législatives.

[TRP972] Lundi 5 décembre - Entretien avec un ancien secrétaire de la CSTM au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique

13h15-13h30 - Maison des syndicats, Fort-de-France, jardin Desclieux - En présence et avec l’accompagnement solidaire de M. Pierre Pastel, président du Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone) - Entretien avec M. Daniel Marie-Sainte (conseiller régional de Martinique, ancien secrétaire de la CSTM - Centrale syndicale des travailleurs martiniquais) : présentation des États généraux des PVVIH en Martinique, sensibilisation, prise de contact, idenfication de personnes ressources éventuelles au sein de la CSTM ou du MIM - Mouvement indépendantiste martiniquais.

1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP972] Lundi 5 décembre - Entretien avec un représentant présent au siège de la CGTM au sujet des États généraux des PVVIH en Martinique

12h30-13h15 - Maison des syndicats, Fort-de-France, jardin Desclieux - En présence et avec l’accompagnement solidaire de M. Pierre Pastel, président du Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone) - Entretien avec M. Louis Maugée (membre dirigeant de la CGTM, Confédération générale du travail de la Martinique). Présentation des États généraux des PVVIH (personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine) en Martinique. Sensibilisation, prise de contact. Évocation de la possibilité de rencontre avec des personnes ressources éventuelles au sein de la CGTM. Le représentant de la CGTM apprécie la volonté d’agir que manifeste Tjenbé Rèd Prévention dans l’environnement du travail. Concernant les États généraux des PVVIH, il pense que c’est une bonne initiative mais indique cependant que la CGTM n’a jamais été saisie de cas de sérophobie au travail (tout en reconnaissant que cela ne veut pas dire qu’il n’y en ait pas). Le poids de la contrainte sociale est évoqué : la peur de «mort sociale» en cas de révélation du statut sérologique n’est sans doute pas étrangère à ce silence.

1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP75] Dimanche 4 décembre - Action de prévention contre le sida et les homophobies durant la soirée afro-caribéenne Midi-Minuit (Hauts-de-Seine)

21h30-06h00 - 248, avenue des Grésillons, RER C, arrêt «Les Grésillons», 92600 Asnières-sur-Seine (Gwladys) -

      sida
           
[TRP972] Jeudi 1er décembre - Présence à la Journée mondiale de lutte contre le sida à Fort-de-France en perspective des États généraux des PVVIH en Martinique

20h00-23h00 - Arrivée à Fort-de-France - Présence au concert organisé par Action Sida Martinique à Fort-de-France, cité Dillon, sur le thème «Zéro nouvelle infection, zéro discrimination, zéro décès lié au sida». Rencontre rapide avec la directrice d’Action Sida Martinique (Mme Patricia Louis-Marie ?) et avec les artistes et animateurs du concert (évocation succincte du rôle éventuel des artistes dans les États généraux des PVVIH en Martinique). Prise de contact.

[2] 1er décembre 2011 - Affiche de la Journée mondiale de lutte contre le sida à Fort-de-France (par Action Sida Martinique)
http://www.tjenbered.fr/2011/20111201-89.jpg

[1] 1er décembre 2011 / 10 janvier 2012 - Fiche de présentation des États généraux des PVVIH parmi les populations ultramarines en France (par Tjenbé Rèd Prévention)
http://www.tjenbered.fr/2012/20120110-99.pdf


[TRP75] Jeudi 1er décembre - Participation à la Journée mondiale de lutte contre le sida à Paris

18h30-20h30 - De Bastille à Belleville, au cours de la manifestation organisée par Act Up-Paris : Tjenbé Rèd Prévention et Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération font cortège commun avec le Raac-sida (Réseau des associations africaines & caribéennes agissant en France dans la lutte contre le sida), Aides, le Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone), le Collectifdom (Collectif des Antillais, Guyanais, Réunionnais & Mahorais), l’Inter-LGBT (Interassociative lesbienne, gaie, bi & trans | anciennement Lesbian & Gay Pride Île-de-France) et le Centre LGBT (lesbien, gai, bi & trans) Paris Île-de-France. Sont également présentes les associations suivantes : Acceptess-T, Actif Santé, Actions Traitements, Afrique Avenir, Agy, Aides, Apa, Arcat, Association française des hémophiles, Diagonale, ÉLCS, Ensemble pour une santé solidaire, Homofesty, HF Égalité, HF Prévention, Le Kiosque infos sida et toxicomanie, Comede, Planning familial (MFPF), Les Amis du bus des femmes, Les Petits bonheurs, Migrations Santé France, Outrans, Pastt, Pari-T, Le Patchwork des noms, Sidaction, Sida info service, Sol en si, Solidarité sida, Strass, Unals, Académie gay et lesbienne, Caelif, Étudions gayment, Gayttitude psychologie, Glup, Homosfère, Nef des fiertés, Mrap, Sneg, SOS homophobie, FSU, Snes-FSU, Snesup-FSU, Union syndicale Solidaires. Quatre personnes représentent Tjenbé Rèd Prévention, Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération, le Cégom et le Collectifdom : Gwladys (présidente nationale de Tjenbé Rèd Prévention), Teddy (administrateur national de Tjenbé Rèd Prévention), Michaël, Chris et deux autres sympathisant/e/s. Elles sont allées jusqu’au bout de la marche à Belleville, avec Aides et le Raac-sida, mais n’ont pas entendu de prise de parole à la fin (contrairement aux assurances données par Act Up-Paris). Les représentant/e/s de l’association ont porté les pancartes préparées par le Raac-sida (la banderole de l’association est restée chez Gwladys). Au total, il y avait peu de monde : environ 500 personnes alors qu’il ne faisait pas froid (environ 14°C). Seule une personne avait un haut-parole : ça devrait faire plus de bruit ! Il y avait peu de personnes qui regardaient la marche : c’était pourrave, on a surtout pris des petites rues, peu d’axes principaux. À République, on a dû marcher sur le trottoir : les routes n’étaient pas barrées ! Deux motards ou mecs en scooter ont failli nous écraser : ils ont failli tabasser une participante de la marche en disant qu’elle aurait mieux fait de mettre une capote ! On avait trop envie de rentrer chez nous... Un tract de l’association aurait pu être distribué pendant la marche ; la marche elle-même aurait pu être annoncée plus tôt sur Facebook et dans le Marais.

[3] 2 décembre 2011 - Marche contre le sida : Claude Guéant doit s’expliquer sur les manquements de la police nationale - Communiqué commun de Tjenbé Rèd Prévention | Collectifdom (Collectif des Antillais/es, Guyanais/es, Réunionnais/es & Mahorais/es) | Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone) | Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération | Communiqué de presse n°TRP2011-02C
http://www.tjenbered.fr/2011/20111202-00.pdf [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr]

[2] 1er décembre 2011 - Affiche de la marche contre le sida organisée à Paris par Act Up-Paris
http://www.tjenbered.fr/2011/20111201-99.png
http://www.tjenbered.fr/2011/20111201-99.pdf

[1] 1er décembre 2011 - Outre-mers, dans l’Hexagone : à 5 mois des élections, marchons contre le sida ! - Communiqué commun de Tjenbé Rèd Prévention | Collectifdom (Collectif des Antillais/es, Guyanais/es, Réunionnais/es & Mahorais/es) | Cégom (Collectif des États généraux de l’outre-mer dans l’Hexagone) | Total Respect - Tjenbé Rèd Fédération | Communiqué de presse n°TRP2011-02B
http://www.tjenbered.fr/2011/20111201-00.pdf [fr]
http://actualites.senego.com/outre-mers-dans-l%C2%92hexagone-a-5-mois-des-elections-marchons-contre-le-sida [fr]
http://www.lepost.fr/ [fr] 



© Fédération Total Respect | Tjenbé Rèd (Fédération de lutte contre les racismes, les homophobies & le sida issue des communautés afro-caribéennes)
Courriels : federation@tjenbered.fr | MSN : tjenbered@hotmail.fr
Site Internet : www.tjenbered.fr/federation | Myspace : www.myspace.com/tjenbered
Ligne d’écoute et d’information : +33 (0)6 10 55 63 60 (24h/24, répondeur à certaines heures)
Siège social : Pont-Madeleine, F-97211 Rivière-Pilote
Association loi 1901 fondée le 15 mars 2005, déclarée le 14 juin 2005, Journal officiel du 9 juillet 2005
NAF/APE 913E